La BCE va continuer à arroser les banques de prêts géants et bon marché pour sauver la zone euro

 |  | 725 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Kai Pfaffenbach)
La Banque centrale européenne a décidé de recourir à nouveau à son arme principale, le programme de rachats de dette privée et publique (PEPP) lancé en urgence en mars face à la première vague de la pandémie du Covid-19. Ce programme sera prolongé de neuf mois, jusqu'en mars 2022, et son volume augmenté de 500 milliards.

La Banque centrale européenne (BCE) a, comme attendu, renforcé jeudi son imposant dispositif de soutien à l'économie en zone euro, toujours minée par la pandémie de Covid-19, en augmentant notamment la dotation du programme d'urgence de rachats de dette.

Sa principale arme, le programme de rachats de dette privée et publique (PEPP) lancé en urgence en mars face à la première vague de la pandémie du Covid-19, a été prolongé de neuf mois jusqu'en mars 2022, et son volume a été porté à 1.850 milliards d'euros, en hausse de 500 milliards.

Cette nouvelle intervention de la BCE est nécessaire au regard de l'incertitude qui "reste forte" pour l'économie de la zone euro du fait "de la dynamique" de l'épidémie de Covid-19 et du calendrier de "déploiement du vaccin", a précisé l'institution de Francfort.

Le dispositif déjà ancien de QE est maintenu

L'autre programme plus ancien, dénommé "QE" ("Quantitative Easing", "Assouplissement quantitatif"), a lui été maintenu à son rythme actuel de 20 milliards d'euros par mois.

Pour éviter une vague de défaillances liées à l'épidémie, les gardiens de l'euro ont par ailleurs prolongé jusqu'en décembre 2021 les vagues en cours de prêts géants et bon marchés accordés aux banques, qui devaient auparavant prendre fin en juin 2021.

Les conditions favorables accordées aux établissements pour les prêts en cours sont, elles, prolongées d'un an jusqu'en juin 2022.

Avantages aux établissements très prêteurs

Les établissements qui prêteront assez d'argent dans l'économie pourront emprunter à la BCE à un taux jusqu'à 50 points de base inférieur à celui du taux de dépôt, maintenu jeudi à -0,50%.

Ce dernier continuera à s'appliquer aux liquidités bancaires dormant aux guichets de la BCE, faute d'être distribuées sous forme de crédits.

Le taux directeur scotché à zéro

Le taux directeur servant dans le refinancement des banques à court terme a lui été maintenu à zéro, niveau auquel il campe depuis 2016.

Ces mesures étaient attendues depuis l'annonce en octobre par la BCE d'un "recalibrage" des instruments pour faire face à l'évolution de la situation sanitaire et la menace d'un nouveau plongeon des économies de la zone euro.

Rarement la banque centrale avait autant prévenu les investisseurs qu'elle allait adopter de nouvelles mesures de soutien monétaire.

Le spectre de la déflation continue de planer sur la zone euro

Pour justifier ces décisions à partir de 12H30 GMT face à la presse, la présidente de la BCE Christine Lagarde disposera d'un nouveau jeu de prévisions macroéconomiques courant jusqu'en 2022, évaluation cruciale de l'ampleur et la durée de la crise.

La résurgence de la pandémie en Europe a entraîné une rafale de nouvelles restrictions sur le continent, alarmantes pour les acteurs économiques.

"Les projections de septembre sont devenues dépassées et trop optimistes", estime Carsten Brzeski, économiste à la banque ING.

Loin de refluer, comme espéré, la seconde vague d'infections se maintient à un niveau élevé dans plusieurs pays, comme l'Allemagne.

La première économie de la zone euro, qui a opté à l'automne pour des restrictions relativement souples, se prépare ainsi à durcir le cap au plus tard après Noël avec la fermeture envisagée des commerces non alimentaires et des écoles.

Incertitudes sur deux fronts: le Brexit et le plan de relance de l'UE

Au ralentissement de l'activité s'ajoutent les incertitudes sur le double front du Brexit et du plan de relance de l'UE bloqué par la Hongrie et la Pologne.

Une percée sur ce second dossier est espérée lors du sommet des Vingt-sept qui se tient jeudi et vendredi.

La BCE est d'autant plus contrainte d'inscrire dans la durée sa politique monétaire avantageuse que le risque de déflation continue de planer sur la zone euro.

L'euro fort complique la tâche face à l'inflation

L'institution reste "prise au piège" de devoir "presque toujours annoncer de nouvelles mesures ou indiquer qu'elle en prépare", observe Eric Dor, directeur des études économiques de l'IESEG School of Management à Paris et Lille.

L'euro fort complique la tâche de ramener l'inflation au niveau proche de 2%, principal objectif derrière lequel la BCE court depuis 2013.

En novembre, l'inflation dans la zone euro est restée négative pour le quatrième mois consécutif (-0,3%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2020 à 8:44 :
"La BCE renforce encore ses imposants dispositifs pour sauver l'économie de la zone euro"

Non:

"La BCE renforce encore ses imposants dispositifs pour alimenter les mégas riches de la zone euro"

...afin qu'ils ne partent pas alors qu'ils ne nous servent visiblement à rien, pire ils nous coutent un pognon de dingue !

Il serait temps d'écouter le plan de Frederic Lordon pour nous passer de ce côut beaucoup trop élevé du capital.
a écrit le 10/12/2020 à 23:56 :
Faudra rembourser les dettes mais que les seniors s y mettent aussi vu que c est aussi le cumul de leurs dettes depuis 40 ans ... en plus c est la population la moins concernée par la pauvreté ...
donc ils doivent aussi participer a l effort de l équilibre des caisses de retraites : les générations 70-80-90 etc n auront ni le n montant ni l âge auxquels ils font partis en retraites....60 ans! Mais comme c est nous qui les finançons il va falloir reequilibrer tout cela
Réponse de le 11/12/2020 à 11:03 :
Et oui il faudra apprendre à imprimer !
Les seniors plein d oseille crieront on me vole , etc etc etc .....
a écrit le 10/12/2020 à 23:55 :
Faudra rembourser les dettes mais que les seniors s y mettent aussi vu que c est aussi le cumul de leurs dettes depuis 40 ans ... en plus c est la population la moins concernée par la pauvreté ...
donc ils doivent aussi participer a l effort de l équilibre des caisses de retraites : les générations 70-80-90 etc n auront ni le n montant ni l âge auxquels ils font partis en retraites....60 ans! Mais comme c est nous qui les finançons il va falloir reesuilibrer tout cela
a écrit le 10/12/2020 à 23:53 :
Faudra rembourser les dettes mais que les seniors s y mettent aussi vu que c est aussi le cumul de leurs dettes depuis 40 ans ... en plus c est la population la moins concernée par la pauvreté ...
donc ils doivent aussi participes s l effort de l équilibre des caisses de retraites : la génération n aura ni le n montant ni l âge auxquels ils font partis en retraites....60 ans!
a écrit le 10/12/2020 à 18:54 :
Les fonctionnaires de BCE sauveront probablement l'Euro "whatever it takes" mais pas les européens sacrifiés au nom du socialisme...
a écrit le 10/12/2020 à 17:27 :
bref, dans 9 mois, la france va se rendre compte qu'elle doit rembourser le ' quoi qu'il en coute', et ses tombereaux de fric jete par la fenetre
comme la france ne voudra pas trop rembourser ( car c'est pas trop son truc, hein) vu qu'il faudrait economiser, ca risque de souffler fort
et y aura pas de prolongement car les allemands en ont marre du m'enfoutisme
Réponse de le 10/12/2020 à 18:10 :
Certain s'en moquent puisqu'ils ne seront plus au pouvoir! Mais cela peut être une méthode pour s'y maintenir en dégouttant les autres de se présenter aux élections!
a écrit le 10/12/2020 à 17:16 :
Excess reserves de ceux qui sont tenus d'avoir des reserves 2653 Mds.
Ca sert a rien de rajouter des baquets, faut donner des cacahuètes salées a l'âne.
a écrit le 10/12/2020 à 17:12 :
Deux options: soit sauver l'économie, soit sauver l'euro, mais on ne peut faire les deux car le constat va dans ce sens!
a écrit le 10/12/2020 à 17:09 :
Valbel89
La création monétaire "classique" se fait en escomptant des CREANCES. Autrement dit, l'inverse des DETTES ! quant aux prêts immobiliers par exemple, ils sont gagés sur la valeur du bien. ça n'a donc rien à voir ! si il suffisait d'imprimer de la monnaie pour créer de la richesse, ça se saurait. Chaque fois que l'on a essayé, ça s'est terminé par une catastrophe. Il en sera de même cette fois ci. L'activité se contractant, la masse monétaire devrait diminuer, pas augmenter encore ! la dette grossissant, les taux devraient monter, pas descendre, si on était dans un monde "normal"!
a écrit le 10/12/2020 à 16:32 :
La dette publique oui !
La dette privée, à la condition que les états en soient garants , et si ce n est pas trop être exigeants : que pendant le temps du prêt , l état est une possibilité de blocage des decissions du cercle des administrateurs si celles ci ne vont pas dans le sens de l intérêt général !
a écrit le 10/12/2020 à 15:50 :
La fuite en avant continue ! Comme à chaque fois, le plan "provisoire" ou "temporaire" est prolongé, et prolongé encore. La réalité est que la BCE ne peux plus s'arrêter, sinon c'est l'effondrement généralisé. Jusque quand pourra t'on s'affranchir ainsi de la règle économique fondamentale qui dit que l'on ne crée pas de richesse (monnaie) à partir de rien ?
Réponse de le 10/12/2020 à 16:29 :
@Lda1960
Ah bon?
L'argent que prête les banques est pourtant créé "Ex nihilo". .! Sur la vague promesse de l'emprunteur de rembourser.
Au regard de leur capital, les lignes de crédit qu'elles consentent ne leur coûtent rien, d'autant qu'actuellement elles se refinancent auprès de la BCE à taux négatifs. BCE qui de surcroît rachète à tour de bras de la dette privée et publique.
Moins flagrant avant le Covid, la période actuelle montre clairement qu'il est bien créé de la richesse à partir de rien. Cette "richesse", on l'a retrouve dans les 280 000 mille milliards de la dette mondiale...et vous pensez qu'elle sera remboursée un jour?
Réponse de le 10/12/2020 à 18:09 :
@lda1960 et valbel89

Qu'est ce que la création monetaire dans le monde archiliquide d'aujourd'hui?
La dette d'etat est de la quasi monnaie, pareil pour celle d'entreprise avec le cspp, quand une banque emet un certificat sur l'or sans avoir de contrepartie, c'est aussi de l'emission de quasi monnaie. Le monde croule sous toutes les formes de monnaies, même sans qe, tltro, credit bancaire, crypto
Jetez vos certitudes au feu et laissez vous pousser les oreilles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :