Attaquée par la justice allemande sur son programme anti-crise, la BCE contre-attaque

 |   |  723  mots
(Crédits : Ralph Orlowski)
La BCE a-t-elle outrepassé les traités européens ? La puissante Cour constitutionnelle allemande, saisie par plusieurs requérants eurosceptiques, a mis en demeure l'institution européenne de démontrer le contraire sous trois mois... À défaut, la banque centrale allemande se verra interdire de participer à ce programme anti-crise.

[Article publié le 5 mai 2020 à 12h26 mis à jour à 13h33 avec réponse de la BCE]

La Cour constitutionnelle allemande a exigé mardi que la Banque centrale européenne justifie la conformité de ses rachats de dette publique à son mandat, dans un arrêt retentissant qui menace son vaste soutien à l'économie.

La puissante Banque centrale allemande se verra interdire de participer à ce programme anti-crise, qui a encore gagné en ampleur en raison de la pandémie de coronavirus, si "le Conseil des gouverneurs de la BCE" ne démontre pas "dans les trois mois" qu'il n'a pas outrepassé les traités européens, a décidé la juridiction suprême allemande.

Saisie par plusieurs requérants eurosceptiques, la Cour constitutionnelle explique certes n'avoir "pas pu établir de violation" par la BCE de l'interdiction de financer directement les Etats européens.

Mais dans une décision d'une rare virulence, les magistrats de Karlsruhe jugent "douteuse" la compétence de l'institut de Francfort pour racheter massivement de la dette publique, et réclament une analyse "compréhensible et détaillée" de sa "proportionnalité": à la BCE de démontrer que ses bénéfices pour l'économie, soit une énergique stimulation du crédit, l'emportent sur ses inconvénients.

Epargnants lésés

En particulier, les juges de Karlsruhe refusent de se plier à l'avis de la Cour de justice européenne, qui avait validé fin 2018 le programme de la BCE mais a, selon eux, "totalement ignoré" ses "conséquences économiques".

Particulièrement controversée en Allemagne, cette injection massive de liquidités affecte en effet "pratiquement tous les citoyens", en tant "qu'actionnaires, propriétaires, épargnants ou détenteurs de polices d'assurances", entraînant "des pertes considérables pour l'épargne privée", détaille la Cour.

Or ces achats d'obligations souveraines ont représenté la majeure partie des 2.600 milliards d'euros injectés sur les marchés entre mars 2015 et décembre 2018, dans le cadre de "l'assouplissement quantitatif" ou "QE" réactivé en novembre dernier.

"La BCE analyse cette décision et la commentera en temps utile", a sobrement réagi l'institut monétaire, qui n'avait jamais connu pareille sommation judiciaire en 20 ans d'existence.

Certes, formellement, l'arrêt rendu mardi "ne concerne pas" le programme d'urgence contre la pandémie (PEPP) annoncé mi-mars par la BCE et doté de 750 milliards d'euros d'ici la fin de l'année, rappellent les magistrats.

Mais au moment même où les gardiens de l'euro déploient des moyens inédits face au cataclysme économique, cette décision pourrait "limiter la réponse de la BCE à la pire récession européenne en temps de paix", avertissait récemment Holger Schmieding, économiste chez Berenberg Bank.

"Autres recours ?"

Des rachats supplémentaires pour plus de 1.000 milliards d'euros ont en effet été décidés depuis mars rien que pour 2020 via une rallonge côté QE --menacée par ce recours-- mais aussi grâce au PEPP.

En plein cœur de la pandémie de coronavirus, un "QE" sans son plus important acheteur sur le marché mettrait "en danger" l'ensemble de la zone euro, résumait de son côté Erik Nielsen, chef économiste d'UniCredit.

Et à la lecture de l'arrêt de mardi, la plupart des observateurs jugent que le même raisonnement pourrait s'appliquer au PEPP, créant une incertitude majeure sur l'action monétaire des prochains mois.

Car la Cour de Karlsruhe insiste notamment sur le respect de certaines limites techniques - la BCE ne peut détenir plus du tiers de la dette émise par un Etat -, alors que le programme anti-coronavirus s'en affranchit.

"De nouveaux recours vont arriver immédiatement en Allemagne contre le PEPP", prédit ainsi sur Twitter Vitor Constancio, ancien vice-président de la BCE.

Primauté du droit européen sur le droit national, se défend la BCE

La Commission européenne a mis en avant mardi la "primauté" du droit européen sur le droit national, après la décision de la justice allemande exigeant de la BCE qu'elle justifie son programme anti-crise.

"Nous réaffirmons la primauté du droit communautaire et le fait que les arrêts de la cour de justice européenne sont contraignants pour toutes les juridictions nationales", a déclaré le porte-parole de la Commission, Eric Mamer, interrogé sur la décision de la Cour constitutionnelle allemande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/05/2020 à 23:23 :
Quand la récession va mettre toutes les économies par terre prochainement, il sera inutile de supputer : réglo ou pas le mandat de la BCE pour financer la dette des états ? . Ce qui s'est produit il me semble il y a peu. A quoi servent les QE en temps ordinaire, sinon à servir les marchés financiers ? Avec le Covid, les États seront pris à la gorge et se retrouveront dans la situation de la Grèce, à la merci des généreux prêteurs au taux qu'ils voudront bien prêter, et chacun pour soi au nom de la discipline budgétaire ! A situation exceptionnelle, solution de même : des euros bonds. Ou l'UE coulera aussi !
a écrit le 06/05/2020 à 14:27 :
LA CIGALE ET LA FOURMI
La Cigale, ayant chanté
                  Tout l'été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau .
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l'août , foi d'animal,
Intérêt et principal.
La Fourmi n'est pas prêteuse ;
C'est là son moindre défaut .
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse .
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
Vous chantiez ? j'en suis fort aise :
Et bien ! dansez maintenant.
Jean de la Fontaine
a écrit le 06/05/2020 à 13:55 :
Quand c’était les décisions de l'Etat Grec , seules les décisions européennes avaient cours , mais quand c'est des décisions de fonctionnaires allemands , celles de la cour européennes n'auraient plus lieu ?
Effarant
a écrit le 06/05/2020 à 13:25 :
mémoire très courte des magistrats allemand
quand l'europe a la sortie de 1945 a effacer la dette allemande
il est grand temps que les états du sud tape sur la table et a chaque proposition allemande oppose un refus
a écrit le 06/05/2020 à 12:00 :
Ceux qui réclament l annulation de la dette détenue par la BCE vont être en déclaration de guerre avec l Allemagne , rentrons dans le rang , payons et regardons le sol .
a écrit le 06/05/2020 à 10:29 :
" les magistrats de Karlsruhe" ça semble leur habitude, ils ont des visions particulières de tout, et comme dit quelqu'un Angela va leur fournir un dossier épais pour répondre à leurs interrogations & griefs et ils vont mettre 2 ans à lire tout ça. Avant de trouver d'autres récrimination à expliciter.
a écrit le 06/05/2020 à 7:58 :
que cette cours s'occupe de la Deutsch Bank et de son déficit chronique
pour la déclarer en faillite ok
mais l'Europe ne la regarde pas
on perçoit derrière le bras de mme Merkel prête a tout pour que l'allemagne puisse seule profiter de cette crise comme quoi l'europe est une idée pour le peuple de ce continent
un but pour les élus Français mais ce sont les seul
les autre dirigeant ne pense qu'a en tirer profit
a écrit le 05/05/2020 à 18:33 :
he oui
les epargnants allemands ne veulent pas offrir la retraite a 30 ans aux francais et le revenu minimum aux espagnols
quelle surprise, hein?
peut etre que si les pays avaient fait les reformes avant on n'en serait pas la!
republiez la fois ou hollande s'est felicite de n'avoir rien fait sans que les allemands le remarquent, et on pourra comparer...
Réponse de le 05/05/2020 à 19:42 :
L' UE a déjà ruiné tous les pays du sud avec l' hinterland de Merkel, ex espace soviétique, élargi à l' UE et financé par les fonds structurels des pays du sud. On leur demande en réalité de payer deux fois alors qu' ils sont déjà "dead" par les délocalisations et l' euro fort, Frexit, vite..
a écrit le 05/05/2020 à 18:13 :
Un petit échantillon de ce qui nous attend dans les mois à venir. L'épicentre d'un potentiel coup de théâtre financier dévastateur pour la zone euro de viendra peut-être pas de sa périphérie, mais de son cœur même....A suivre....
a écrit le 05/05/2020 à 17:16 :
Cet arret de la Cour de Kalsruhe n'a aucune valeur juridique et est totalement inacceptable.
La Cour de Justice de l'UE avait validé le QE en 2018 et quand on est dans l'UE il y a une primauté du droit européen sur le droit national
les arrêts de la cour de justice européenne sont contraignants pour toutes les juridictions nationales et aucune loi nationale ou arret d'une Cour constitutionnelle nationale ne peut contredire le droit européen que ce soit pour la Hongrie, la Pologne ou l'Allemagne!
Par ailleurs, les Allemands ont toujours vu comme un principe constitutionnel fondamental que la BCE ou la Bundesbank soit indépendantes des politiques et cet arret demande un controle du Parlement Allemand.
Qu'on soit pour ou contre le QE cet arret est incompréhensible juridiquement ces juges ne sont pas compétents en la matière...

La seule instance qui pourrait emettre un jugement sur le QE c'est la Cour de Justice de l'Union à Luxembourg et elle a déja clos le débat

Petit rappel
Aucune loi national ou arret ne peut contredire le droit communautaire. Dans le cas contraire, la Commission ouvre une procédure d'infraction qui est en 3 étapes
1) La Commission envoie une lettre de mise en demeure exigeant de plus amples informations du pays concerné qui doit envoyer une réponse détaillée dans un délai de 1 mois.
2) Si la Commission conclut que le pays ne s’acquitte pas de ses obligations en vertu du droit européen, elle peut lui adresser un avis motivé: une demande formelle de se conformer au droit de l’Union.
3) Si le pays de l’UE ne respecte toujours pas ses obligations, la Commission peut décider de saisir la Cour de justice avec de lourdes sanctions pécuniaires par jour de non respect de la décision à la clé
Réponse de le 05/05/2020 à 18:38 :
euh, dans cour constitutionnelle, y a marque ' constitution'
le droit est hierarchise!
alors on va faire simple, soit c'est conforme a la constitution, soit ca ne l'est pas
si c'est conforme c'est le droit europeen qui s'applique si ca ne s'applique pas, on commence a discuter
et limite pour couper court a toute discussion, les allemands peuvent sortir unilateralement de l'euro, ce qui mettra en faillite immediate la france l'italie l'espagne et le portugal ( qui ont leurs obligations libellees en euros, pour memo) ( j'ajoute pas la grece, vu leur etat initial)
Réponse de le 05/05/2020 à 19:51 :
De l' arbitraire de l' UE qui vous laisse croire que vous êtes en démocratie.. Perte de la souveraineté, égale perte de la démocratie. Petit rappel, quels sont les attributs de le souveraineté ? Faire ses lois, perdu, les GOPE s' imposent à la France, sa monnaie, perdu, monnaie extérieure hors contrôle et créée à l' extérieur, rendre justice, perdu, prévalence d' une alter cour de justice, voir ICI!, décider de la guerre ou de la paix, perdu puisque c' est l' Otan qui décide et pilote les guerres. Frexit comme une urgence vite..
Réponse de le 05/05/2020 à 22:39 :
"et limite pour couper court a toute discussion, les allemands peuvent sortir unilateralement de l'euro, ce qui mettra en faillite immediate la france l'italie l'espagne et le portugal ( qui ont leurs obligations libellees en euros, pour memo) ( j'ajoute pas la grece, vu leur etat initial) "
.
Très bonne idée,comme ça vous montrerez juste que l'Euro n'était absolument pas viable comme monnaie et qui aurait servis à mettre en pérille la stabilité de l'Ue et des pays qui l'ont adopté ,si les allemands font ça,vous allez avoir droit à la fin de l'Ue et à une montée extrême des vilains populistes et à des conséquences bien pire.
Mais tenter toujours,j'ai hâte de voir ça,vous et votre fameuse faillite de la France que certains fanatiques débitent constamment.
Bonne chance pour négocier avec les gouvernements qui en ressortiront et l'idéologie européiste qui fondera comme neige au soleil.
On se demande qui ira acheter les bagnoles allemandes si les pays cités font faillites et qui en sont de "bons" consommateurs... les anglais ? Les américains ? Ha bah non,les taxes et l'Ue ne sera plus là pour protéger les berlines allemandes,car seul on est moins fort apparemment...
L'interdépendance vous connaissez ? Ca rend les choses plus compliqué que "on quitte l'euro et vous faites faillites donc obéissez !".
Navrez de vous l'apprendre mais il va falloir revoir votre méthode impulsif et violente que de simplement se contenter de dire "on ferme la discussion point barre".
a écrit le 05/05/2020 à 17:02 :
Il faudra nous expliquer un jour pourquoi la cour constitutionnelle allemande est la seule autorité administrative nationale à pouvoir juger, et bloquer, des décisions européennes, supranationales par définition. Et si on faisait pareil ?
Il va bien falloir un jour régler le problème Allemand au sein de l'UE, en la quittant par exemple. Les anglais ont eu la sagesse de le faire eux-mêmes. Et l'apocalypse annoncé n'est pas venu du Brexit mais d'un virus chinois génétiquement bidouillé.
Réponse de le 06/05/2020 à 10:35 :
" l'apocalypse annoncé"(e) du Brexit ? Il n'a pas encore commencé pratiquement, on verra en 2022 et suivants (les discussions commerciales avec les US débutent bientôt, en mode accéléré).
"mais d'un virus chinois génétiquement bidouillé. " ouaf ouaf... Renseignez vous. A trop réduire la diversité des espèces, on fait notre malheur, y a de moins en moins besoin d'intermédiaires animaux pour nous atteindre, la Nature avec un N majuscule est un réservoir à armes bactériologiques beaucoup plus mortelles que nos petites inventions qu'on croit "géniales" tellement on est "intelligents" (Prix Nobel, etc, de la gnognotte :-) ). Un peu d'humilité serait utile, se croire maitres du Monde ça revient en boomerang, nous ne sommes que des fourmis.
a écrit le 05/05/2020 à 16:42 :
Un coup de hache supplémentaire sur les aussières du bateau Euro..
a écrit le 05/05/2020 à 16:33 :
Primauté du Droit Européen, bien sur, c'est comme cela depuis le début ! Ce n'est que de la gesticulation europhobe...L'Europe avance et il manquerait plus que des cours nationales ou régionales freinent les accords et les traités parce qu'ils sont en retard d'un train...
a écrit le 05/05/2020 à 16:03 :
Qu'est-ce que j'ai écris il y a quelques jours ?

Que Merkel n'avait absolument rien dit en affirmant "l'allemagne doit être prête à plus financer l'UE", que, deux jours après, l'ue annonçait que finalement cette crise était contenue et un jour après les allemands disent ne plus vouloir payer. C'est vraiment trop facile de se mettre dans la tête d'un dragon céleste allemand.

Quand on est aussi prévisible que cela on est pas prêt de concurrencer les autres puissances mondiales d'une part et d'autre part les allemands sont en train de nous dire à leur façon qu'ils ne croient absolument pas en l'UE, qu'ils profitent pleinement du dumping social et fiscal qu'ils ont soutenu mais que le projet européen a plutôt tendance à les dégoûter dans son ensemble sinon, profiter oui, participer non.

Bravo aux oligarchies mondiales d'avoir laissé l'oligarchie qui a installé Hitler au pouvoir continuer de régner sur ce pays, une sacré réussite pour eux leur ayant permis de neutraliser ainsi un potentiel concurrent mais une faiblesse catastrophique de notre oligarchie européenne qui a force de se cacher derrière ses politiciens a complètement disparu.
Réponse de le 05/05/2020 à 18:51 :
@ multipseudos: "On ne dira jamais assez tout ce qu'on leur doit "

Que toi tu leur doives quelque chose j'en suis persuadé, pour ma part c'est à moi qu'ils doivent.

Et tu sais que les dettes c'est important hein...

Signalé sinon ta tentative de choquer est pitoyable je vais t'éviter cette honte.
Réponse de le 05/05/2020 à 18:53 :
@ multipseudos: "On ne dira jamais assez tout ce qu'on leur doit "

Que toi tu leur doives quelque chose j'en suis persuadé, pour ma part c'est à moi qu'ils doivent.

Et tu sais que les dettes c'est important hein...

Signalé sinon ta tentative de choquer est pitoyable je vais t'éviter cette honte.

@ modération: Je ne viens certainement pas ici pour me faire des amis j'ai ce qu'il me faut dans la réalité, merci.
a écrit le 05/05/2020 à 15:23 :
A priori on pourrait supposer que même en cas de non respect des limites imposées par la cours constitutionnelle allemande, seule la banque centrale allemande pourrait se voir interdire de participer au QE de la BCE sur les obligations d’État mais pas les autres banques centrales nationales de la zone euro. Donc où serait le problème pour la France, l’Italie ? Le problème serait une perte de crédibilité de l’Euro en tant que monnaie qui se traduirait en principe par une baisse du taux de change de la monnaie dans le régime des changes flottant, baisse qui ne serait pas forcément catastrophique. Les allemands pourraient contester que les banques centrales des autres pays de la zone euro continuent à acheter des obligations d’État mais pas menacer de sortir de l’Euro car l’Allemagne est le pays qui aurait le plus à perdre à une fin de l’Euro, contrairement à la France ou de l’Italie. Je vois qu’aujourd’hui le spread souverain de l’Italie se tend un peu mais pas tant que ça. Si les marchés financiers croient que les autres banques centrales nationales de la zone euro pourront continuer à acheter les obligations d’État sur le marché secondaire sans être soumises aux limites fixées par la cours constitutionnelle allemande, ils ne devraient pas paniquer outre mesure. Ce serait évidement différent, dans le cas contraire, et une nouvelle crise des dettes souveraines de la zone euro serait alors à prévoir.
Réponse de le 05/05/2020 à 16:01 :
"Donc où serait le problème pour la France, l’Italie ?" Ce serait la remontée immédiate des taux d'intérêts auquels ils empruntent, car celà voudrait dire que leurs emprunts ne sont plus garantis sans limites par la Bundesbank. Compte-tenu des niveaux actuels de leurs dettes et à venir, les frais financiers supplémentaires seraient importants.
a écrit le 05/05/2020 à 14:33 :
La Reine Christine me déçoit beaucoup Je pensais qu'elle ferait son travail de banquier et non de la politique.L'arrosage des cancres de l'europe en tete Mr MACRON est inacceptable ex les taux négatifs alors qu'on vole tout les jours les petits épargnants avec un livret A à 0,5
a écrit le 05/05/2020 à 14:02 :
Personne n'à interdit aux français de réussir . Ils récoltent ce qu'ils sèment c'est à dire la zizanie permanente . Le tribunal constitutionnel de karlsrune recale la BCE et Mme Laga rde en énonçant clairement que l 'Allemagne en a ras le bol de financer les rigolos du Club Med . Notre pays , celui des lumières éteintes , fait eau de toute sa coque et est conduit par un capitaine d'opérette .
a écrit le 05/05/2020 à 13:58 :
Radio Paris serait il allemand ? Rien que ça démontre qu'il faut faire éclater l 'UE et retrouver notre souveraineté
a écrit le 05/05/2020 à 13:50 :
La loi est la loi, sans respect de la loi, c'est la défiance... et c'est la fin de l'Etat de droit. Enfin, l'argent créé ne soutera rien, pas un centime : les obligations Corona sont garanties, "on" peut forcer un taux négatif, c'est technique mais possible, les citoyens n'auront rien à suporter sauf si les dirigeants jouent à la dépense excessive, ce qui est malheureusement trop fréquemment le cas. L'Allemagne rappelle simplement qu'il y a obligation de bonne gestion, dans les le respect des règles édictées. Après l'incompétence des dirigeants locaux est telle qu'effectivement le bouc émissaire tout trouvé est le "machin" européen qui rappelle souvent les bonnes règles de gestion.
a écrit le 05/05/2020 à 13:41 :
enfin quelqu'un qui réagit face aux fabricants de bulles immobilières et boursières dont les déflagrations menacent ensuite de tout emporter
Il faut accepter que l'économie ait des hauts et des bas sans chercher à augmenter artificiellement les hauts pour toujours plus de profits sans se soucier du retour de balancier
a écrit le 05/05/2020 à 13:39 :
Avec un programme d'austérité budgétaire bien salé et bien germanique, l'extrème droite allemande et européenne a de beaux jours devant elle...
a écrit le 05/05/2020 à 13:33 :
Les vrais européens peuvent ici vérifier que la création d 'un état fédéral en Europe ne peut se faire que contre l 'Allemagne . Celle-ci vise l 'hégémonie sur l 'économie européenne et non la création d'un état fédéral .
Réponse de le 05/05/2020 à 13:57 :
On voit effectivement qui sont les patrons et les moins idiots !
On voit également que les peuples ne sont plus maître de leurs destinés.
Et on se demande pourquoi le brexit...
a écrit le 05/05/2020 à 13:28 :
Il semble clair que tous ces bifetons imprimes feront dans un temps bref de gros degats.
La credibilte d'abord, et ensuite quand les citoyens des pays de cette etrange union s'apercevront du montant des impots qu'il faudra honorer. Ca va grincer dans cette belle europe.
L 'argent n'est pas gratuit, nulle part.
a écrit le 05/05/2020 à 13:04 :
Ce que ne précise pas l'article, c'est que les retraités et épargnants allemands prennent ont un taux d’intérêt correct sur leur assurance vie et autres produits d'épargne grâce à l'Italie, la Grèce, le portugal, le club med comme disent les allemands. Le ministre allemand des finances avait reconnu que les grecs avaient permis aux retraités allemands d'avoir plusieurs milliards d'euro de pension. Les italiens paient 2% en moyenne leur dette en Euro (2200 milliards). Sans l'euro, l’intérêt de l'assurance vie en unité de compte euro allemand serait négatif comme en France d'ailleurs et j'en profite. Les eurosceptiques jouent un double jeu, hors de l'Euro mais rester à pomper les finances des pays plus modestes, ces mauvais gestionnaires de leur finance publique. Avec la crise du COVID, les reflexes dominateurs de certains ressortent. Cette Europe est à vo... L'esprit européen est bafoué par des Merkel et consorts.
Réponse de le 05/05/2020 à 13:31 :
Je ne vois pas trés bien comment les eurosceptiques "pomperaient" les finances des pays mauvais gestionnaires ; c'est au contraire ces derniers surendettés ,qui pompent les finances des pays ayant une gestion vertueuse
Et l'on s'etonne que les allemands rechignent à continuer .à payer?
moi, ce qui m'étonne vraiment , c'est qu'ils acceptent de le faire depuis si longtemps .
Réponse de le 05/05/2020 à 13:35 :
très bonne observation . Le mensonge allemand est énorme .
Réponse de le 05/05/2020 à 13:36 :
Vous dites des choses intéressantes au début mais ça devient plus flou à partir des "eurosceptiques". Ce qui est sûr c'est que si l'Italie sort de l'euro (mais pas de l'ue : il y a des avantages à avoir un marché ouvert tout en ayant une monnaie, la lire, qui correspondent à ses fondamentaux) alors l'euro sera mort et alors l'allemagne perdra son avantage de la sous estimation de sa monnaie héritée du début de l'euro. En fait, la disparition de l'euro tel qu'il est aujourd'hui pourrait renforcer l'ue en limitant les déséquilibres. Ou alors il faudrait repenser l'euro comme une monnaie externe à l'ue mais avec un change flottant interne des monnaies le composant.
Réponse de le 05/05/2020 à 13:37 :
"Taux d’intérêt correct", justement pas, et c'est bien le problème: les manipulations de la BCE forcent des taux d'intérêts artificiellement bas, la preuve en étant donnée dans l'article: le taux auquels l'italie peut emprunter a augmenté suite au jugement... Ce jugement ne met par ailleurs pas en cause l'Euro, mais la légalité de l'étendue de certaines des actions de la BCE par rapport à son statut.
Réponse de le 05/05/2020 à 13:41 :
C'est vrai ce que vous soulignez, mais avoir des taux d'intérêt élevés payés en monnaie de singe ne fait l'affaire de quiconque. Et ceux qui veulent s'affranchir des règles de vie commune, ou d'usage de biens communs, seront les premiers à venir pleurer en cas d'explosion de l'UE et/ou de l'Euro. Donc, garder raison en tout, et sur ce point, on voit bien que nous sommes plus que limite.
Réponse de le 05/05/2020 à 13:55 :
l allemagne reproduit ce qui s 'est passé en 2008...... ou elle a fait payé au portugal, irlande et espagne les in,vestissements immobilier des fonds de retraites allemands, totalement décorrélés de la réalité
mais le climat global est très différent aujourd'hui.....mettre à genoux les voisins ne fera plus la richesse de l allemagne, qui siphonne l europe depuis 15 ans, l industrie allemande ayant son réservoir de pays à bas cout à sa porte, à l Est
là, ça risque d être beaucoup plus compliqué pour elle
Réponse de le 05/05/2020 à 15:38 :
Sans l'euro les taux italiens, français ou grecs seraient tous plus élevés et si vous n'êtes pas au courant rien n'empêche qu'une obligation soit émise dans une autre monnaie. La sécurité sociale française émet bien des obligations en dollar.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :