La taxe sur les transactions financières progresse

 |   |  385  mots
Michel Sapin, ministre français des finances, se montre optimiste s'agissant d'un accord à 11 sur la TTF
Michel Sapin, ministre français des finances, se montre optimiste s'agissant d'un accord à 11 sur la TTF (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
"Nous avons avancé dans le sens des positions portées par la France, c'est-à-dire une assiette large avec le moins d'exceptions possibles" estime Michel Sapin

Des "progrès essentiels" ont été réalisés sur l'épineuse question de la taxe sur les transactions financières (TTF) lors d'une réunion de l'UE samedi à Luxembourg, a estimé le ministre autrichien des Finances, Hans Jörg Schelling.

"Il a y eu des progrès essentiels (...) Je suis maintenant plus optimiste après la réunion", a déclaré M. Schelling, qui pilote les discussions de onze pays européens décidés à mettre en oeuvre cette taxe.

Le Français Michel Sapin a abondé dans son sens: "Je crois pouvoir dire que nous avons franchi une étape décisive en nous mettant d'accord sur un certain nombre de principes". "Nous avons avancé dans le sens des positions portées par la France, c'est-à-dire une assiette large avec le moins d'exceptions possibles", s'est-il félicité.

Discussions décisives en octobre


"Nous aurons au mois d'octobre un moment là aussi décisif", a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

Le ministre espagnol des Finances, Luis de Guindos, a de son côté déclaré: "C'est un sujet compliqué, on a une série d'accords de principe (...) chacun a ses lignes rouges, pour l'Espagne c'est qu'il n'y ait pas d'impôts sur les dérivés de dette publique".
"Il manque encore du travail technique (...) bien sûr pour l'année prochaine ce sera impossible d'avoir la TTF. J'espère que ce sera possible pour 2017", a-t-il ajouté.

Début septembre, le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici avait estimé que la TTF ne serait finalement pas mise en place au 1er janvier 2016, contrairement à ce qui était officiellement prévu.

Les discussions sur la TTF, qui avaient repris cette année, avaient été mises en sourdine en raison des négociations intenses sur la crise grecque. La Commission européenne avait pris position pour une taxe d'un montant de 0,1% sur les actions et obligations et 0,01% sur les produits dérivés, qui puisse être prélevée sur toutes les transactions financières, à partir du moment où l'une des parties est domiciliée dans un pays participant. Les onze pays décidés à mettre en oeuvre la TTF sont la France, l'Allemagne, la Belgique, le Portugal, l'Autriche, la Slovénie, la Grèce, l'Espagne, l'Italie, la Slovaquie et AFP

 



© 1994-2015 Agence France-Presse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2015 à 0:21 :
Il semble plus judicieux de taxer au moins autant les dérivés que les vrais titres.
a écrit le 14/09/2015 à 11:34 :
a voir sa téte il ni croie pas du tout ,surtout venant des socialos ji croit plus en leurs baratin . au faite c est quoi socialo
il sont pire que la droite ils vont nous bouffer la moelle .
il me rende malade ces politiciens
a écrit le 13/09/2015 à 20:19 :
Magnifique baratin. Mais tant que le shadow banking augmente, tout le monde est content : ça planque de plus en plus.
a écrit le 13/09/2015 à 14:47 :
Le "moment décisif" n'aura pas lieu! L'europe des technocrates de Bruxelles a mis en place l'austérité au sein de l'eurogroupe tout en favorisant l'évasion fiscale des grandes entreprises. Je pense que c'est ce modéle qui prévaudra sur la TTF !!! Et Mr Sapin continuera à défendre les interêts des banques françaises pour qu'elles continuent leurs transactions sur les produits dérivés sans être taxées!! Il s'agit donc bien d'une mascarade destinée à se donner bonne conscience!! pas plus!
a écrit le 13/09/2015 à 9:50 :
Les epargnants en France sont deja les plus rincés du monde : seul pays a taxer les revenus de l'epargne au taux de l'I.R.P.P (plus de prélèvement libératoire) sans compter les enormes prélèvements sociaux, et pour Mr Sapin l'urgence numero 1 serait de creer encore une nouvelle taxe.
a écrit le 13/09/2015 à 7:37 :
On peut aussi prévoir une taxe sur les transactions financières chaque fois qu'on fait les courses au super marché, chaque fois qu'on prend de l'essence, chaque fois qu'on paye des impôts; On attend un impôt sur l'air qu'on respire.
Réponse de le 13/09/2015 à 10:39 :
Sur les courses et l'essence, vous avez déjà la TVA (5,5% pour l'alimentaire, 15% en Suède en 2010, 20% pour le carburant (20% en Suède aussi)) mais la TICPE HT à laquelle il faut appliquer la TVA fait dans les 0,8€/L TTC d'essence (hors prix du pétrole). Ces taxes existent déjà. Les impôts sont HT, si on peut dire, mais ce sont les seuls qu'on voit en clair, les autres sont diffus, compris dans le prix, masqués, sous-terrains.
Pour l'air, rien de prévu, il faut estimer les volumes inspirés, le CO2 émis en expirant, sinon la taxation serait impossible. Au repos, on marche, on jogg, ça varie. :-))
a écrit le 13/09/2015 à 0:06 :
Purement démagogique.
Et si les responsables politiques passaient plus de temps à mieux rationaliser les dépenses qu'à chercher à prélever toujours plus ?
a écrit le 12/09/2015 à 22:09 :
Si il y a bien un secteur mobile , c'est le secteur financier (voir la réorganisation de HSBC vers l'asie ). Leur taxe n'aura donc qu'un seule effet , amplifier le phénomène en cours de délocalisation des BFI mondiales ... et donc des pertes de rentrée fiscale à terme ... exactement comme l'ISF et la taxation du capital qui entrainent le départ des plus riches contribuables.
De toute manière , la place de Paris et Francfort étaient déja des marchés subalternes donc , cette taxe va surtout être un moyen de se glorifier auprès de l'opinion et de taxer un peu plus le petit porteur ...sous couvert de s'attaquer aux méchantes banques responsables de la crise financière (évidemment pas concernées puisque américaines ...).
Réponse de le 13/09/2015 à 2:08 :
"Leur taxe n'aura donc qu'un seule effet , amplifier le phénomène en cours de délocalisation des BFI mondiales ..." : S'ils ont le choix, vous êtes certains que les investisseurs iront là où les algotraders ont le champ libre pour les gruger en travaillant à la microseconde et pour faire plonger les cours à des vitesses records?
a écrit le 12/09/2015 à 21:20 :
Il peux parler les socialistes sont des menteurs pas de chance j'appartiens pas à la classe voltaire
a écrit le 12/09/2015 à 19:20 :
la france propose une taxe a 0.1% sur les actions alors qu'elle a deja mis en place une taxe a 0.2%
est ce que la france envisage de baisser un impots, donc? (pour une fois, ce qui changerait!!)
a écrit le 12/09/2015 à 19:03 :
Ce ministre en poste par son copinage de banc d'école et quelle école l'ENA voudrait nous faire croire comme pour la Grèce que la France joue un jeu essentiel. Ce Monsieur ou plutôt ce mec qui n' a aucune crédibilité est le type même du bon politicien minable incompétent et qui voudrait nous faire croire que la France en déconfiture a un poids au niveau de l'Union, encore capable, un d'avoir des idées nobles deux d'être écoutée. M. Sapin SVP sortez autre chose que vos âneries car celle qui a un poids et qui compte non pour du beurre Madame Merkel. Vous n'avez pas honte il est vrai que dans notre pays pour gouverner ou pour être élu il ne faut pas avoir de morale. Vous êtes comme votre pendant politique M. Sarkozy qui disait qu'il avait sauvé le monde en 2008 info des écoutes de la NSA j'espère que cette dernière continue à écouter notre classe politique qui nous fait tellement honte et rire par son imbécilité.
a écrit le 12/09/2015 à 18:29 :
Sapin est l'exemple même de la personne qui a atteint son niveau maximum d'incompétence au sens de Peters. Ayant raté à peu près tout ce qu'il a entrepris depuis qu'il sévit sous Hollande, il cherche à se faire bien voir de ses pairs socialistes en promouvant l'extension de la folie taxatrice de la gauche qui sert de béquille mentale à celle-ci. Bien entendu le système politique devenu complètement assoiffé d'argent publique l'approuvera, mettant ainsi en place les derniers éléments de la destruction du système économique qui le nourrit. Hegel a dit que les civilisations étaient mortelles, les socialistes français le prouveront, et nous en crèveront.
a écrit le 12/09/2015 à 18:24 :
Si la taxe était une vertu, la France serait un paradis. Tout est prétexte à taxation pour nourrir la pieuvre. C'est personnel mais je hais la France d'aujourd'hui. Comme beaucoup d'autres....
a écrit le 12/09/2015 à 16:58 :
et allez , une de plus ! simplifions plutôt les institutions : moins d'échelons , moins d'élus trop grassement payés et on pourra même peu être baisser la fiscalité afin de relancer la croissance
a écrit le 12/09/2015 à 16:12 :
Réduisez le nombre de fonctionnaires au lieu de toujours taxer ! Taxer ! Taxer ! Il y en a 1,5 millions de trop !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :