Le Royaume-Uni négocie un emprunt obligataire à taux négatif, une première

 |   |  511  mots
(Crédits : POOL)
Le Royaume-Uni a négocié mercredi un emprunt obligataire avec pour la première fois un rendement négatif, profitant d'un environnement de taux très bas et du statut de valeur refuge des obligations en pleine pandémie.

 Le pays a émis pour 3,8 milliards de livres d'obligations à échéance 2023, à un taux de -0,03%, selon l'agence britannique de gestion de la dette (Debt Management Office).

"L'histoire a été écrite aujourd'hui" et le Royaume-Uni "rejoint d'autres pays européens dans le camp des taux d'intérêt négatif", note Edward Moya, analyste chez Oanda.

Un taux négatif lors d'une émission signifie que les créanciers se verront rembourser à terme une somme inférieure à celle prêtée à l'Etat. Mais cette perspective est loin de décourager les investisseurs qui cherchent avant tout des placements sûrs pour leurs fonds, les obligations d'Etat pouvant faire figure de valeur refuge face aux actions, jugées plus risquées.

Les investisseurs se servent de ces placements comme d'une sorte de coffre-fort pour protéger leur argent. Ils peuvent en outre avoir l'espoir que ces titres soient recherchés et prennent de la valeur pour pouvoir les revendre et faire une plus-value avant échéance.

Enfin, les fonds d'investissement sont le plus souvent obligés de détenir une grande part d'actifs sûrs et parmi les mieux notés auprès des agences de notation, ce qui les pousse à acheter des obligations souveraines, même si elles ne rapportent rien.

Pour cette émission obligataire du Royaume-Uni, la demande des investisseurs a d'ailleurs atteint plus de 8 milliards de livres.

Le pays a déjà émis des billets de trésorerie à court terme (un mois) à taux négatif, pour la première fois fin 2016. C'est une première sur des obligations, soit des titres de dettes à échéance de 2 ans ou plus.

Et sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise, les obligations à échéance 2 et 3 ans sont en taux négatifs.

Tous les taux obligataires sont tirés vers le bas par les politiques monétaires ultra-accommodantes des banques centrales dans le monde, avec des injections de liquidités massives face au choc économique de la pandémie.

La Banque d'Angleterre (BoE) a abaissé son taux à 0,1% au plus bas historique et certains de ses membres évoquent même l'hypothèse d'un taux négatif pour relancer la machine économique: cela encouragerait les banques à prêter au risque de perdre de l'argent en le laissant en dépôt auprès de l'institut monétaire.

Un nouvel assouplissement monétaire pourrait être nécessaire pour revigorer l'inflation, qui a fortement ralenti à 0,8% sur un an en avril, en raison de la chute du...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2020 à 22:52 :
mai l' état donneur donneur de leçon paie les salaires 100% des fonctionnaires qui nom même pas travaillé pendant le confinement avec nos impôts .................si ma mémoire et bonne le président à dit quoi 'qu'il en coûte!!
a écrit le 25/05/2020 à 22:52 :
mai l' état donneur donneur de leçon paie les salaires 100% des fonctionnaires qui nom même pas travaillé pendant le confinement avec nos impôts .................si ma mémoire et bonne le président à dit quoi 'qu'il en coûte!!
a écrit le 23/05/2020 à 11:45 :
L'emprunt de la GB est à moins 0.03% sur trois ans. Tant mieux, mais, il faut relativiser.
Le 19 mai, les taux des OAT (France) étaient:
2 ans: moins 0.52 %
5 ans: moins 0.364 %
10 ans: moins 0.012 %
Source: site de la Banque de France.
Cordialement
a écrit le 22/05/2020 à 9:52 :
Ils sont malins ces anglais, juste sortis du consortium européen financier ils ont profité de la crise du covid pour reprendre la main sur leur politique monétaire et ô quelle coïncidence les voilà qui vont faire financer les dégâts sur leur économie par les banques. La liberté cela n'a pas de prix et c'est tellement efficace mais bon quand on veut/sait gouverner forcément.

Vite un frexit et de véritables dirigeants politiques français svp et non pas ces grotesques marionnettes des marchés financiers. Les anglais nous montrent la voie à suivre, chaque année nous perdons des milliards à ne pas le faire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :