Les dirigeants européens volent au secours du TTIP

 |   |  847  mots
Les manifestants s'opposent à plusieurs éléments de l'accord, notamment la clause de règlement des différends entre investisseurs et États (RDIE).
Les manifestants s'opposent à plusieurs éléments de l'accord, notamment la clause de règlement des différends entre investisseurs et États (RDIE). (Crédits : Reuters)
Les dirigeants européens veulent valoriser le très controversé partenariat transatlantique pour le commerce et l'investissement auprès des citoyens, alors que l'objectif de finaliser l'accord fin 2015 s'annonce complexe.

Le Conseil européen des 19 et 20 mars va se pencher sur l'état des négociations du partenariat transatlantique pour le commerce et l'investissement. Au cours de ce sommet, les dirigeants européens exhorteront la Commission à redoubler d'effort pour finaliser les négociations d'ici la fin de l'année.

Les chefs d'État et de gouvernement sont prêts à accepter presque n'importe quoi pour que l'accord soit finalisé à temps, révèle une source diplomatique.

« Les États membres et la Commission devraient faire plus d'efforts pour convaincre le public des avantages de cet accord et pour établir davantage de transparence et de dialogue avec la société civile », peut-on lire dans le projet de conclusions du sommet à venir.

Pour la Commission, les avantages sont évidents

Pour les dirigeants européens, le TTIP est une façon de redresser l'économie européenne, tout comme la mise en place de réformes structurelles et du plan Juncker, censé encourager l'investissement.

Selon les estimations réalisées par le Centre for economic research pour la Commission, l'accord TTIP permettra une augmentation de 0,5 % du produit intérieur brut combiné de l'UE dans les dix ans qui suivront son entrée en vigueur.

Les échanges commerciaux entre les deux continents sont déjà les plus importants au monde, puisque l'équivalent de 2 milliards d'euros de biens et services s'échangent tous les jours avec l'outre Atlantique.

Pourtant, les négociations ont été assombries par des manifestations partout en Europe. Les manifestants s'opposent à plusieurs éléments de l'accord, notamment la clause de règlement des différends entre investisseurs et États (RDIE).

Le vendredi 13 mars, Viviane Reding, eurodéputée et ancienne commissaire, a exprimé son opposition à cette clause. Elle estime en effet que seul un tribunal public peut garantir la légitimité des procédures, la cohérence des jugements et l'indépendance des médiateurs.

>> Lire : L'opinion publique vent debout contre la clause d'arbitrage du TTIP

Les eurodéputés devraient encourager l'instauration d'un tribunal permanent doté d'un emplacement particulier, composé de juges payés grâce aux deniers publics et nommés pour un mandat spécifique, et demander plus de transparence et des normes d'investissements claires, expliquait-elle dans une opinion pour EurActiv.

Le vote d'un projet de résolution soulignant leur position sur le TTIP devrait avoir lieu au Parlement lors de la session plénière du mois de mai.

La nouvelle stratégie de communication souhaitée par les dirigeants européens sera sans doute la bienvenue. Cecilia Malmström, commissaire en charge du commerce, essaie de gérer l'opposition croissante au TTIP et a déjà fait de la transparence et de la collaboration avec les parties prenantes des priorités de son mandat.

>> Lire : La Commission risque une enquête sur l'opacité des négociations du TTIP

Plus de transparence

Lors d'un évènement à Bruxelles le 12 mars, elle a assuré que les initiatives de la Commission commençaient à donner des résultats, surtout en ce qui concerne la transparence. L'opacité des négociations est l'un des éléments les plus vivement critiqués du TTIP.

« Nos initiatives ont été reconnues. Même nos critiques les plus acharnés doivent admettre qu'un grand volume d'informations est à présent publiquement accessible », a-t-elle déclaré, soulignant toutefois que la Commission ne pourrait probablement pas en faire davantage sans l'accord de Washington.

Après des mois de débat houleux sur l'équilibre entre transparence et confidentialité, Cecilia Malmström a décidé de publier davantage de documents de négociations européens et de rendre d'autres documents sur les négociations actuelles accessibles à un plus grand nombre d'eurodéputés et de parties prenantes.

>> Lire : La Commission publie plusieurs documents de négociation du TTIP

La semaine dernière, la Commission n'a pas exclu plus de transparence, mais a décidé d'attendre avant de changer encore quoi que ce soit.

« Devons-nous atteindre plus de gens ? Certainement », affirme-t-elle. « Je continuerai à écouter et discuter du TTIP avec ceux qui le souhaitent, ici à Bruxelles et lors de mes visites dans les États membres. Et j'exhorte tous ceux qui pensent que cet accord est important à faire de même, surtout les ministres européens et les eurodéputés, mais aussi les entreprises, les groupes de réflexion et la société civile. »

Il ne s'agit pas de créer plus d'information en soi, mais de rassurer et de tordre le cou aux idées fausses concernant le TTIP, a-t-elle ajouté.

« La publication d'informations sur Internet aide, mais les croyances restent ancrées dans l'esprit des gens bien après avoir été décrédibilisées », a-t-elle ajouté.

>> Lire : La France fait marche arrière sur l'arbitrage dans le TTIP

Prochaines étapes:

  • 19-20 mars : Sommet européen.
  • 19-21 mai : Résolution du Parlement européen sur le TTIP.

- - -

Par Daniela Vincenti (traduit de l'anglais par Manon Flausch), EurActiv.com

- - -

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2015 à 17:59 :
Le président français qui acceptera ce traite ,aura des comptes à rendre devant le peuple pour haute trahison,la décision doit revenir au peuple souverain par référendum!
a écrit le 20/03/2015 à 20:38 :
La mère Merkel est bien impatiente de signer ce traité, mais regardez donc ce qu'il contient et vous comprendrez. C'est pire que le traité de 2005.
Pauvres de nous comment avons nous des dirigeant(es) aussi nuls. Lamentable......
a écrit le 18/03/2015 à 13:38 :
''Pour les dirigeants européens, le TTIP est une façon de redresser l'économie européenne,''
Pour aujourd’hui cela me suffi, cela ma fait bien marrer.
a écrit le 18/03/2015 à 11:17 :
Encore un changement de nom pour ce traité dont les peuples ne veulent pas? Les mecs qui les négocient n'ont qu'à s'endetter sur leurs fonds personnels pour créer du PIB plutôt que de renforcer le pouvoir des entreprises au détriment des états.
a écrit le 18/03/2015 à 9:33 :
Tout ce ramdam pour une augmentation de 0,5 % du PIB europeen dans les 10 ans. Avec une marge d erreur on est presque a 0 sur 10 ans. Mais pourquoi alors se battre pour un traite qui rapporte peanuts? Il y a bien des vainqueurs a ca, non ? Ah si, bien sur les multinationales en seront les grands vainqueurs et comme ce sont eux aussi qui par lobby interpose finance les politiques a Bruxelles. La boucle est bouclee et le citoyen meprise...
a écrit le 18/03/2015 à 8:01 :
Les politiques veulent signer en 2015 n importe quoi...pourvu qu ils touchent leur bonus...
a écrit le 18/03/2015 à 0:22 :
Une vidéo assez édifiante et qui permet de remettre à leur places ces "dirigeants" et qui
résume bien cette situation

https://www.youtube.com/watch?v=_FbrL-j8zQk
a écrit le 17/03/2015 à 23:51 :
Tout ça pour 0,5 % de pib ?? Annoncé. Donc probablement zéro, en réalité. Bref, les multinationales veulent plus de liberté, mais ne promettent rien en échange. La commission est complice d un abandon de souveraineté européenne !
a écrit le 17/03/2015 à 22:05 :
Il faut se méfier de ce que disent les partis politique nationaux, il s'agit d'un travail européen et les partis n'utilisent pas leur voix au parlement européen pour faire quoi que ce soit, le taux moyen d'absentéisme y est assez élevé et le travail de très faible valeur ajoutée, de même pour le gouvernement qui n'essaye pas d'intégrer plus de français dans les commissions...
Quant aux médias ils faut aussi s'en méfier, parce que l'histoire du plombier polonais... sans parler à un quelconque moment que les polonais ne voulaient pas de social à la française... de même que de la plupart des européens en fait.
a écrit le 17/03/2015 à 21:46 :
Il me semble que l'UE et l'euro ont utilisé les mêmes méthodes pour s'imposer!
a écrit le 17/03/2015 à 21:42 :
Il suffit de convaincre plutôt que de leur cacher "une" vérité! Mais apparemment ce n'est pas possible!
a écrit le 17/03/2015 à 19:59 :
Je vois bien un agriculteur (si, si, une entreprise elle a dit la dame) faire la promotion de cette daube.. Vraiment... Ces politiques

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :