Les eurodéputés attaquent fort le dumping chinois

Le texte du Parlement prévoit notamment que "les enquêtes antidumping" prennent en compte "le respect par le pays exportateur des normes fiscales, environnementales et de travail internationales".
Le secteur de la sidérurgie est particulièrement touché par la concurrence de la Chine, qui produit environ la moitié de l'acier de la planète et dont les aciéries ploient sous des capacités excédentaires
Le secteur de la sidérurgie est particulièrement touché par la concurrence de la Chine, qui produit environ la moitié de l'acier de la planète et dont les aciéries ploient sous des capacités excédentaires (Crédits : © Tyrone Siu / Reuters)

Le Parlement européen a adopté mardi sa position sur les nouvelles armes antidumping concoctées en novembre 2016 par la Commission européenne, essentiellement contre la Chine et ses exportations à prix cassés. Le texte approuvé par les députés va plus loin que celui présenté par l'exécutif européen, qui prévoit une nouvelle méthodologie de calcul du dumping pour les importations en provenance de pays où il existe des distorsions importantes du marché ou dans lesquels l'Etat pèse profondément sur l'économie.

Le texte du Parlement prévoit notamment que "les enquêtes antidumping" prennent en compte "le respect par le pays exportateur des normes fiscales, environnementales et de travail internationales". Adoptée en commission parlementaire, la position des eurodéputés devrait être validé par l'ensemble des députés à la session plénière de juillet, après quoi le Parlement, la Commission et le Conseil - qui a adopté sa propre position début mai - négocieront en vue de mettre en place les nouvelles règles avant la fin de l'année.

Pékin dénonce un "protectionnisme déguisé"

Ces mesures visent essentiellement à contrer les pratiques commerciales chinoises. Lorsque le pays avait adhéré à l'OMC en 2001, il avait été stipulé que les autres membres de cet organisme pouvaient la traiter comme une économie non marchande durant 15 ans, ce qui permettait notamment à ses partenaires de bénéficier d'une certaine marge de manœuvre concernant les droits de douane sur ses exportations en cas de dumping. Cette période a pris fin en décembre 2016 mais l'UE et les Etats-Unis ont néanmoins décidé de préserver des règles sévères qui les protègent contre les produits chinois à bas prix inondant leurs marchés.

Pékin, qui estime que le refus d'accorder le statut d'économie de marché à la Chine est un exemple de "protectionnisme déguisé", a obtenu début avril la mise en place à l'OMC d'un groupe d'experts chargés de juger les mesures actuelles de l'UE. Mais la procédure devrait devenir obsolète quand Bruxelles aura mis en place ses nouvelles règles.

L'association des sidérurgistes européens Eurofer a pour sa part annoncé mercredi "soutenir l'approche des députés européens". Le secteur est particulièrement touché par la concurrence de la Chine, qui produit environ la moitié de l'acier de la planète et dont les aciéries ploient sous des capacités excédentaires.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/06/2017 à 15:20
Signaler
""Ma conviction profonde, c'est qu'il y a plus d'avantages (...) à avancer ensemble que lorsque chacun règle ses problèmes pour soi, j'en suis vraiment convaincue, c'est une attitude constante chez moi"" A. Merkel Ben ouais mais parfois faut savo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.