Moins d'eau dans le gaz entre la Russie, l'UE et l'Ukraine

 |   |  518  mots
La crise du gaz entre la Russie et l'Ukraine se dirige-t-elle vers une période de détente ? Les deux pays, réunis à Bruxelles par l'Union européenne, ont trouvé un protocole d'accord sur les livraisons de gaz pour l'hiver 2015-2016.
La crise du gaz entre la Russie et l'Ukraine se dirige-t-elle vers une période de détente ? Les deux pays, réunis à Bruxelles par l'Union européenne, ont trouvé un protocole d'accord sur les livraisons de gaz pour l'hiver 2015-2016. (Crédits : POOL)
La Russie et l'Ukraine, réunies à Bruxelles par l'Union européenne, ont trouvé un protocole d'accord sur les livraisons de gaz, suspendues depuis le 1er juillet, pour l'hiver 2015-2016.

La crise du gaz entre la Russie et l'Ukraine se dirige-t-elle vers une période de détente ? Les deux pays, réunis à Bruxelles par l'Union européenne, ont trouvé un protocole d'accord sur les livraisons de gaz, suspendues depuis le 1er juillet, pour l'hiver 2015-2016.

Maros Sefcovic et les ministres de l'Energie russe Alexandre Novak et ukrainien Volodymyr Demtchychyne ont paraphé les documents devant la presse, à l'issue d'une réunion de près de six heures.

Etape cruciale

L'accord sur ce nouveau "paquet hiver" est une "étape cruciale vers l'assurance que l'Ukraine ait des réserves de gaz suffisantes pour l'hiver à venir et pour qu'il n'y ait aucune menace pour un transit continu et fiable de la Russie vers l'UE", a-t-il ajouté.

Si les "détails techniques" étaient réglés, les trois hommes ont toutefois précisé que le texte devait encore passer des procédures formelles avant d'être définitivement adopté. M. Demtchychyne, qui a jugé les conditions "acceptables", espérait pouvoir commencer à pomper "sous peu".

L'Ukraine s'est engagée à "sécuriser le transport de gaz naturel via son territoire vers l'UE, notamment en ajoutant 2 milliards de mètres cube de gaz" en octobre à ses réserves, est-il expliqué dans un communiqué. L'opération se fera entre l'opérateur gazier ukrainien Naftogaz et le russe Gazprom.

La Russie baisse ses prix

L'Union européenne s'est engagée à faciliter le financement des achats ukrainiens, en particulier auprès d'institutions financières internationales comme la Banque mondiale ou le FMI, "mais ne fournit pas de financements supplémentaires", a souligné M. Sefcovic. Par ce biais, "au moins 500 millions de dollars devraient être disponibles d'ici la fin de l'année", selon le communiqué de la Commission.

De son côté, la Russie a confirmé vendredi soir avoir baissé le prix du gaz vendu à l'Ukraine. Un décret qui détaille la formule déterminant les droits douaniers appliquée aux ventes de gaz russe a été publié. Elle revient selon les agences russes à une remise de 24,6 dollars pour 1.000 m3 par rapport au contrat en vigueur, et donc à un prix de 227,4 dollars par 1.000 m3.

Les prix sont "à un niveau comparable à celui appliqué aux pays voisins de l'UE", a indiqué le ministre russe en conférence de presse, évoquant un rabais "d'environ 20 dollars". "Nous ne nous ménagerons pas nos efforts pour éviter tout problème", a-t-il assuré.

Une crise qui dure depuis début 2014

La Russie et l'Ukraine étaient engagées dans un bras de fer sur le prix du gaz depuis l'arrivée au pouvoir de pro-occidentaux à Kiev début 2014. Après une première interruption des livraisons de plusieurs mois en 2014 puis un accord provisoire pour assurer du gaz à l'Ukraine pendant l'hiver, les livraisons étaient de nouveau suspendues depuis juillet, sur fond d'un conflit qui a déjà fait 8.000 victimes.

Les contacts s'étaient accélérés ces dernières semaines à l'approche de la saison froide, synonyme d'augmentation de la consommation en Ukraine mais aussi en Europe, dont environ 15% des besoins en gaz transitent par le territoire ukrainien, d'où les risques de perturbations des approvisionnements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2015 à 8:30 :
M. Poutine est un slave avec tout ce que cela comporte comme patience, l'étude de chacun de ses "amis" leurs faiblesses, mais aussi cette pugnacité à arriver à son objectif, mais aussi la brutalité. En fait M. Poutine donne une leçon à l'Union européenne, une leçon de pugnacité bien sur mais également à cette force de vouloir atteindre un objectif. On ne va pas donner au Président russe un diplôme de bonne conduite mais ont au moins lui reconnaître ,ce qui manque à bien des responsables politiques un objectif, au contraire les politiques européens et plus particulièrement français sont versatiles, des girouettes et malheureusement la France est dans le top de ces pays ce n'est pas une question de gauche ou de droite mais de ce monde politique français tellement versatile que le citoyen ne va plus voter (en moyenne proche de 50 pour cent d'abstentions) car il sait que ce qui est promis ne sera jamais tenu pire le contraire sera exécuté et pas obligatoirement pour le bien du pays car cela compte peu pour un politique français non sa vision est son égo et ses amis son parti, ceux qui cirent les chaussures et la nous dépassons le cadre du politique nous sommes dans la courtisanerie .
Réponse de le 27/09/2015 à 12:32 :
@il réussi..: @ Le problème est que tout ce que vous avez écrit à propos de Poutine ne colle pas avec les faits. Merci de nous raconter quels sont objectifs de M. Poutine, quels buts sont atteints (surtout d’où vient cela du contenu de l’article)? La réalité est tout l’autre, la politique de Kremlin est très situationniste, sans vision longue terme, souvent stupide.
a écrit le 26/09/2015 à 21:33 :
Si Poutine n'avait pas envahi la Crimée, l'Ukraine de l'Est après la Géorgie et la Moldavie ces problèmes ne seraient pas arrivés et l'Ukraine se porterait mieux. Heureusement que le bas prix du pétrole et la guerre en Syrie occupent ce dictateur mal inspiré. A noter que c'est aussi à cause de lui et de son droit de veto qu'il n'y a pas eu intervention de l'Onu 1 an après que Bachar ait tiré sur sa population et que l'on en est arrivé à plus de 300.000 morts. Un désastre ce Poutine, le FSB et cette génération d'impérialistes malgré leurs flots de trolls et de propagande pour tenter de dénaturer la vérité comme de faire en son temps oublier le pacte Ribbentrop Staline de 39/41.
Réponse de le 27/09/2015 à 0:11 :
@Historien qui semble d’être la même personne que @Alain d : Merci de nous expliquer
1. De quelle occupation de Moldavie parlez-vous en sachant que la Transnistrie est de facto indépendante depuis le début des années 90 ?
2. Quel est le rapport entre la Moldavie et Poutine en sachant qu’à cette époque le dernier n’a même pas commencé de gaspiller l’argent dans la mairie de St. Peterbourg ?
3. Quelles parties de Géorgie sont occupées en sachant que l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie sont de facto indépendantes depuis les guerres civiles au début des années 90 ?
4. pourquoi votre information sur l’occupation de Géorgie est en contradiction avec les conclusions de la commission de l’UE sur le conflit, qui accuse la Géorgie de commencer cette guerre ?
5. Comment un historien (comme vous prétendez l’être) peut ne pas savoir qu’avant le pacte Molotov-Ribbentrop il y a eu le traité de Munich et le pacte Hitler-Pilsudski de 1934 et plusieurs autres pactes d’Hitler avec les pays occidentaux ?
Merci d’avance pour vos explications qui prouveront vos compétences dans la science historique !
Réponse de le 28/09/2015 à 2:53 :
@ Ex-Moscovite :
1 La Transnistrie est occupée par les troupes russes, comment pouvez vous parler d'indépendance. Idem pour le référendum en Crimée sous l'occupations de petits hommes verts au passeport russe. La méthode est la même partout de la Moldavie à l'Ukraine etc
2 Moldavie via le FSB qui a promu Poutine au pouvoir, c'est une même origine de pensée et stratégie.
3 Idem que question 1 ce n'est pas une indépendance démocratique et ce sont des territoires géorgiens occupés par les troupes russes.
4 Les tensions en Géorgie ne sont pas juste de la responsabilité de la Géorgie donc ce qui peut déclencher un conflit ne justifie pas l'occupation définitive et le chaos sur des parties de son territoire, tout comme en Ukraine. Vous schématisez l'histoire.
5 Rien à voir entre les différents traités que vous citez puisque dans le pacte Ribbentrop/Staline il s'agissait de faire disparaître la Pologne, rien que çà.
Réponse de le 28/09/2015 à 10:59 :
@Historien: 1. Avant de discuter cela vous devez connaitre le sujet au moins au niveau de l’article dans Wikipedia française que je trouve incomplète et légèrement pro-moldave, mais déjà cet article ne laisse aucune chance à vos paroles. De la base de 14ème armée existant depuis l’époque de l’URSS actuellement il ne reste que 2-3 bataillons incomplètes et peu armés, ce qui est rien par rapport à l’armée de la Transnistrie même. Une vraie occupation, quoi.
2. Faux. Poutine est parti du KGB, où il avait un poste sans importance, en 1990 (certains disent, plutôt il a été viré et pas pour rien). Depuis il a travaillé à l’Université de Leningrad (St.Peterburg), depuis 1991 en mairie de St. Petersburg, ensuite dans l’administration du Président. Il a été nommé le directeur de FSB qu’en 1998, où il n’a pas été trop apprécié.
3. Je ne peux que constater que vous ne connaissez rien dans l’histoire des conflits ethniques, qui étaient nombreux à la fin de l’URSS.
4. A. Vous n’êtes pas d’accord avec les conclusions de la Commission de l’UE ? B. L’Occupation définitive ? Désolé, mais Tbilissi n’exerçait aucun pouvoir sur l’Abkhazie, l’Ossétie du Sud (et presque aucun sur l’Adjarie) depuis 1993 (en réalité 1991). Les troupes russes qui ont été mis en place étaient des forces de maintien de la paix sous mandat de l’ONU, et les républiques ont été déjà indépendantes.
5. Tout faux. A. Le traité de Munich de 1938 a fait disparaitre la Tchécoslovaquie (l’URSS était contre cela). B. Il s’agit des pactes de non-agression et même des alliances (par exemple, suite à des pactes la Pologne a occupé une partie de Tchécoslovaquie en 1938). C. La Pologne a été vaincue uniquement par les troupes allemandes, il n’avait aucun accord défensif entre l’URSS et la Pologne, donc, le traité Molotov-Ribbentrop (pas Ribbentrop-Staline, vous ne connaissez même pas le nom de pacte) n’avait aucune importance dans la destruction de Pologne.
6. Je doute que vous puissiez le comprendre, mais l’histoire des années fin-1980-fin 90 à l’URSS et la Russie représente un tel chaos que les éventements de 1789-1794 en France semblent d’être un exemple de l’ordre (bon, j’exagère, mais pas pour autant). Il est difficile de parler de la volonté de KGB/FSB etc. dans la situation de la corruption totale, déliquescence et chaos.
7. Désolé, mais vos compétences en histoire ne correspondent pas à votre pseudo.
a écrit le 26/09/2015 à 20:40 :
Il serait temps....de reconnaître que V.Poutine est le seul véritable homme d'état européen en exercice. Tous les autres ne sont, au pire que des profiteurs, au moindre que des valets. Si l'occident chrétien, n'en déplaise à nos politiques démagogues d'aujourd'hui, veut contrer la menace mortelle qui pèse sur lui et vaincre la barbarie et le fanatisme, il faut que nous soyons tous avec la Russie. A cette seule condition, Daesh et les autres seront enfin ravalés au rang des "has been".
Réponse de le 26/09/2015 à 21:34 :
C'est naïf de croire que Poutine va régler ce problème et oublier la guerre de l'Urss en Afghanistan
Réponse de le 27/09/2015 à 14:47 :
EXAT??? L OXCIDENT INTERVIENT TOUJOURS AVEC INTERES ? LES RUSSES AUSSI MAIS LE PROBLEME DES FOUS DE DIEU APELLER DAESH. ILS FAUT LE RESOUDRE EN COMMUN ? DE PLUS LES PAYS DOIVENT DECIDE DE LEUR AVENIR SANS L INTERVENTIONS DES GRANDES PUISSANCE DEMOCRATIQUEMENT? LES HOMMES ONT IN VENTE LA DEMOCRATIE C EST UNE TRES BONNE INVENTION POUR CHOISIR SONT GOUVERNEMENT SANS EFFUSSIONS DE SANG C EST LA MELLIEUR CARANTIE POUR LES PEUPLES DE CES PAYS DE SE DEVELOPPE ET DE PROGRESSE EN ELEVENT LE NIVEAUX DE VIE DE LEURS PEUPLES?
a écrit le 26/09/2015 à 14:49 :
Que ce soit pour la bien de l'union européenne, de la Russie, et de l'Ukraine.... Ils est imperative que les tentions disparaître.... Le commerce et le respeçts des un comme des autres est important pour la paix internationnal.... La construction une Union européenne de La Défense devrai être un rempart au la volonté de suprématie américaine, propice à des tentions importante avec les Russie.... Ne pas oublier que nous somme sur le meme continent que la grande Russie.
Réponse de le 26/09/2015 à 21:42 :
Il y avait déjà des problèmes avec la Russie avant que les Etats-Unis n'existent. L'impérialisme russe est lui aussi récurrent, relisez Tolstoï, Dostoïevski etc Les européens estiment que le pouvoir est à leur service, c'est l'inverse en Russie. Les américains n'ont pas grand chose à voir avec l'Ukraine et la situation actuelle, c'est bien Poutine qui a envahi la Géorgie, la Crimée etc.
Réponse de le 26/09/2015 à 23:58 :
@Jean : Je vous voudrais poser plusieurs question concernant votre intervention, mais finalement ne pose que deux. 1 Pourriez-vous nous expliquer pourquoi votre information est en contradiction avec les conclusion de la commission de renseignement de l’UE sur le conflit, qui accuse la Géorgie de commencer cette guerre ? 2. Pourriez-vous nous raconter quelles parties de Géorgie sont occupées en sachant que l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie sont de facto indépendantes depuis les guerres civiles au début des années 90 ? Merci d’avance pour vous réponses qui devront montrer vos compétences dans le sujet.
Réponse de le 28/09/2015 à 3:07 :
@ Ex-Moscovite : disons plus objectivement que c'est la Russie avec les méthodes du FSB similaires à celles du KGB auparavant, qui a poussé la Géorgie a déclencher la guerre. C'est un peu comme la guerre hybride en Ukraine. Si vous allez en Ossétie du Sud et en Abkhazie vous verrez que ce ne sont pas des régions indépendantes du tout dès la frontière passée et vous y trouverez des troupes et intervenants russes dirigés depuis le Kremlin. Vous allez prétendre aussi que la Tchétchénie est indépendante ? Poutine soutient Bachar en Syrie dont la majorité du peuple ne veut pas sinon elle se battrait pour lui. Pourtant le Kremlin soutient activement Bachar au dépens de la majorité du peuple syrien qu'il n'accueille pourtant pas chez lui alors qu'il est responsable de ce chaos du fait de son droit de veto il y a 4 ans à l'ONU.
Réponse de le 28/09/2015 à 12:37 :
@Jean qui semble être la même personne que @Alain d et @Historien : 1. Merci de ne pas multiplier les sujets sans lien (Ukraine, Syrie, Tchétchénie, agriculteurs, FN etc.) ! J’ai des soupçons que vous veuillez cacher votre incompétence dans les questions mentionnées ci-dessus en me forçant d’écrire sur tous les sujets du monde. Egalement ce n’est pas à vous de parler d’objectivité.
2. Il y a eu une utilité militaire d’attaquer les forces russes sous mandat de l’ONU dans la nuit ? La commission de l’UE n’est pas d’accord avec vous. Je vous rappelle aussi que la méchante et agressive Russie a retiré toutes ses bases militaires (de l’époque de l’URSS) de la Géorgie dans la période 2000-2007. Un vrai agresseur, quoi.
3. L’Abkhazie et l’Ossétie du Sud ont devenus de facto indépendantes depuis le début des années 90 à l’issue des conflits ethniques majoritairement provoqués par les géorgiens en situation de la guerre civile. Les fonctionnaires de l’administration géorgienne n’y étaient pas bienvenus (disons gentiment) depuis cette époque. Les militaires russes ont participé minoritairement dans ce conflit comme les mercenaires des deux côtés(en Abkhazie, pas en Ossétie d’auprès ce que je sais), car les salaires des officiers permettaient au mieux de ne pas mourir de faim. Les bases militaires russes en Abkhazie et Ossétie du Sud sont apparues en 2009.
4. La Tchétchénie n’est pas indépendante, c’est officiellement une région de la Russie. Par contre elle a beaucoup plus des droits que d’autres régions de la Russie, et les clans tchétchènes sont très puissants dans le milieu politico-économique russe.
a écrit le 26/09/2015 à 12:23 :
Il faudrait peut-être arr$ter cet amalgame manipulateur entre le commerce et la politique ! Essaie un peu de ne pas payer tes factures en France et tu vas voir si tu continues à être alimenté en gaz, electricité, eau, etc. Si l'Ukraine ou quelqu'un d'autre paie à la place de l'Ukraine, je suis certain que les Russes se feront un plaisir de livrer leur gaz :-)
Réponse de le 26/09/2015 à 14:34 :
Politiques et énergies sont interdépendants, surtout lorsqu'il s'agit de la Russie.
---------------
En résumé, Poutine a baissé le prix et a arrêté d'arnaquer l'Ukraine, comme la Russie arnaquait les pays baltes depuis des dizaines d’années, comme seul fournisseur.
Poutine a toujours utilisé le gaz comme un moyen de chantage et de pression sur l’Ukraine ! Et sur l'Europe!
Et le charbon pour les centrales, le coke de qualité utilisé pour l’acier ukrainien, le manganèse qui sont volés dans le Donbass occupé ?
Est-ce que les russes appliquent des rabais lorsqu’ils revendent à l'Ukraine ces matières pillées?
Et les ressources et industries pillées en Crimée, en Géorgie ?
Poutine a toujours utilisé le gaz comme moyen de pression sur l’Ukraine, notamment lors de chaque période électorale ukrainienne.
Victor Ianoukovitch, mis en place par la Russie, maintenant recherché par Interpol pour arnaques organisées à grande échelle, avait pris le pouvoir en 2010. Il avait immédiatement obtenu un méga rabais sur le gaz.
Et il ne faudrait pas lier économie et politique? Chez les bisounours?
Réponse de le 26/09/2015 à 16:38 :
En lisant la réponse (totalement bidonnée) de cet Alain d à Patrickb, je ne peux pas m'empêcher de croire que tout ce qu'on m'avait dit sur la présence systématique de trolls d'agences américaines dans les forums de presse français était "une véritable plaie" (sic).
Si j'aurais une seule question à Alain d (comme Democracy? mdr) ce serait si il reçoit de son ONG en dollar ou en euros même.
Réponse de le 26/09/2015 à 18:36 :
@alain: 1) ce n'est pas Poutine, mais le marché qui fixe le prix des matières premières. 2) on reconnaît bien dans le commentaire du type qui n'a jamais mis les pieds en Russie, et qui nous sert la propagande habituelle :-)
Réponse de le 26/09/2015 à 21:38 :
Il y a toujours liens étroits entre commerce et politique et c'est le cas de la politique de la Russie qui a basé toute sa géopolitique et développement sur les énergies fossiles. C'est aussi son problème. L'Ukraine et d'autres pays trop dépendants en sont les victimes.
Réponse de le 27/09/2015 à 0:27 :
@Alain d : Merci de nous expliquer juste :
1. des quelles décennies d’arnaques parlez-vous concernant les livraisons du gaz en sachant que jusqu’à 2004 l’Ukraine a reçu le gaz pour le prix intérieur de la Russie, donc, >4 fois inférieur de celui moyen du marché européen ? Les pays baltes avaient aussi des réductions très importantes jusqu’aux années 2000.
2. De quelles ressources pillées à la Géorgie parlez-vous ?
A vrai dire j’ai des questions similaires pour 98% de votre commentaire, mais j’espère que vous montrerez vos compétences dans la question en répondant au moins à ces deux-là. Merci d’avance, j’attends votre réponse dans l’impatience.
Réponse de le 27/09/2015 à 10:35 :
@réalité: la puissance russe a débuté bien avant que l'on commence à parler des énergies fossiles, qui n'ont donc rien à voir avec la géopolitique. Le commerce avec l'Occident, qui avait tout juste commencé à frémir après l'ouverture de Gorbatchev et de ses successeurs, s'est arrêté avec les sanctions. Le commerce n'a donc rien à voir non plus avec la géopolitique russe. La véritable influence d'un pays, c'est sa force économique réelle et potentielle, sa taille en termes de territoire et de population, sa force militaire. En ces domaines, la Russie est très bien placée et n'a pas à se mettre sous la tutelle des US par exemple.
Réponse de le 28/09/2015 à 3:14 :
@ Ex-Moscovite : vous nous avez habitué à des commentaires peu objectifs aussi je réponds sur le gaz. Si ce n'est pas à proprement parler une arnaque de vendre un prix du gaz faible pour une durée déterminée et en échange de multiples contreparties, c'est un accord commercial maffieux et de dépendance et d'influence politique comme est en familier le Kremlin (voir la crise de certains agriculteurs/éleveurs en France et le soutien de Poutine au FN etc) et le FSB dont vous pouvez constatez l'organisation et méthodes des compagnies pétrolières et nucléaires de Gazprom à Rosatom proches de Poutine. Ce n'est pas le marché qui conditionne ces échanges mais la politique impérialiste et anti-européenne de Poutine qui cumule les mandats et a fait changé la constitution pour cela.
Réponse de le 28/09/2015 à 3:30 :
@ Patrickb : la Russie est bien trop dépendante des énergies fossiles qui diminuent, c'est le constat de Poutine comme de Medvedev et autre ministre de l'économie etc et les très fortes fluctuations économiques, boursières, financières etc récentes de la Russie le prouvent encore une fois. Sa puissance a fluctué comme d'autres au cours de l'histoire mais elle est désormais très dépendante des énergies fossiles et n'arrive pas à évoluer à cause de la maffia accrue par le pouvoir de Poutine accommodant à son égard. La Russie a toujours cité les Etats-Unis comme bouc émissaire après avoir cité en d'autres temps la Chine dont elle est fortement dépendante économiquement après l'Europe. Singapour parmi d'autres est un petit pays bien mieux géré. La taille ne signifie pas grand chose dans ce domaine également ! Le potentiel économique de la Russie dépendra de sa bonne gestion qui est un raté du pouvoir de Poutine. Regardez parmi d'autres paramètres les dépôts de brevets russes, les biens importés et exportés etc Mettre quelques avions en Syrie et des troupes en Ukraine n'est pas un gage de puissance mais plutôt le cache misère d'un pouvoir qui déclinait et joue sur le patriotisme russe. Si les médias étaient indépendants en Russie vous verriez que Poutine serait vite éliminé mais la Russie n'est pas une démocratie, plutôt une démocrature.
Réponse de le 28/09/2015 à 9:28 :
@réalité: 1) c'est sûr qu'en Russie, où tu n'as jamais mis les pieds, on rencontre la mafia à tous les carrefours -) 2) les pays occidentaux, dont la France qui n'a ni pétrole, ni idées, souffrent de la crise économique. Avec les sanctions, on peut donc s'attendre à ce que la Russie ressente un peu plus le phénomène qui, en soit, n'est pas une mauvaise chose pour les Russes, car l'énergie revêtait un poids considérable par rapport aux autres industires. Je pense même que c'est un grand bien pour la Russie qui va devoir relancer sa machine interne au lieu d'importer. 3) Et les US ont toujours cité la Russie et la Chine comme boucs émissaires de leurs propres déboires et dans le même style, la droite accuse la gauche et inversement en France. Ben oui, c'est toujours la faute des autres, n'est-ce pas :-) 4) Poutine n'est pas éternel, mais la politique des US et de ses inféodés, consistant à agresser les Russes, ne fait que renforcer le sentiment patriotique russe et n'est donc pas la bonne solution pour "éliminer" Poutine.
Réponse de le 28/09/2015 à 9:58 :
@Jean : Donc, comme vous avez dit vous-même (c’est pas une arnaque), vous donnez une fausse information, mais c’est moi qui est peu objectif :) Une belle logique ! Merci de raconter de quelles contreparties parlez-vous, surtout avant 2004 ?
A propos des accords maffieux c’est plutôt vrai, mais des deux côtés. Souvent c’était juste des accords entre les oligarques de l’Ukraine et de la Russie qui pillaient l’argent des pays (on peut se souvenir des intermédiaires de type RosUkrEnergo etc.)
Donc, vous n’êtes pas capable de répondre à la question sur la Géorgie et essayez de cacher cela en noyant dans les paroles sur les agriculteurs, FN etc., qui n’ont rien à voir avec les questions posées. Merci de répondre quand-même pour être crédible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :