#REAix2018 – Et si l'Europe était une solution ?

 |   |  238  mots
(Crédits : DR)
L'Union européenne a "une carte à jouer" dans la guerre commerciale opposant les Etats-Unis à la Chine, à condition d'être "unie", a estimé samedi la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde.

"Dans le rapport de force qu'on voit se profiler (...) entre les Etats-Unis d'une part et la Chine de l'autre, qui représentent deux formes complètement différentes d'un même élan capitalistique, l'Europe peut jouer une carte tout à fait particulière", a-t-elle déclaré aux Rencontres économiques d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

"Ce rapport de force se crée avec au milieu quelqu'un, l'Europe, sans qui l'un ou l'autre des deux pouvoirs n'a pas suffisamment de levier sur l'autre", a-t-elle observé.

"L'Europe est stratégique pour l'un comme pour l'autre", notamment dans le domaine du commerce, a-t-elle poursuivi, saluant la démarche engagée par l'UE, qui participera à un sommet à Pékin les 16 et 17 juillet.

"Les Européens ensemble, constituent une force, une puissance. Car lorsqu'ils sont unis, ils ont une véritable voix au chapitre", a par ailleurs jugé la directrice générale, jugeant que l'UE devait être "un acteur de son destin en même temps qu'une source d'inspiration pour beaucoup d'autres pays du monde".

Mais la "machine à converger" de l'UE "a trouvé ses limites" avec l'entrée de nouveaux pays dans la zone euro, a observé Mme Lagarde.

"Il faut relancer cette politique de convergence", a-t-elle estimé, jugeant nécessaire la création d'une "capacité budgétaire commune centralisée au sein de la zone euro" mais aussi d'une harmonisation fiscale, pour "éviter une concurrence" qui soit "néfaste" pour les Etats membres.

(avec agence)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2018 à 14:15 :
l’europe est à l’image des objectifs de ceux qui l’ont rendu «  ainsi »
« un pigeon à plumer »
il faut pas s’étonner que ça tire dans tous les sens.
la réunification trop rapide, trop de pays endettés...
a écrit le 09/07/2018 à 13:56 :
Merci madame LAGARDE d'alimenter un peu plus les partisans d'un frexit !

Continuez de parler surtout...
a écrit le 09/07/2018 à 9:24 :
« L'Europe est stratégique » certes, mais pas très stratège.

Chaque pays se croit individuellement plus malin que les autres et ne raisonne qu’en fonction de ses propres intérêts, souvent à court terme ou le temps d’un mandat politique. Une forme de démocratie opportuniste à la carte, comme un jeu qui se redistribuerait à chaque tour de table. Au moins il y a la monnaie commune et des règles communes.

Vu d’en bas, il manque aussi un objectif ou une projection commune.
On est encore bien loin d’une vision commune planifiée et concertée, mais l’espoir demeure car il y a urgence et soit on conforte et harmonise un tant-soit-peu l’UE, soit, face aux grandes puissances chacun ne pèsera bientôt pas plus qu’une vulgaire tribu. Côté tribal, on se rappellera des guerres incessantes qui ont ravagé l’Europe pendant des siècles et qui firent des millions de morts.
Si le seul leitmotiv devient celui de la mise en œuvre de frontières, le nombre de réfugiés et leur déportation, la facilité de vendre son fromage aux voisins, et si l’on se satisfait d’avoir tous le même calibres de fruits …, on ne va pas aller bien loin. A ce sujet, mieux vaudrait définir la taille du noyau, il est tout de même plus solide que le reste du fruit et il préserve le devenir d’un éventuel nouvel arbre.

Il sera tout aussi difficile de faire abstraction des courants populistes autodestructeurs, ou ceux tentés par un retour vers l’union soviétique et sa « régulation » des libertés.
On peut discuter culture et s’interroger indéfiniment sur les aspects civilisationnels, des effets qu’engendra la chute du mur, des particularités religieuses ou de savoir si le hamburger revêt une valeur universelle, il n’empêche que « pratiquement » il faut surtout s’occuper des règles et lois communes et du bien-être des citoyens. Le social est une science, tout autant sinon plus que l’économie. On peut lire George Contogeorgis, mais j’ai pas tout compris, à part qu’il y a apparemment distinction entre organisations économiques, chrématistiques et politiques.
En recherche d’harmonie, c’est donc bien à l’économie intégrant l’aspect social et réglementaire de jouer son rôle.
a écrit le 08/07/2018 à 17:12 :
Il semble souhaitable qu’une convergence sociale et budgétaire européenne se mette en place pour peser face aux américains et aux chinois
a écrit le 08/07/2018 à 10:41 :
S’agissant du rôle et de l’évolution de l’Europe je me demande si Madame Lagarde croit réellement à ce qu’elle dit ou si elle se contente de réciter une messe convenue car il serait politiquement correct de la réciter.

S’il voit le jour le budget de la zone Euro, et pour l’instant ce n’est pas gagné, ne sera qu’un mini-budget pour la simple et bonne raison que les États membres riches de la zone euro ne souhaitent pas faire de la redistribution financière en faveur de ses États pauvres (chose qui existe normalement dans un État entre ses régions riches et ses régions pauvres), d’autant plus que la zone euro telle qu’elle a fonctionné depuis sa création a accéléré les divergences économique entre pays membres. Quand à faire de l’harmonisation fiscale ou social (il faudrait, en effet, aussi harmoniser le social) ce n’est sans doute pas non plus une mince affaire, toujours pour des conflits d’intérêt entre États membres. L’Union Européenne comporte aussi des pays qui ne sont pas dans la Zone Euro, qui profitent à fond de leurs coûts salariaux bas et du taux de change faible de leur monnaie et qu'on ne fera plus rentrer dans la Zone Euro. La Pologne, par exemple, achète des hélicoptères américains pendant que des entreprises françaises et d’autres y délocalisent leurs activités. On ne peut que souhaiter du plaisir à ceux qui ont la prétention d’harmoniser tout cela pour faire quelque chose qui tienne la route, via peut-être la création d'un État Européen qui serait la seule solution juridique à cet effet. Je crois que ce n’est pas demain la veille.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/mais-de-qui-se-moque-la-pologne-qui-achete-des-helicopteres-americains-606300.html
a écrit le 08/07/2018 à 10:39 :
L'Union européenne est ciblée à l'extérieur par les Etats-Unis, la Russie et à l'Est et au Sud la Chine qui s'implante et à l'intérieur par les partis séparatistes comme le FN financé par la Russie et qui profite de postes au sein du Parlement européen qui va être majoritairement séparatiste lors des prochaines élections. Il est plus que temps de se resaisir et de s'unir face à nos ennemis qui ne se cachent plus.
a écrit le 08/07/2018 à 10:27 :
"Et si l'Europe profitait de la guerre commerciale entre Pékin et Washington ?"
A part "pourrir" la vie des citoyens l'Europe n'est capable de rien et surtout pas de s'opposer aux USA ou à la Chine
a écrit le 08/07/2018 à 8:59 :
Pauvre Christine, on voit bien là les limites et les chimères du FMI et des euro-mondialistes dont elle est l' avant poste, il n' y a pas d' UE sauf cette chose qui se délite car il n' y a pas de peuple européen mais un agglomérat de peuples, de cultures et d' intérêts divergents ....
https://www.upr.fr/actualite/europe/laveu-de-jean-claude-juncker-les-europeens-naiment-pas-leurope
a écrit le 08/07/2018 à 8:40 :
Et si l'Europe restait unie avec canada, Australie ,chine et Russie? Les USA ne trouveraient ils pas isolées...que se passerait il
.
a écrit le 08/07/2018 à 8:03 :
Oui, il faut une harmonisation de la fiscalité des entreprises en particulier avec l'Allemagne. C'est URGENT!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :