Sommet de l'UE : blocage sur le plan de relance en attendant de nouvelles propositions

 |   |  690  mots
(Crédits : Reuters)
De "nouvelles propositions" vont être présentées aux dirigeants européens, réunis en sommet à Bruxelles, pour tenter de dégager un compromis sur un plan de relance post-coronavirus massif, bloqué par les pays dits "frugaux".

Le président du Conseil européen, Charles Michel, va "tester ce matin de nouvelles propositions", d'abord avec des petits groupes de pays, puis devant les 27, a expliqué une source européenne au deuxième jour de ce sommet. Le montant du plan, la répartition entre subventions et prêts, ainsi que les conditions pour bénéficier de l'argent sont au coeur des désaccords.

La première journée, vendredi, s'est achevée après un dîner dans une certaine tension, en raison de la position jugée trop dure des Pays-Bas sur le contrôle des fonds qui pourraient être distribués et plus globalement des réticences des trois autres "frugaux" - Autriche, Suède, Danemark - sur ce plan de relance. "On va essayer de reprendre les choses différemment pour sauver le sommet", a expliqué une source diplomatique.

Selon des sources concordantes, la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron et Charles Michel se sont entretenus après le diner pour se coordonner avant la journée de ce samedi. C'est la première fois en cinq mois, en raison de la pandémie de Covid-19, que les chefs d'Etat et de gouvernement - tous équipés de masques de protection - se retrouvent physiquement à Bruxelles.

750 milliards d'euros financés par un emprunt commun

Au cœur des discussions: un plan de relance post-coronavirus de 750 milliards d'euros financé par un emprunt commun, inspiré d'une proposition d'Angela Merkel et d'Emmanuel Macron. Ce plan est composé de 250 milliards de prêts, et surtout de subventions à hauteur de 500 milliards, qui n'auront pas à être remboursées par les Etats bénéficiaires. Il est adossé au budget à long terme de l'UE (2021-2027) de 1.074 milliards d'euros.

Les quatre pays "frugaux", rejoints par la Finlande, ont de profondes réserves sur cette proposition, qui devrait profiter avant tout à l'Italie et l'Espagne, deux Etats très affectés par la pandémie, mais qu'ils considèrent comme les plus laxistes en matière budgétaire. Le projet prévoit que l'argent soit versé en contrepartie de réformes menées par les pays bénéficiaires.

Or, le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, réclame que les plans de réforme de chaque Etat soient validés à l'unanimité des 27, et non à la majorité qualifiée. En résumé, un droit de veto de facto, qu'il est le seul, selon plusieurs sources, à formuler. "Ce que demandent les Pays-Bas est légalement impossible et politiquement difficile à avaler", regrette une source diplomatique, résumant la position d'une majorité d'Etats membres.

Les réformes exigées par les pays du Nord (marché du travail, retraites...) en contrepartie des aides font en outre bondir les Etats du sud, inquiets d'être contraints de se soumettre à un programme imposé par d'autres, comme la Grèce au plus fort de la crise de la zone euro.

Les intérêts des contribuables autrichiens

Si les autres "frugaux" ne suivent pas M. Rutte sur le droit de veto, ils conservent leurs réticences, en particulier sur l'enveloppe de 500 milliards de subventions, qu'ils veulent réduire. Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a souligné que son pays rejetait "clairement la proposition actuelle". "Nous voulons bien sûr faire preuve de solidarité, mais nous avons également les intérêts des contribuables autrichiens à l'esprit", a-t-il tweeté.

L'unanimité des Etats membres étant requise, les discussions pourraient être longues et difficiles samedi, voire se prolonger jusqu'à dimanche. Les dirigeants européens discutent également de la question des "rabais" dans les contributions, accordés aux Etats qui versent davantage d'argent au budget de l'UE qu'ils n'en reçoivent. Les "frugaux" réclament des ristournes plus élevées, ce qui pourraient leur être concédées pour infléchir leur position.

Dernier sujet délicat: le lien entre le versement d'argent et le respect de l'Etat de droit, inscrit pour la première fois dans un budget de l'UE. La Pologne et la Hongrie, qui font l'objet de procédures de l'Union en raison d'atteintes à l'indépendance de la justice ou aux droits fondamentaux, freinent des quatre fers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2020 à 13:06 :
Encore une fois les francais s'allie aux allemands en chasse d'un peuple. l'Histoire se repete.
a écrit le 20/07/2020 à 8:52 :
Et voilà! En échange de subventions, les pays bénéficiaires doivent faire des "réformes". Et qui demandent ça, l'Autriche, les pays bas? Des pays soit disant sérieux qui doivent leur prospérité en aspirant l'argent des autres pays. Ce sont des paradis fiscaux , ce sont à eux de faire des réformes pour arrêter de profiter des autres.
a écrit le 20/07/2020 à 8:45 :
Pourvu que les Pays Bas ne lâchent pas!!! Cela pourrait signifier la fin de l'Europe. Enfin.
Réponse de le 20/07/2020 à 10:46 :
Oui je ne l'avais pas vu comme ça et au final notre meilleur espoir en effet, bien vu.
a écrit le 19/07/2020 à 20:28 :
Peut-etre que la diplomatie Française pourrait rappeler aux Pays-Bas qu'ils sont le premier paradis fiscal européen alors donnez des leçons de bonne gouvernance est plutôt mal placé...
Sinon la farce Européiste continue, combien sont-ils rémunérés ces zélites pour ne pas arriver a un consensus en pleine crise du siècle ? S'ils tentaient de prouver l'inanité de cette construction kafkaïenne, c'est réussi !
Remarque dans le cas contraire la France balancerait des milliards à ces pays "amis" voleurs de masques, organisateurs de dumpings, et soumis aux influences extra-européenes...
a écrit le 19/07/2020 à 20:15 :
L’ eurofanatique Macron prêt à tout céder au nom de son dogme !‬

‪Les Français paieront pour son UE :

‪- une hausse de notre contribution nette au budget‬ !

‪- un plan de relance catastrophique qui nous coûtera -encore- entre 60 et 100 mds € ! La belle affaire !‬ UPR, Frexit, vite ..
a écrit le 19/07/2020 à 14:01 :
Pourvu que ça foire. J'ai l'impression que l'europe façon juju il est le seul a en vouloir. Que la france défende les intérêts de la france, arrête de se faire piller ses ressources fiscales, ne finance plus ses concurrents a fonds perdus pour après dire aux français qu'ils ne sont pas assez efficaces, qu'il doivent aller plus vite et bosser plus longtemps.Je veux mes pépettes reviendre. Marre de ces européistes français béats.
Gardez vos chèvres juppéistes, rendez nous Seguin.
Réponse de le 19/07/2020 à 18:16 :
Moi j'espère que ça va marcher au contraire, pour au moins acter officiellement que nous ne rembourserons jamais la dette , puisque nous sommes entrer dans une chaîne de Ponzi avec dette perpétuelle.
Réponse de le 20/07/2020 à 4:40 :
@ Calamard.
Vous etes bien naif. Meme en supposant un frexit abouti, la dette que vous devez continuera de courir.
Payable en franc, mais indexee au taux de l'euro. Bref en un mot comme en cent, vous etes dedans.
Bonjour les impots, vous allez souffrir.
a écrit le 19/07/2020 à 13:26 :
N'oublie pas que la France ella avait triche les traites budgetaires d'UE pendant 30 ans ignorent voire refusent tous les recommendations du commission europienne pour reformer le situation desastreuse financiere de la pays. Macron utilise le situation en Espagne et l'Italie pour camoufler que on trouve la France au bord d'un naufrage. Parce que il n'a pas le courage ni le capacite de redresser cet pays il voudrait bien l'argent des contribuables neerlandaises. Quel honte et manque de fierte. Le coq il est mort.
a écrit le 19/07/2020 à 11:54 :
Sans création de monnaie point d etat .
La tutelle est dégradante , espérons que Macron dira non , puis ; vive le frexit !!
a écrit le 19/07/2020 à 11:51 :
Les pays frugaux font partie des "contributeurs nets" du plan de relance européen de 750 milliards d’euros, d’où leurs réticences et leurs exigences. Mais il est prévu que la France aussi  fasse partie des "contributeurs nets", ce qui signifie que ce qu’elle recevra en versements sera inférieur de plusieurs dizaines de milliards d’euros à ce qu’elle devra verser, dans la durée, pour le financement de ce plan de 750 milliards d’euros (parmi les "bénéficiaires nets' prévus pour ce plan il y a l'Italie et l'Espagne). Les contributions supplémentaires que l’État français (et les autres) devront verser à l’Europe, soit par versement direct au budget de l’UE, soit par impôts payés par les français au profit du budget européen, n’ont pas le statut de dettes publiques supplémentaires, ce qui peut donner l’illusion que la France recevra de l’argent de l’Europe sans rien débourser, mais c’est seulement une illusion. Si les pays frugaux se voient accorder des rabais sur leur participation au budget de l'UE cela signifie que la perte de contribution de la France à ce plan européen déjà énorme pourrait être encore plus importante.
Réponse de le 20/07/2020 à 14:22 :
Analyse judicieuse qu'on aimerait voir plus souvent intégrée aux articles des journalistes.

Les italiens ont fait le rapprochement entre la mauvaise gestion du coronavirus et l'appartenance à l'UE. On les a vu brûler ou décrocher des drapeaux bleus aux étoiles d'or. Il est facile d'y voir une explication à leur position relativement avantageuse dans le plan de relance créé par les mafieux non élus de Bruxelles.

Les français également très touchés n'ont pas fait ce rapprochement en raison notamment de la propagande des médias et du manque de consistance de la plupart des partis politiques. Résultat, en l'état la France accentuera sa position de contributrice nette au budget européen, donc la pression fiscale et la baisse du pouvoir d'achat. Le pompon serait que le peu que la Commission consente à verser à la France dans le cadre de ce plan désavantageux, l'oblige pourtant à suivre des "recommandations" (des injonctions à réformer) encore plus restrictives et intrusives qu'auparavant.
a écrit le 19/07/2020 à 11:48 :
Bougez pas... Toujours aucune avancée en UERSS empire prévu pour durer mille ans même en agonisant c'est bien ça ? :-)

Le déclin c'est sans fin.
a écrit le 19/07/2020 à 10:49 :
La Hollande est un paradis fiscal comme l'Irlande en plein milieu de l'UE.
On devrait commencer par harmoniser la fiscalité mais aussi lutter contre le dumping social
tant les écarts du coup du travail est important , voir les pays de l'Est.
Cette UE n'avancera jamais à 27 , on ferait mieux de la réduire à 6 membres , et d'accentuer la collaboration entre l'Allemagne et la France .
Réponse de le 19/07/2020 à 12:22 :
Rien n'empeche la France de sortir de l'enfer fiscalo-clientéliste dans lequel elle s'est plongée toute seule.Je suis sur que l'ensemble des citoyens seraient plutot contents.
a écrit le 19/07/2020 à 10:27 :
Grâce à la majorité qualifiée (16 etats sur 28 représentant 65 % des voix), comment la situation est-elle encore bloquée ?
a écrit le 19/07/2020 à 10:21 :
Au bout du bout pour les finances publiques, et il faut bien trouver de l'argent quelque part, y compris sous d'autres sphères, se décharger de toute responsabilité, défendre le concept européen bien mis à mal lors de cette première phase de pandémie, laisser croire que l'on va encore une fois sauver le monde, faire preuve de créativité budgétaire etc..tout cela n'est pas sérieux, n'est tout simplement pas honnête puisque de l'argent est de l'argent, que c'est le futur que l'on brade, que l'on ne sait même pas ce que l'on va faire de constructif avec cette manne: isoler les écoles et les mairies? donner encore et encore des prestations sociales aux jeunes pour éviter une soit-disant génération sacrifiée (mes grands-pères partis en 1914 à la guerre alors qu'ils étaient en première année de classe préparatoire, et qu'ils n'ont été démobilisés qu'en 1921 étaient bien partie d'une génération sacrifiée, par le sang, les blessures, et leurs formations hachées par la mitraille)..? ou tout simplement donner encore des prestations sociales à nos compatriotes pour qu'ils puissent assouvir leurs soifs de produits chinois? Soutenir la SNCF et ses cheminots obtus? Nous serions "en guerre" paraît-il..
a écrit le 19/07/2020 à 10:10 :
ces pays frugaux et exportateurs nets profitent largement du mercado de l' Europe .
Qu'ils y est des règles et contrôles sur l' utilisations et destinations des fonds (mafias, hommes politiques véreux et affairisme) ne choquent pas, mais prendre en otage
l' Europe est contre productif, les populations les plus touchées par le covid pourrait se retourner contre ces pays ( boycott de leurs produits, boycoot du tourisme vers ces pays etc...)
L' Autriche, les Pays-bas et le Danemark sont des pays qui ont peu d' armées et pèsent pas grand chose face à la Russie ou La Chine...Les Pays bas ont déjà eu par le passé des problèmes avec des ingérences Russes...qu'ils n' oublient pas que les usa n' ont que faire de leur petit pays et que seuls en Europe Le R.U et La France sont encore capable de les protéger...ah zut le R.U n' est plus en Europe!
Le monde d' aujourd' hui n' est plus une concurrence dans un marché économique mais des zones-pays en concurrence pour les ressources et système politique.
Pays bas, Autriche, Danemark vous êtes le talon d' Achille de l' Europe....Erdogan et consorts doivent bien rigoler !
a écrit le 19/07/2020 à 9:22 :
Cela aurait été étonnant que leurs masques les empêchent de parler ces éternels bavards.

Dommage que cela ne nous rapporte que des ennuis sinon si le PIB était calculé en fonction de la production de paroles nous serions première puissance mondiale depuis belle lurette et indétrônables.
a écrit le 19/07/2020 à 2:32 :
Les impots vont exploser.
a écrit le 18/07/2020 à 23:14 :
Tout le monde avance masqué, chacun se protège... qui a t il a gagner a enlever son principe de précaution?
a écrit le 18/07/2020 à 22:32 :
A comparer au plan Marshall de la fin des années 40 pour la reconstruction de l'Europe, ce plan de relance visant surtout l'Europe du Sud, est autrement plus généreux , avec 2/3 de subventions, qd les aides financières US étaient assorties uniquement de prêt avec l'obligation pour les pays bénéficiaires ( essentiellement le RU, la France, l'Italie, l'Allemagne) d'importer biens, materiaux et produits agricoles des Etats Unis.
Un plan de relance qui a bien sûr comme gd gagnant l'industrie germanique (comme jadis, l'industrie US ) qui a des implantations importantes en France, Espagne, Portugal, ce qui n'a pas échappé à Angela et au Bundestag.
Et forcément, les pays frugaux qui pèsent à tt casser 40 millions d'hab à comparer aux plus de 180 millions hab de cette Europe du Sud, se demandent à juste titre ce qu'ils y gagnent à part jouer les dindons de la farce.
Moralité : La poule aux oeufs d'or, ça mérite bien qcqs concessions à peu de frais...
a écrit le 18/07/2020 à 19:48 :
Il est facile d'être frugal quand pour attirer les multinationales, à l'image de l'Irlande, le taux d'imposition ne dépasse pas 20%.
Faire profiter du marché européens les mutinationales, profiter
des emplois créés par ces sociétés sur le dos des travailleurs et des consommateurs européens, méritent bien un petit effort !
Quant à la Pologne et surtout la Hongrie, elles n'ont pas grand chose à faire dans l'Union. Profiter et agir contre l'UE ne durera qu'un
temps. Le temps des procédures est venu, bientôt le temps des sanctions : Retour dans la maison de Poutine où nous aurions dû les laisser.
a écrit le 18/07/2020 à 19:16 :
France donne bcp plus d'argent qu'Autriche ou Hollande.De plus les hollandais veulent controler la Belgique.Il savent que la Wallonie doit faire une partie de la France et que tout le pontentiel scientifique industrielle et technique est concentré en Wallonie comme par exemple FN Herstal etc..Vive la République Française
a écrit le 18/07/2020 à 17:07 :
Tant que le blocage perdure,ça fait les affaires de nos "amis" américains,voir russes et Chinois.
a écrit le 18/07/2020 à 16:34 :
Les frugaux profite le plus de l'UE .Merkel a besoin de ce plan de relance pour maintenir son économie Si des pays de la zone deviennent pauvres ,c'est son économie qui trinque .Nous sommes en zone mark donc ses vassaux et pauvres de nous car nous allons accepter et devenir des pays tiers.Dans ce systeme la france a plus perdu comme l'italie ou meme l'espagne que les pays du nord.
a écrit le 18/07/2020 à 16:14 :
On va trouver une solution, la France va une fois de plus tout faire, comme pour le plan grec, où nous sommes ceux qui ont le plus payer. Mr Macron n'a pas le choix, il devra faire des concessions, et ses conseillers doivent être en train de plancher sur le discours de clôture où nous ne verrons que des gagnants. Ainsi se fait l'UE !!!
a écrit le 18/07/2020 à 16:07 :
Je suis surpris que certains s'étonnent des réticences des pays "frugaux" (pour ne pas dire des pays qui gérent leur budget sans tomber dans la démagogie ni répondre à toutes les demandes faites par la rue )
Est ce que tous les commentateurs de ce site qui pestent contre les pays "frugaux" seraient prets à se porter caution d'un pret qui serait accordé à leur voisin surendetté et interdit bancaire ??
Réponse de le 19/07/2020 à 16:59 :
Ils ne seraient pas prêts à le faire, bien évidemment.

À noter qu'utiliser le terme de 'frugaux' est tendancieux en soi car il laisse à penser que ces pays ne sont pas les pays 'normaux'. On pourrait aussi décrire les autres pays comme 'dépensiers', ou 'prodigues'.

Je serais curieux de savoir qui a utilisé ce mot le premier et pourquoi il est repris sans esprit critique par les médias.
a écrit le 18/07/2020 à 12:59 :
C'est tout le fonctionnement de notre chère union qu'il faut revoir. A force de faire comme si,...d'attendre,...rien n'avance. Ce dont nous avons besoin c'est d'un saut qualitatif vers un fédéralisme plus assumé. Que l'union ne puisse pas emprunter en son nom en laissant aux Etats le dernier mot, est un signe de dysfonctionnement flagrant. Pourquoi ne pas sortir les états récalcitrants de l'emprunt ? Aussi l'UE empruntererait pour l'UE moins la Finlande, les pays bas, l'Autriche et la Suède , qui n'auraient rien en retour ? Que 10% de la population de l'Union puisse bloquer l'ensemble est un autre digne de dysfonctionnement...par contre demander aux Etats récipiendaires de rendre quelques comptes me semble légitime.
a écrit le 18/07/2020 à 12:56 :
dénoncer haut et fort les hypocrites genre pays bas.
qui ont brade leur fiscalité pour s'approprier les richesses des autres nations
crédule ainsi que celle des dirigeants lâche que la France eut comme représentent
et surtout a ceux qui ont toujours refusé une fiscalité unique
voir vge et qui nous coute très cher
a écrit le 18/07/2020 à 12:41 :
Frugaux? Et les mendiants du sud, sans gene ni solidarite au regard les traites budgetaires d'UE ?
a écrit le 18/07/2020 à 12:36 :
Merci Mr Rutte !!! nous aussi nous en avons marre de payer pour les ponctionanires rentiers inutiles!!!!
a écrit le 18/07/2020 à 12:17 :
Voici un commentaire à chaud: pour ceux qui sont frileux et cherchent à planquer leurs bourses, je recommande d'écouter cette chanson de Franky Vincent:" Alice ça glisse"


https://www.youtube.com/watch?v=E9xE7UfYeac

S'il y a une situation de blocage, un lubrifiant s'impose!

Ne sachant plus à quel sein se vouer pour sortir l'Europe de l'ornière, place à l'humour!
a écrit le 18/07/2020 à 11:53 :
"..on va essayer de reprendre les choses différemment .pour sauver le sommet...". C'est le "sommet" qu'il faut sauver ? Ou ce sont les peuples européens et aussi l'Europe ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :