UE : "Nous ne devons pas faire d'un changement de traité un tabou" (Macron)

 |   |  400  mots
Emmanuel Macron a néanmoins précisé qu'aucun changement de traité n'était envisageable avant les prochaines élections présidentielles françaises en 2017.
Emmanuel Macron a néanmoins précisé qu'aucun changement de traité n'était envisageable avant les prochaines élections présidentielles françaises en 2017. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
A Londres, Emmanuel Macron a une nouvelle fois plaidé en faveur de la création d'un gouvernement économique de la zone euro. Il a également appelé l'Europe à rester ouverte face aux demandes de réforme du Royaume-Uni.

Nouvelle étape dans la campagne d'Emmanuel Macron pour une réforme de la zone euro.

"Ce que j'ai dit, je l'ai toujours dit pour les sujets qui nous occupent en ce qui concerne l'eurozone. [...] Nous ne devons pas faire d'un changement de traité en quelque sorte un traumatisme ou un tabou."

Lors d'une présentation sur les atouts de la France à des investisseurs à Londres, le ministre français de l'Économie s'est redit favorable à la création d'un gouvernement économique de la zone euro, conduit par un commissaire aux compétences étendues et doté d'un budget propre.

"La priorité est que la Grande-Bretagne précise sa vision"

"Nous devons travailler maintenant avec tous nos partenaires (...) pour préciser notre vision d'une eurozone plus forte et plus intégrée et, à terme, il faudra sans doute un changement de traité, c'est évident", a dit le ministre. "De la même façon, il ne faut pas fermer la porte aux Britanniques si ce qu'ils demandent aux autres États membres est acceptable", a-t-il ajouté, évoquant la création "des conditions d'un accord gagnant/gagnant".

Car pour le ministre de l'Economie, "la priorité est que la Grande-Bretagne précise sa vision des choses et ses demandes en vue de son référendum" sur le maintien ou non du pays dans l'UE prévu par le gouvernement conservateur de David Cameron d'ici à la fin 2017.

Pour rappel, le Royaume-Uni ne fait pas partie de la zone euro, mais le Premier ministre britannique juge nécessaire de changer les traités fondateurs de l'Union pour réformer l'UE. David Cameron a annoncé qu'il ferait campagne pour le maintien de son pays au sein de l'UE, à l'occasion du référendum sur cette question, seulement s'il obtient les réformes importantes qu'il appelle de ses vœux.

Parmi les changements voulus à Londres figurent une réforme des aides sociales aux immigrés originaires de l'UE, accusées de coûter trop cher aux contribuables britanniques, ainsi que des pouvoirs accrus pour le Royaume-Uni et de possibles exemptions en cas d'intégration politique européenne plus poussée.

Pas de changement de traité avant les élections de 2017

Emmanuel Macron a néanmoins précisé qu'aucun changement de traité n'était envisageable avant les prochaines élections présidentielles françaises en 2017, également année électorale en Allemagne, "puisqu'il n'y a pas de clarté sur ce qu'on veut changer".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2015 à 14:49 :
Emmanuel , Marine , même combat .
a écrit le 26/09/2015 à 12:48 :
Emmanuel du travail est arrivé plus des chômeurs les plus intelligent pour la création des chômage avec une notation a d sont carte PS c est bien de travailles chez rotchilde apprenties sorcier ?
a écrit le 26/09/2015 à 10:21 :
Il a encore une fois raison!
a écrit le 25/09/2015 à 21:32 :
Il ne faut pas aller à Londres pour parler de refonder l'Europe l'Angleterre a toujours eu un pied dedans et un pied dehors. c'est la première chose à changer.l'Europe a besoin de cohérence. si une refondation s'impose elle ne peut se faire à 28. Ce sont aux pays fondateurs à qui revient cette tâche. Ce fondement s'impose.
Réponse de le 26/09/2015 à 10:24 :
Ce serait donc une excellente occasion pour que la G-B ait les 2 pieds au même endroit; soit chez elle, soit au sein de l'UE
a écrit le 25/09/2015 à 19:42 :
Et la souveraineté de la France ? Que l'on sorte de ce merdier avant qu'il ne soit trop tard. Moi je voterais pour celui ou celle qui s'engage à le faire. Au pire, je voterais FN.
Réponse de le 26/09/2015 à 8:54 :
le parti le plus anti europe c'est l'UPR, malheureusement censuré dans les medias. Le fn ment a ses électeurs et ne sortira jamais, allez voir les conférences de l'UPR qui le prouvent. ILs vont tout de même se présenter aux élections régionales, donc renseignez vous. L'UPR veut sortir de l'ue, de l'euro et de l'otan, et le propose sans langue de bois.
Réponse de le 26/09/2015 à 10:32 :
Sortir serait pire que d'y rester!
La souveraineté de la France, que vaudrait-elle aujourd'hui en dehors de l'UE, sinon un isolement voire un bannissement? C'est justement pour cela que l'UE soit dotée rapidement de vrais pouvoirs dans le respect de la souveraineté de chaque pays membre.
Pour l'instant l'UE est une tour de Babel!
a écrit le 25/09/2015 à 19:01 :
Enfin des idées nouvelles pour l'Euro et l'Europe qui s'enfoncent tous les jours un peu plus dans le néant. A quand une construction de l'Europe fédéraliste qui prenne en charge non seulement la finance mais la défense, l'économie, la solidarité et l'identité européenne.
a écrit le 25/09/2015 à 11:39 :
Un gouvernement économique ça ne veut rien dire. Il faut simplement repréciser à quel étage se situe la souveraineté. Ceux qui prennent prétexte de l'existence de la zone euro pour défendre une gouvernance fédéraliste en seront pour leur frais car il est probable que l'Europe grâce à la gestion astucieuse de la BCE fasse la démonstration qu'il est possible de séparer pouvoir monétaire et pouvoir politique et donc d'avoir une monnaie fiduciaire supra nationale. Ca suppose évidemment que chaque état puisse adapter son système socialo fiscal pour rendre son économie compatible avec la monnaie (alors qu'auparavant on faisait l'inverse).
Réponse de le 25/09/2015 à 18:29 :
"gestion astucieuse de la BCE"... faudra en parler aux grecs!
Un des élements principaux de la souveraineté est celle de "battre monnaie". Point de gestion souveraine des affaires de l'Etat sans cela.
Ceci étant et vu le niveau de compétence sur le sujet de nos politiques, il est légitime de s'interroger.
Concernant Macron, le gars bosse pour son réseau, purement mondialiste.
A la prochaine crise, il aura intéret à savoir courir vite.
Non mais.
a écrit le 25/09/2015 à 9:50 :
Je suppose qu'il est aussi favorable au traité TAFTA. Les Britanniques ne font pas partie de la zone euro, ce n'est pas à eux de dire ce qu'il faut faire dans cette zone. Il veulent garder la livre, c'est leur problème, mais qu'ils veuillent influencer l'UE pour en profiter sans rien payer, c'est Niet. Idem pour les US.
Quant à un "gouvernement économique de la zone euro, conduit par un commissaire aux compétences étendues et doté d'un budget propre.", c'est re-Niet. Les commissaires sont les courroies de transmission de tous les lobbies et finissent toujours par concéder, puis céder et brader les intérêts des Européens aux puissances financières.
Réponse de le 26/09/2015 à 8:58 :
Connaissez vous le parti UPR? allez vous renseigner sur le net, car non diffusé dans les médias.
a écrit le 25/09/2015 à 9:31 :
"un gouvernement économique de la zone euro, conduit par un commissaire aux compétences étendues et doté d'un budget propre."
Et responsable devant le Parlement comme dans toute démocratie ?
Réponse de le 25/09/2015 à 11:37 :
Comme dans une démocratie qui :
* ne prend pas en compte un référendum pour la mise en place d'une constitution,
* qui prêche une austérité sur le financement des parties politiques, le financement des églises, la fin de l'exonération des armateurs, la mise en place de cadastre pour prêter de l'argent, mais qui derrière privatise les plages/aéroports/ports..., baisse les retraites et augmente la TVA,
* une démocratie ou la moitié des députés ne viennent pas (ou uniquement pour les indemnités - méritées par ailleurs lorsque l'on fait vraiment son travail).
Alors je crains que l'espoir, que je partage, de notre physicien ne soit déçu.
a écrit le 25/09/2015 à 8:51 :
C'est aux états d'adapter leur politique fiscale à des règles compatibles avec la majorité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :