Fortis : les petits actionnaires seront consultés, BNP Paribas confirme son intérêt

 |   |  262  mots
La justice belge a ordonné ce vendredi que les actionnaires de Fortis soient consultés sur le démantèlement du groupe bancaire belge. BNP Paribas a immédiatement réaffirmé son intérêt pour la reprise de Fortis Belgique.

La Cour d'appel de Bruxelles a donné raison ce vendredi soir aux actionnaires de Fortis, qui exigeaient d'être consultés sur le démantèlement du groupe bancaire belge. Cette décision gèle notamment son rachat partiel par la banque française BNP Paribas, a rapporté l'agence Belga.

Toutes les décisions prises par le holding Fortis les 3, 5 et 6 octobre doivent être approuvées par les actionnaires, a statué la Cour d'appel. Le 3 octobre dernier, le bancassureur belgo-néerlandais Fortis, au bord de la faillite, avait décidé de céder l'essentiel de ses activités aux Pays-Bas, à l'Etat néerlandais. Deux jours plus tard, la banque française BNP Paribas avait annonçait qu'elle allait prendre le contrôle de Fortis en Belgique et au Luxembourg,

La participation de l'Etat dans Fortis Banque est gelée pour 65 jours et un nouveau collège sera nommé avec deux sages et trois techniciens pour évaluer les transactions. Pendant cette période "de gel", BNP Paribas est tenue de maintenir telles quelles ses relations interbancaires avec Fortis, précise la justice belge.

Après la décision de la justice belge, BNP Paribas en a pris acte et déclaré qu'elle ne remettait "pas en cause l'intérêt d'adosser Fortis Banque SA et Fortis Insurance Belgium à BNP Paribas, ce qui constitue la solution la plus favorable aux clients et collaborateurs de Fortis". Et qu'elle allait "examiner avec les autorités et les différentes parties prenantes les moyens, y compris juridiques, de mettre en oeuvre ce projet avec efficacité et rapidité".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nous savons tous que depuis octobre l'actionnariat a changé pour cause de crise financière. Aujourd'hui l'actionnariat est donc différent.
De ce point de vue l'arrêt de la cour est sans objet parce que il est impossible de convoquer une AG qui aurait-éte celle d'octobre.
L'assemblée générale actuelle sera perturbée par une minorité agissante sous la houlette d'un cabinet d'avocats et d'une association de consommateurs.
Donc la requête est sans objet.

La grand majorité des belges souhaitent l'adossement à BNP.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
enfin une décision de justice dans un pays de droit. Séparation des pouvoirs. Ruiner les actionnaires et racheter une banque à la méthode des pays d'afriques ne pouvaient pas être avalisé par un tribunal. Enfin une dzcision juste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :