"Une rémunération plus attractive que les placements d'épargne en vogue depuis les années 2000"

 |   |  330  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Bruno Deletré estime que réactiver l'emprunt obligataire destiné aux particuliers présente un avantage pour la banque et pour les épargnants.

Bruno Deletré Directeur général du Crédit Foncier

Quel intérêt présente l'emprunt obligataire destiné aux particuliers ?

Cette opération permet de réactiver un canal auquel le Crédit Foncier a eu régulièrement recours par le passé. Le produit obligataire à destination des particuliers permet de diversifier nos sources de financement. De plus, il offre une rémunération attractive à l'épargnant par rapport aux placements d'épargne alternatifs en vogue depuis les années 2000, comme les Sicav monétaires, les OPCVM, les livrets bancaires ou même les contrats d'assurance-vie.

Quelle part ce type de produit pourrait-il prendre dans vos sources de financement ?

Si notre objectif de lever 1 milliard d'euros auprès des particuliers en 2012 est atteint, soit 10 % de nos besoins de financement, ce sera déjà un beau résultat. Quant à savoir si nous irons au-delà dans le futur, cela dépendra de l'appétit que l'on constate sur ce marché. Si l'on peut rétablir un canal de levée de fonds important auprès des particuliers, nous l'utiliserons au mieux. Mais il n'est pour l'instant pas envisageable que la moitié de nos financements provienne du marché des particuliers.

Pensez-vous que les Français vont répondre à cette offre sur Internet ?

Nous avons effectué un sondage sur Internet lors du deuxième semestre 2011 auprès d'un échantillon de plus de 1 .000 personnes. Il fait apparaître une forte attente pour un produit d'épargne simple d'accès et doté d'un bon niveau de rendement stable dans le temps. Pour capter de l'épargne, les canaux en ligne ne fonctionnent réellement que depuis 2010 grâce à la banalisation des plateformes Internet. Nous pensons qu'un mode de souscription de ce type sera efficace, même auprès des catégories de personnes les plus âgées, qui disposent de l'épargne la plus importante. Nous sommes donc confiants, d'autant que grâce à Internet, il n'y aura pas de frais intermédiaires pour l'épargnant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :