Scandale du Libor : les banques sous la menace d'une "class action"

Après les investisseurs et les municipalités, les particuliers attaquent les banques en justice.

1 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

Suite logique des révélations de l'été dernier sur les manipulations du Libor : après les investisseurs et les municipalités, c'est au tour des particuliers d'attaquer les banques en justice. Selon le Financial Times du lundi 15 octobre, Annie Bell Adams, une retraitée américaine de 65 ans dont la maison a été saisie, a pris la tête d'un recours collectif contre douze grandes banques américaines et européennes, parmi lesquelles Barclays, Bank of America et UBS.

Les prêts d'Annie Bell Adams et des quatre co-plaignants faisaient partie de portefeuilles de prêts titrisés par les banques sous forme de CDO (collateralised debt obligations), des produits structurés complexes qui prenaient le Libor comme taux de référence. Les plaignants accusent les banques d'avoir surestimé le taux de référence du marché interbancaire à certaines périodes, ce qui aurait renchéri le coût de leurs prêts hypothécaires (à taux variables) de plusieurs milliers de dollars entre 2000 et 2009. Selon le procureur John Sharbrough, 100.000 personnes pourraient être dans le même cas.

Dans la plupart des prêts hypothécaires, le taux était actualisé à chaque début de mois. Or, selon le Financial Times, les relevés du Libor de 2000 à 2009 montrent une augmentation significative du taux de référence le premier jour du mois.

Les banques contestent le bien fondé des attaques. Un juge de New York devra décider si les poursuites peuvent effectivement prendre la forme d'une action collective.

Lire l'article (en anglais) sur le site du Financial Times
 

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 15/10/2012 à 15:40
Signaler
Et moi aussi j'ai un pret indexé sur l'Euribor, qui a aussi été manipulé car il inclue nombre de banques entrant dans la composition du Libor; http://www.pearltrees.com/#/N-s=1_5594834&N-fa=3048420&N-u=1_324599&N-p=51168858&N-play=1&N-f=1_5594834 ht...

le 15/10/2012 à 18:15
Signaler
Les banques incriminées sont accusées d'avoir maintenu des taux artificiellement bas. Peut être devriez vous rallonger pour le trop faible montant d'intérêts payés. Avant de s'exciter pour rien ...

à écrit le 15/10/2012 à 13:51
Signaler
Hang the banksters. Pendez-les hauts et cours ces banquiers.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.