Banque : la National Australia Bank va supprimer 6.000 postes

 |   |  225  mots
Cette restructuration intervient alors que la banque a vu son bénéfice net passer à 4,1 milliards lors de l'exercice clos en septembre 2017.
Cette restructuration intervient alors que la banque a vu son bénéfice net passer à 4,1 milliards lors de l'exercice clos en septembre 2017. (Crédits : Reuters)
Ces suppressions de postes interviennent dans le cadre d'un plan de restructuration. La banque souhaite en effet automatiser et simplifier davantage ses activités.

La banque australienne National Australia Bank a annoncé jeudi son intention de supprimer 6.000 postes dans le cadre d'un plan de restructuration.

La banque compte automatiser davantage et simplifier ses activités ce qui va mener à ces suppressions de postes, a-t-elle indiqué. Dans le même temps, elle compte créer 2.000 emplois qualifiés.

"Au final, d'ici à la fin 2020, la réduction d'effectifs sera d'environ 4.000 personnes", a souligné la banque dans un communiqué.

Actuellement, l'établissement emploie 33.600 personnes.

Les banques australiennes croulent sous les coûts élevés

Cette restructuration intervient alors que la banque a vu son bénéfice net passer à 4,1 milliards lors de l'exercice clos en septembre 2017 contre près de 270 millions de dollars américains un an plus tôt, à cause de charges pour actifs non rentables.

Les charges pour créances douteuses ont augmenté de 1,3% lors de l'exercice clos en septembre 2017 à 620,8 millions de dollars US.

Les grandes banques australiennes ANZ, Commonwealth, Macquarie, NAB et Westpac, sont confrontées à des coûts élevés, de faibles marges d'intérêt, et notamment l'impact sur une année entière des prélèvements de l'Etat.

En effet, le gouvernement a annoncé cette année qu'il espérait lever 4,75 milliards de dollars US sur quatre ans au travers d'un prélèvement de 0,06% sur les emprunts de ces cinq grandes banques.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2017 à 11:56 :
Que ne disais-je dans un commentaire récent ! La City (et les autres) n'ont pas besoin du Brexit pour dégraisser, les nouvelles technologies s'en chargent. Toute la question est de savoir si de nouveaux emplois seront créés :-)
Réponse de le 02/11/2017 à 16:39 :
La prostitution a le vent en poupe dans de nombreux pays grâce à la "crise économique".
Réponse de le 02/11/2017 à 17:09 :
@ truc: Les riches sont contents les prostituées sont de plus en plus jeunes et belles en effet mais hélas j'ai bien peur que ce ne soit pas ça qui les rende plus humain, au contraire ils voient que leur dogme de paupérisation générale est efficace.
a écrit le 02/11/2017 à 9:21 :
Encore des milliers de victimes du fait du numérique, la fameuse "révolution numérique" qui devait créer des millions d'emplois mais avec laquelle on nous a bien endormi puisqu'elle en supprime d'abord et avant tout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :