Cryptomonnaies : Coincheck va rembourser ses clients après le hacking de la plateforme

 |   |  1085  mots
(Crédits : Dado Ruvic)
La plateforme japonaise d'échanges électroniques Coincheck a annoncé dimanche qu'elle allait rembourser à ses clients environ 400 millions de dollars (322 millions d'euros) après que des hackers aient volé pour plusieurs centaines de millions de dollars de cryptomonnaies.

| Article du 29 janvier 2018 à 07:41 | mis à jour à 15:07

La société a indiqué qu'elle allait puiser dans ses propres fonds pour reverser environ 46,3 milliards de yens à ses 260.000 clients qui ont perdu leurs avoirs en "nem", la 10e plus importante devise virtuelle à date par sa capitalisation de marché, selon le site CoinMarketCap.com. Les pertes, qui se chiffrent au total à 58 milliards de yens, dépassent le montant qui avait disparu des coffres de la plateforme d'échanges MtGox, dont la faillite retentissante en 2014 n'avait pas fait renoncer le Japon à la reconnaissance officielle des cryptomonnaies.

Statista braques des crypto-monnaies

(Un graphique de notre partenaire Statista)

| Lire aussi : Hacking de MtGox : la chute du baron du Bitcoin

Des hackers qui fragilisent les cryptomonnaies

Selon son site web, qui se présente comme "la principale plateforme d'échanges sur le bitcoin et les cryptomonnaies en Asie", Coincheck a été fondée en 2012 et employait 71 personnes en juillet 2017. Vendredi, la plateforme tokyoïte avait détecté des "accès non autorisés", avant de suspendre les dépôts et retraits de ses clients dans tous ses actifs, à l'exception du Bitcoin, une annonce qui avait provoqué une chute du cours des cryptomonnaies.

"Nous avons suspendu les dépôts et retraits, les achats et ventes de NEM. Nous sommes désolés de vous causer de gros ennuis et des soucis", a affirmé Coincheck dans une  série de tweets, annonçant qu'elle suspendait les échanges sur toutes les cryptomonnaies à l'exception du bitcoin.

"Pour le moment, nous suspendons l'achat et vente d'altcoin (monnaies alternatives) à l'exception de BTC (bitcoin). Nous sommes désolés de vous causer de gros ennuis. Merci de votre compréhension", a-t-elle répété dans un autre tweet.

Plusieurs cryptomonnaies ont chuté vendredi après l'annonce par la plateforme de la suspension des dépôts et retraits de ses clients dans tous ces actifs, à l'exception du bitcoin. Le nem a chuté de 16% au cours des dernières 24 heures. Le bitcoin reculait de 4,75% à 10.748,20 dollars, ripple de près de 9% et ethereum de 2,35%.

Le bitcoin s'échangeait dimanche autour de 11.650 dollars.

Le pays du soleil levant en amour pour les cryptomonnaies

Ces derniers mois, l'engouement était revenu dans l'archipel. De nombreux Japonais se sont en effet entichés du bitcoin et autres monnaies virtuelles à la suite de l'entrée en vigueur, au printemps 2017, d'une loi reconnaissant ces devises comme des moyens de paiement légaux, tout en renforçant les exigences de transparence et de solidité financière des opérateurs du marché local.

Environ un tiers des transactions en bitcoins en décembre 2017 était effectué en yens, selon le site spécialisé jpbitcoin.com. Au moins 10.000 entreprises japonaises acceptent vraisemblablement les bitcoins et bitFlyer, aujourd'hui la principale plateforme de négoce du bitcoin au Japon a dépassé en novembre le million d'utilisateurs.

Les autorités japonaises ont annoncé lundi des mesures administratives à l'encontre de la plateforme d'échanges électroniques. L'Agence des services financiers (FSA) a ordonné à la société d'enquêter sur les causes de l'incident, de répondre aux clients floués "de manière appropriée", de renforcer la gestion des risques et de prendre des mesures de prévention afin d'éviter une nouvelle débâcle et s'assurer que Coincheck est bien en mesure d'honorer ses engagements.

"Le FSA va délivrer une injonction à la société afin qu'elle améliore ses activités, en particulier en termes de protections de clients", a déclaré le porte-parole de l'exécutif, Yoshihide Suga, lors d'un point presse.

"Tout en recherchant la cause de l'incident, nous souhaitons que les ministères et agences concernées étudient de manière urgente les autres mesures dont nous avons besoin" pour mieux réguler ces monnaies, a-t-il ajouté.

Des perquisitions pourraient être menées dans les locaux de Coincheck, qui doit rendre un rapport d'ici au 13 février.

Un contrôle plus important sur la sécurité des plateformes

Le gouvernement japonais a dénoncé les failles de sécurité que ce vol de grande ampleur a révélées au sein de Coincheck.

"Nous prendrons les mesures administratives nécessaires, y compris en procédant à des inspections sur place", a déclaré le ministre des Finances Taro Aso lors d'une session au Parlement. "Ils n'ont pas stocké les actifs importants séparément", a-t-il souligné, déplorant leur "manque de connaissances de base ou de sens commun".

Coincheck conservait les actifs de ses clients dans un endroit connecté aux réseaux extérieurs, et donc davantage vulnérable aux attaques informatiques.

Plus largement, le porte-parole de l'exécutif, Yoshihide Suga, a appelé à réfléchir aux moyens de mieux encadrer les devises virtuelles.

"Tout en recherchant la cause de l'incident, nous souhaitons que les ministères et agences concernés étudient de manière urgente les autres mesures dont nous avons besoin", a-t-il souligné à l'occasion d'un point presse régulier.

Le gendarme financier a en outre fait savoir qu'il menait des vérifications sur d'autres plateformes d'échanges afin de détecter de potentiels problèmes de sécurité.

Un hacking qui sonne comme un "déjà-vu" nippon

Il y a 4 ans, la retentissante faillite de la plateforme d'échanges MtGox dans des circonstances similaires de hacking, est présente dans tous les esprits. MtGox s'était effondrée après avoir dû admettre que 850.000 coins, d'une valeur de 480 millions de dollars à ce moment-là, avaient disparu de ses coffres.

| Lire aussi : [Dossier] La polémique bitcoin

Il s'agit des pertes les plus importantes jamais enregistrées dans l'univers des cryptomonnaies depuis le spectaculaire dépôt de bilan, en 2014, de la plateforme d'échanges tokyoïte MtGox, qui avait brisé le premier élan du Bitcoin au Japon. Son ancien dirigeant, le Français Mark Karpelès, est jugé depuis l'été dernier à Tokyo pour manipulation de données et détournement de fonds, des accusations qu'il réfute.

Selon le texte de loi qui réglemente les plateformes d'échanges de cryptomonnaies au Japon, et qui vise précisément à mieux gérer les incidents et protéger les intérêts des utilisateurs après la faillite de MtGox, les gérants des cryptomonnaies ont l'obligation d'être enregistrés auprès de l'Agence des services financiers. Coincheck, qui a admis des failles dans ses mesures de sécurité, avait dépassé la date limite pour recevoir une telle licence, mais avait pourtant obtenu l'autorisation de continuer à opérer dans l'attente d'une décision des régulateurs.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2018 à 14:28 :
Ha ha, et dans quelle fausse monnaie le remboursement sera-t-il fait?
Ces crypto-bourses m'ont tout l'air d'être un joli repaire d'aigrefins, qui ne valent pas mieux que les banquiers qu'ils prétendent disrupter.

Madoff doit bien rigoler du fond de son cachot.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :