Bitcoin : top départ pour la liquidation de MtGox

 |   |  452  mots
Une réunion des créanciers de MtGox est programmée le 23 juillet. Aucune obligation d'y assister n'a été mentionnée, afin de ne pas léser les personnes vivants hors du Japon. (Photo : Reuters)
Une réunion des créanciers de MtGox est programmée le 23 juillet. Aucune obligation d'y assister n'a été mentionnée, afin de ne pas léser les personnes vivants hors du Japon. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
Le tribunal de Tokyo a nommé un syndic de faillite pour mener à bien la liquidation de la plateforme d'échange de bitcoins. Plus de 100.000 créanciers devraient demander à se partager les "restes" de la société.

Serait-ce le point final de la saga MtGox ? Alors qu'il y a encore une semaine un groupe d'investisseurs américains se démenait pour racheter la plateforme d'échange de bitcoin, le mandataire de MtGox a annoncé jeudi le lancement des procédures de liquidation de la firme qui avait déposé le bilan au Japon fin février.

Faire face à 127.000 créanciers

"Ce 24 avril, le tribunal de Tokyo a ordonné le début des procédures de liquidation de MtGox et la nomination d'un syndic de faillite", a expliqué dans un communiqué le mandataire désigné pour tenir ce rôle, l'avocat Nobuaki Kobayashi.

Le syndic de faillite, en l'occurrence Nobuaki Kobayashi, est chargé d'administrer les biens de l'entreprise jusqu'à leur liquidation et la répartition du produit de cette liquidation entre les créanciers. Il s'attend à ce que lui tombent dessus les quelque 127.000 personnes lésées par la défaillance de MtGox, dont un millier de Japonais.

En prévision, il a répondu à un certain nombre de questions potentielles, indiquant qu'une réunion des individus concernés était programmée le 23 juillet, sans obligation pour eux d'y assister.

Les Japonais ne seront pas favorisés

"Ceux qui ne déposeraient pas de demande pour bénéficier de la répartition du produit de la liquidation ne recevraient rien, même si les fonds étaient sécurisés et la distribution effectuée", a prévenu le mandataire. Les détails sur la façon de procéder seront postés ultérieurement sur le site de MtGox. Nobuaki Kobayashi avait précédemment indiqué que les Japonais ne seraient pas privilégiés sous prétexte qu'ils sont sur place.

MtGox avait stoppé ses transactions courant février, après avoir selon son patron d'alors été victime d'une attaque informatique massive qui aurait entraîné la disparition de 750.000 bitcoins de clients et 100.000 détenus par la société. Quelque 200.000 ont toutefois été retrouvés plus tard.

     >> Lire : Qui est le Frenchie Mark Karpelès, patron de MtGox ?

Procédure en cours aux États-Unis

Aux États-Unis, MtGox bénéficie depuis le 11 mars de la protection du chapitre 15 prévue par le code américain pour les sociétés étrangères. Il protège les actifs aux États-Unis des entreprises étrangères faisant l'objet d'une procédure d'insolvabilité dans leur pays d'origine, et empêche leur saisie par des créanciers.

La société MtGox fait en outre l'objet d'un recours collectif intenté devant le tribunal de l'Illinois le 27 février par un Américain, Gregory Greene, qui s'estime lésé du fait des "actions trompeuses et illégales de MtGox", selon un document judiciaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2014 à 15:02 :
Et ils sont où, les ardents défenseurs du bitcoin ???
Ils doivent être avec ceux qui nous disaient d’acheter de l'or physique quand il coutait 1900 $ l'once. Aujourd'hui, 1283 $. Ce sera pareil pour le bitcoin.
Réponse de le 24/04/2014 à 15:13 :
Comparer l'or avec les bitcoins est proprement stupide. La cotation actuelle de l'once d'or fasse à la fausse monnaie papier sur imprimée en cours d'explosion, n'a aucune importance. L'or a 6000 ans d'histoire entant que vraie monnaie et bientot ce simple fait vous sera rappelé dés la prochaine explosion du papier, c'est à dire bientot. L'or n'est pas un outil de spéculation mais de préservation de son patrimoine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :