Pour réguler le bitcoin, Le Maire mandate un ancien de la Banque de France

 |   |  560  mots
Nous refusons les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au bitcoin a martelé Bruno Le Maire lors de ses voeux ce lundi.
"Nous refusons les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au bitcoin" a martelé Bruno Le Maire lors de ses voeux ce lundi. (Crédits : DR)
Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé avoir chargé Jean-Pierre Landau, ex-sous-gouverneur de la banque centrale, de proposer des pistes d'encadrement réglementaire des cryptomonnaies. Il a rappelé que le sujet serait aussi à l'ordre du jour d'un G20.

La flambée des cours des cryptomonnaies, et le buzz mondial qui l'entoure, commencent à échauffer les dirigeants politiques. Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances, avait déjà indiqué en décembre que le bitcoin serait mis à l'ordre du jour d'un prochain G20 sous présidence argentine. Ce lundi, il a profité de la cérémonie des voeux aux acteurs économiques, à Bercy, pour a annoncé une nouvelle initiative : il a confié à Jean-Pierre Landau, ancien sous-gouverneur de la Banque de France, une mission sur le sujet.

"Nous refusons les risques de spéculation et les possibles détournements financiers liés au bitcoin", a martelé Bruno Le Maire. "Cette mission me proposera des orientations sur l'évolution de la réglementation pour mieux en maîtriser le développement et empêcher leur utilisation à des fins d'évasion fiscale, de blanchiment ou de financement d'activités criminelles ou de terrorisme", a-t-il expliqué.

Bercy s'inquiète à plusieurs titres, aussi bien pour risques auxquels s'exposent les épargnants en achetant cet actif ultra-spéculatif que pour les activités illicites que financent les cryptomonnaies (terrorisme, trafics en tous genre).

Vers une réglementation mondiale ?

Diplômé de HEC et de Sciences Po, ancien élève de l'ENA (promotion « Simone Veil », dont il fut le conseiller technique au ministère de la Santé et de la Famille en 1978-79), inspecteur des finances, Jean-Pierre Landau, 71 ans, a été, de 2006 à 2011, second sous-gouverneur de la Banque de France, membre du conseil d'administration de la Banque des règlements internationaux (BRI) et membre du Forum de stabilité financière, suppléant au G7 et au G20 et membre du groupe de travail de l'OCDE consacré à la politique économique et financière. Il fut aussi administrateur pour la France au Fonds monétaire international (FMI) et à la Banque mondiale à Washington, de 1989 à 1993, puis Directeur de la DREE (Direction des relations économiques extérieures). Enseignant à Sciences Po, il est l'auteur avec Markus K. Brunnermeier et Harold James, de "The Euro and the Battle of Ideas" publié aux éditions Princeton University Press, en septembre 2016.

JP Landau

[Jean-Pierre Landau est le co-auteur de "The Euro and the Battle of Ideas"]

L'actuel gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, avait mis en garde en fin d'année dernière sur les risques du bitcoin, déclarant :

"Il ne doit pas y avoir d'ambiguïté : le bitcoin n'est en rien une monnaie‎, ou même une crypto-monnaie. C'est un actif spéculatif. Sa valeur et sa forte volatilité ne correspondent à aucun sous-jacent économique et ne sont la responsabilité de personne."

Début décembre, l'Autorité des marchés financiers (AMF) et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, adossée à la Banque de France) avaient émis un communiqué commun rappelant aux épargnants les risques liés à l'achat de bitcoins. Un avertissement réitéré par l'AMF après la sortie de la starlette de téléréalité Nabilla. Cependant, le bitcoin n'entre pas dans le périmètre de supervision de l'AMF.

Ce lundi, un responsable de la banque centrale allemande, la Bundesbank, a plaidé pour une réglementation mondiale :

"Une régulation efficace des monnaies virtuelles ne serait possible que grâce à la plus grande coopération internationale possible, car le pouvoir réglementaire des Etats est évidemment limité", a fait valoir Joachim Würmeling.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2018 à 8:35 :
le liberalisme " a la française " : encadré ou débridé .......quand ça arrange !
.... comme en Chine , aux USA et ailleurs !
a écrit le 16/01/2018 à 12:54 :
Ils n'ont rien compris, le fait de vouloir réglementer les cryptomonaies démontre leur méconnaissance du problème. Il faut pour ce faire supprimer l'Internet,c'est comme vouloir réglementer le progrès
Réponse de le 17/01/2018 à 8:36 :
.... malheureusement le progres ça se règlemente aussi , les lobbies du fric en savent quelque chose !
a écrit le 16/01/2018 à 12:01 :
Bientôt les pyramides de Polgi seront cotées en bourse .
Réponse de le 16/01/2018 à 14:03 :
Un ami de Ponzi sûrement ?
a écrit le 16/01/2018 à 10:17 :
J'aurais plutôt vu Nabilla. Vu le bouillon que boit le bitcoin à cette heure, je me demande d'ailleurs s'il y aura besoin de réguler quoi que ce soit
Réponse de le 16/01/2018 à 11:56 :
Oui, j'e suis cela de près: -12% à cette heure avec rupture des 11 000.. cela peut finir dans les 8500 pour la journée.. à comparer avec les graphes disponibles sur le net sur les bulles (taper bitcoin bulbe chart sur google par exemple)..Notons enfin que pour réguler, encore faudrait-il nommer quelqu'un qui comprenne le fonctionnement de ces crypto monnaies..
Réponse de le 16/01/2018 à 13:06 :
Vous êtes en train de dire n'importe quoi car le bitcoin était à même pas 8000 il y a 1an, on est loin du bouillon. Cela dit nabilla ferait mieux de se taire car elle n'y connait rien et en effet elle dit des bêtise car étant investisseurs dans la cryptomonnaie depuis des années comme tout bons investisseurs je vous dirait qu'il y a un risque, et pourtant je suis contre le banque d'un point de vue globale. Le bitcoin c'est une technologie qui évolue sous la forme de nouvelles cryptomonnaies qui concurrence le bitcoin lui-même, à partir de là les investisseurs comme moi revendent leurs bitcoin pour investir ailleurs. Il n'y a pas d'arnaque dans le bitcoin ni un ponzi, ni vraiment une bulle dans le sens où cela dépends de son avenir, si on pourrait le remplacer contre l'EURO, ce qui techniquement ne serait pas impossible en apportant des petites modification,alors le bitcoin se stabiliserait et en aucun cas on pourrait dire que c'est une bulle. Maintenant bien sûr c'est un peu plus compliquer que ça et beaucoup de gens rêves.

Sinon juste comme ça je fais sécurité informatique et je pense que les politiciens on du soucis à se faire avec les banques elles aussi.
a écrit le 16/01/2018 à 8:45 :
Tout ces gens qui se disent libéraux n'ont absolument aucune idée de ce qu'est le libéralisme et du coup ça change tout étant donné que ces gens nous imposent une idéologie économique maison qu'ils nomment libéralisme, bref une énorme escroquerie de plus.

"L’essence du néolibéralisme" https://www.monde-diplomatique.fr/1998/03/BOURDIEU/3609 (gratuit et indispensable à connaitre)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :