Lloyds accuse une perte au premier semestre

Lloyds a annoncé, ce jeudi, avoir subi une perte nette de 3,7 milliards d'euros au premier semestre, sous le coup d'une charge exceptionnelle prise sur des polices d'assurance vendues de manière irrégulière et une augmentation des pertes liées à l'Irlande.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Lloyds passe dans le rouge. La perte de 3,25 milliards de livres (3,7 milliards d'euros) qu'accuse Lloyds, au premier semestre, se compare au bénéfice de 1,3 milliard de livres réalisé l'an dernier à la même période. Mais, même en enlevant la provision de 3,2 milliards de livres passée pour couvrir le coût du dossier des polices d'assurances, le résultat net a reculé par rapport à celui du premier semestre 2010.

Le bénéfice imposable ajusté de la banque britannique est ressorti à 1,1 milliard de livres, contre 1,6 milliard il y a un an et 962 millions attendus par les analystes financiers, selon l'agence Reuters. Lloyd s avait déjà dit le 5 mai qu'il allait passer dans ses comptes semestriels une provision de 3,2 milliards de livres censée rembourser des clients ayant potentiellement trop payé pour certaines polices d'assurance.

Une baisse qui aurait pu être plus sévère

La banque, détenue à 41% par le gouvernement britannique depuis la crise financière, a réduit de 17% ses provisions sur créances douteuses, les ramenant à 5,4 milliards de livres. Mais cette baisse aurait été encore plus spectaculaire si les pertes sur mauvaises créances de ses activités irlandaises ne s'étaient pas creusées. Ces dernières sont passées de 1,6 milliard il y a un an à 1,8 milliard de livres.

En outre, la marge nette d'intérêts - qui se calcule en soustrayant aux intérêts facturés par une banque à ses débiteurs le coût de financement de ses emprunts - est tombée à 2,07% contre 2,12% au premier semestre 2010. Lloyds a expliqué cette baisse de rentabilité par la persistance de coûts de financement élevés, le remboursement du gouvernement et un environnement très concurrentiel dans le segment des dépôts. S'agissant de la crise de la dette de la zone euro, Lloyds a dit que le total de son exposition à l'Espagne, l'Italie, le Portugal, l'Irlande, la Grèce et la Belgique était de 189 millions de livres.

Le marché n'a pas apprécié ce résultat. Vers 9h20, le titre Lloyds cédait 2,7% à 37,905 pence après être tombé plus tôt dans la séance à un plus bas de l'année de 35,755 pence, alors que l'indice regroupant les valeurs bancaires européennes cédait 0,2%.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 05/08/2011 à 15:42
Signaler
Si RBS restera pour cause de diplomatie politique, Lloyd va disparaître... enfin.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.