L'affaire Madoff n'en finit pas de hanter la SEC

 |  | 441 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le bureau de l'inspecteur général de la Securities & Exchange Commission accuse, dans un rapport publié mardi soir, l'ancien directeur juridique de l'agence de conflit d'intérêts dans l'affaire Madoff.

Un peu moins de quatre ans après la découverte du scandale Madoff, le régulateur américain n?a toujours pas fait son deuil de cette histoire. Après avoir vu sa réputation entachée pour ne pas avoir su exploiter les alertes qui auraient pu lui permettre de déjouer le système de fraude pyramidale mis en place par Bernard Madoff, un des acteurs alors respectés de Wall Street, la Securities & Exchange Commission (SEC) a publié mardi soir un nouveau rapport de son inspecteur général accusant son ancien directeur juridique de conflit d?intérêt. Bernard Madoff a été condamné en 2009 à 150 ans de prison pour une arnaque évaluée à 23 milliards de dollars.

Indépendant au sein de l?agence, le bureau de l?inspecteur général conduit régulièrement des audits sur les programmes et enquêtes de la SEC. Son dernier rapport, initié à la demande même de Mary Schapiro, présidente de la SEC, conclut que l?ancien directeur juridique de l?autorité, David Becker, doit être poursuivi par le département américain de la justice. En 2004, au décès de sa mère, l?ancien responsable avait en effet hérité, avec ses frères, d?un compte ouvert auprès de Bernard Madoff. Ce compte a été fermé l?année suivante, avant même donc la découverte du scandale, pour un remboursement d?environ 2 millions de dollars. Mais le liquidateur de la société Bernard Madoff Investment Securities (BIMS) tente de recouvrer une partie des sommes versées par le passé aux investisseurs pour dédommager les victimes de la fraude. Y compris de la part de la famille Becker, objet d?une plainte du liquidateur depuis février 2011 destinée à permettre la récupération de 1,5 million de dollars, somme considérée comme un profit fictif.

Selon le rapport du bureau de l?inspecteur général, David Becker aurait joué un rôle important dans la détermination de la position du régulateur sur la valeur réelle des investissements opérés par les clients de Madoff et sur les sommes susceptibles d?être récupérées. Le document pointe au passage quelques défaillances du côté du bureau en charge des questions éthiques. Par deux fois, David Becker a consulté cette division sur sa participation au dossier Madoff compte tenu de ses intérêts et la nécessité de se récuser, mais cette division n?y a pas vu la moindre difficulté. David Becker a quitté la SEC fin février 2011.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :