Start-up innovantes recherchent investisseurs

 |  | 413 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
La manifestation Start West, qui met en relation de jeunes entreprises innovantes avec des investisseurs, se déroulera le 4 avril à Nantes.

Pas facile, pour les jeunes pousses françaises innovantes, de financer leurs projets. Certes, les initiatives publiques en la matière, comme la création en 2005 d'Oséo, consacré au financement de l'innovation et de la croissance des PME, se multiplient. Les "business angels" et les fonds de capital-risque ne sont pas non plus en reste. Mais ce n'est pas suffisant. Plus exactement, les start-up déjà trop grosses pour être financées par des "business angels" mais encore trop petites pour intéresser le "venture capital" sont confrontées à une pénurie de financement. "Pour des levées de fonds comprises entre 300.000 euros et 1 million d'euros, nombre de sociétés peinent à trouver des investisseurs", précise Pierre Tiers, responsable de la manifestation Start West, qui joue depuis onze ans les entremetteurs entre "start up" innovantes et investisseurs, et dont la douzième édition se déroulera le 4 avril, à Nantes.

Aussi, Start West, organisé par Nantes Atlantique Place Financière (l'association chargée de promouvoir la place financière du Grand Ouest), la chambre de commerce et d'industrie de Nantes-Saint-Nazaire et Retis, le réseau français de l'innovation, retient uniquement des sociétés qui souhaitent lever au moins 500.000 euros. Mais pas beaucoup plus de 1,5 million car, au-delà de ce montant, les jeunes pousses sont susceptibles d'intéresser les fonds de capital-risque. L'objectif : leur faire rencontrer des investisseurs professionnels privés.

"Les dix premières éditions de Start West [qui existe depuis 2001, Ndlr] ont permis à 80 projets environ de lever plus de 200 millions d'euros, au total", dans les technologies de l'information, des biotechnologies et de l'environnement, entre autres, se félicite Pierre Tiers. Parmi ces sociétés, certaines ont aujourd'hui franchi le cap de l'introduction en Bourse, comme Vivalis. Cotée depuis bientôt cinq ans, la société de biotechnologie affiche aujourd'hui une capitalisation boursière de 132 millions d'euros.

Tenter et séduire

Dans le cadre de l'édition 2012 de Start West, les "start up" en quête de financement ont jusqu'au 17 février pour déposer un dossier de candidature. Sur les 35 à 40 dossiers que Start West pense recevoir, dont les deux tiers devraient provenir du Grand Ouest de la France, une vingtaine seront retenus, en fonction de leur maturité et du calendrier de la levée de fonds. Les porteurs de ces projets gagneront ainsi le droit de se présenter, le 4 avril, devant un parterre d'investisseurs. A eux de tenter de les séduire, en quinze minutes chrono.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2012 à 19:40 :
Pourquoi pas mes ces stes innovantes ne sont pas assez présentent dans les régions pour permettre à certains de les financer dommage pour elles et pour ceux qui ont de la liquidité à placer.
Volà une bonne occasion à la Tribune de se lancer dans cette initiative de mettre en région des relais de l'information sous sa bannière.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :