Gazprom : Poutine veut traire davantage sa vache à lait

 |   |  461  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le gouvernement russe vient d'autoriser le groupe gazier, à augmenter ses tarifs domestiques de 15%. En échange, il envisage de le taxer à ...80%.

Le Kremlin reprend d'une main ce qu'il donne de l'autre. A peine le pouvoir russe autorisait-il jeudi le quasi monopole gazier à augmenter annuellement ses tarifs de 15%  qu'on apprenait que l'augmentation serait aussitôt récupérée par le fisc. Pour l'instant, le taux d'imposition de 80%, révélé par le quotidien Vedomosti, n'est pas confirmé officiellement. Un représentant du gouvernement affirme que les tractations se poursuivent. « Aspirer l'augmentation des prélèvements sur le prix du gaz va transformer Gazprom en agent du fisc », ironise une note de la banque d'investissement Troika Dialog. « En principe, l'augmentation devrait forcer Gazprom à réduire ses investissements ». Les perspectives de bénéfices accrus à l'exportation sont minimes, c'est pourquoi le groupe comptait beaucoup sur les clients domestiques.

Chaque 1er juillet à partir de cette année et jusqu'en 2014, Gazprom pourra procéder à  une augmentation. Le groupe, dont l'Etat conserve 50% du capital, demandait depuis longtemps le droit de relever ses tarifs. « Les hausses de tarif régulées seront de plus en plus difficiles à justifier » remarquent les analystes de Troika Dialog, « car les producteurs [de gaz] indépendants augmentent sans arrêt leur production, et sont prêts à la vendre avec un rabais par rapport aux prix régulés [par l'Etat] ». Gazprom ne conserve en effet que deux monopoles : celui du transport de gaz et celui de l'exportation. « Ce qui n'est tout à fait clair pour l'instant, c'est l'application ou non de ce taux de prélèvement à tous les producteurs de gaz indépendants ou uniquement à Gazprom », souligne Troika Dialog. Jusqu'ici, la taxe sur l'extraction de gaz était de 501 roubles (13 euros) les mille m3 pour Gazprom et moitié moins pour les autres. La taxe à l'exportation est de 14% sur les ventes.

Compétion accrue à domicile

Gazprom fait face à une compétition accrue sur son marché domestique de la part de groupes comme Novatek, dans lequel Total a d'ailleurs augmenté hier sa participation de 2% à 15%. La valorisation boursière de Novatek (45 milliards de dollars) représente presque un tiers de celle de son grand concurrent au demeurant numéro un mondial et les analystes moscovites lui voient un potentiel de croissance, à la différence du titre Gazprom.

Sous pression sur le marché européen à cause de ses tarifs élevés, Gazprom voit ses sources de bénéfices de réduire, alors que ses coûts de production ne cessent d'augmenter. A domicile, la pression ne peut pas se relâcher car Vladimir Poutine a besoin de financements pour les énormes dépenses publiques qu'il a promis pendant sa campagne électorale. Depuis le début des années 2000, Gazprom occupe la fonction de vache à lait du budget. Le premier groupe gazier mondial fournit à lui seul un quart des recettes budgétaires de la fédération russe.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2012 à 9:33 :
Je crois que cela vous "emmerde" tous que Monsieur Poutine redevienne l' homme fort de son pays. Le chou-chou de l'Ouest (businessman, gentil Medvedev va gentiment être évincé, à moins qu'il serve sincèrement son président). Les citoyens de la Russie profonde adorent Mr Poutine (le De Gaulle russe) qui ne se laissera pas être manipulé par les infames capitalistes.
Indirectement, si on n'étaient pas gouvernés par des minables (genre Sarkozy ou Hollande et Cameron) on pourrait bénéficier des changements prochains qui vont s'effectuer dans la gouvernance mondiale. Je crois plutôt que les BRICS vont s'affermir et croître en nombre et en puissance économique. Je maintiens même que l'Allemagne va nous larguer dans peu de temps...Salut, fossoyeurs...
Jean-Claude Meslin
Réponse de le 28/04/2012 à 10:25 :
Que Poutine décide de faire crever son peuple et de réduire fortement les dépenses de l'éduction pour produire davantage d'armes nous indifférent complètement. Poutine ne se laissent pas manipuler par des infâmes capitalistes mais par une gentille mafia est leur problème aussi. S'ils aiment cela qu'ils restent dans leur merde. Après tout ce n'est que du communisme...
Réponse de le 28/04/2012 à 11:23 :
Franchement vous devriez plutôt vous abstenir que de déverser des propos stupides et non argumentés sur ce site, cultivez vous d'abord.
Réponse de le 28/04/2012 à 12:15 :
ca va pas mieux JMC.. Comparer M Poutine à De Gaulle ...quand à votre idée comme quoi la Russie profonde l aime je sais vraiment pas ou vous aller la chercher Il le deteste pour beaucoup parce qu il leur a fait des promesses qu il n a jamais tenue En particulier les gens vivants en Sibérie qui voient leurs ressources naturelles copieusement dépouillées sans retour dans leur vie de tous les jours Quand a Medvedev il faudrait etre le dernier des naifs pour pas voir que c est Vladimir Poutine qui en tire les ficelles personne n a été dupe Une preuve ? tous les officiels en déplacement en Russie apres une visite "protocolaire" au soit disant président russe tous allait discuter buisness avec le premier ministre
Réponse de le 28/04/2012 à 15:02 :
@mordrak: "il le déteste" mais il a été facilement réélu :-) ce que j'adore, c'est que beaucoup font des "commehtaires" sur la Russie sans jamais y avoir mis les pieds. Le mieux ne serait-il pas de nous renvoyer directement à vos maitres à penser au lieu de répéter leur idéologie d'un autre temps ?? :-) Le monde bouge mes amis, il faut se réveiller et penser tout seul :-)
Réponse de le 28/04/2012 à 22:24 :
Merci Patrickb pour le commentaire. Il ne faut jamais s'abaisser à la hauteur des médiocres. Cela fait mal au dos. Dans ce cas précis, il faut avoir quelques connaissances de ce vaste pays et y avoir mis les pieds. Amicalement...JCM

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :