Comment dépenser plus sur Internet

 |   |  484  mots
Copyright Reuters
Grâce aux moyens de paiements alternatifs, les sites Internet gonflent les montants des achats sur en ligne. Les paiements alternatifs représenteront en 2015 un potentiel de 13,8 milliards d'euros à capter, selon Limonetik.

Les moyens de paiement alternatifs font dépenser davantage les ménages sur Internet. Dans 8 cas sur 10, les montants des achats sur la toile avec ces types de moyens de paiement (notamment Paypal,  Kwixo, porte-monnaie électronique, cartes cadeaux, etc) sont plus importants que ceux qui ont fait l'objet d'une transaction avec un moyen de paiement traditionnel (carte bancaire, prélèvement, virement), estime Limonetik, une plateforme qui connecte les sites marchands aux moyens de paiement alternatifs. Cette dernière a sondé 10 sites marchands qui représentent au global 1,5 milliard d'euros de transactions par an, dont les 3 Suisses, PriceMinister, ou The Kooples. Les montants dépensés sur ces sites sont en moyenne supérieurs de 24% avec des moyens de paiement alternatifs. "Les paiements alternatifs représenteront en 2015 un potentiel de 13,8 milliards d'euros à capter", estime Limonetik.

La pertinence des moyens de paiement par rapport à la cible

Il serait en revanche simplificateur de dire que les sites marchands, en acceptant tous les moyens de paiement alternatifs, feront forcément dépenser davantage leurs clients.  L'important est de prendre en compte « la pertinence des moyens de paiement par rapport à la cible des différents sites », affirme Christophe Bourbier, PDG de Limonetik. En ce qui concerne les "facilités de paiement", les cartes de crédit (Cofidis, Cofinoga, Cetelem...), seront plus adaptées à des sites de voyages, par exemple, car elles permettent aux consommateurs de payer en plusieurs fois pour des montants importants. "Elles permettent d'étaler les dépenses et donc de réaliser des achats plus importants pour les petits budgets", indique limonetik. L'achat est ainsi "moins douloureux, ce qui a tendance à grossir le panier", estime Christophe Bourbier.

Les cartes cadeaux pour les petits plaisirs du quotidien

En revanche, pour des sites qui vendent des biens qui coûtent en moyenne 50 euros, l'apport d'un paiement échelonné sera minime, « les cartes cadeaux (Cadhoc,  Edenred, Sodexo...ndlr), seront plus utiles » indique Christophe Bourbier. Elles sont en général proposées par les comités d'entreprise, et sont utilisées par les consommateurs « pour acheter des biens un peu plus chers que d'habitude » et ainsi s'octroyer des petits plaisirs. Le potentiel des transactions par cartes cadeaux sur internet est de 3,5 milliards d'euros, selon Limonetik.

Les listes de mariage pour les produits que l'on garde longtemps

Autre type de moyen de paiement alternatif qui rencontre un franc succès : les listes de mariage. Les montants dépensés à chaque transaction avec ces listes sont de 305 euros en moyenne, et peuvent atteindre 4000 euros. « Les listes de mariage sont souvent utilisées pour acheter des produits que l'on garde longtemps, des meubles par exemple », indique Christophe Bourbier. L'intérêt pour les sites est que les sommes d'argents ne proviennent pas de la poche des consommateurs. Ces derniers n'hésitent donc pas à compléter en cas de coup de c?ur pour des produits trop chers pour eux en temps normal.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2012 à 19:09 :
Devant un article comme celui-ci,on ne sait plus si l'on doit rire où pleurer....

Et la photo est tout aussi nulle : La môman qui n'est toute contente que son rejeton (Kévin-qui-s'y-connait?) y dépense ces 'tits n'euros sur le n'internet.....Pitoyable !

Les listes de mariages : "Ces derniers n'hésitent donc pas à compléter en cas de coup de c?ur pour des produits trop chers pour eux en temps normal"

Bin,voyons ! Quand c'est pas toi qui paye....

En ces temps de crise,y a quand même des coup de pieds au cul qui se perdent !


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :