Les banques américaines bénissent Bâle III

 |   |  550  mots
Wells Fargo a gagné six places sur le marché mondial des prêts syndiqués, sur lequel les banques européennes étaient traditionnellement très fortes. Copyright Reuters
Wells Fargo a gagné six places sur le marché mondial des prêts syndiqués, sur lequel les banques européennes étaient traditionnellement très fortes. Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Contrairement à leurs rivales européennes, elles traînent les pieds pour se conformer à cette norme qui exige un renforcement des fonds propres. Et récupèrent donc les activités que les banques européennes sont contraintes de céder.

A la façon des candidats du bac il y a quelques semaines, JPMorgan et Wells Fargo étaient, ce vendredi, les deux premières banques américaines à présenter leurs résultats du deuxième trimestre aux analystes financiers. Des résultats somme toute encourageants. Malgré sa perte de courtage de 4,4 milliards de dollars, apparemment fruit de l'indélicatesse de plusieurs collaborateurs, JPMorgan a dégagé un bénéfice, de 4,96 milliards de dollars (en baisse de 9%). Quant à Wells Fargo, la quatrième banque des Etats-Unis a vu son résultat net bondir de 17%, à 4,6 milliards de dollars.

Les banques européennes cèdent du terrain dans le financement maritime

Les prochains mois pourraient être plus satisfaisants encore pour les banques américaines. Et ce, en raison de leur lenteur calculée à mettre en œuvre la future réglementation dite de Bâle III. Celle-ci impose aux banques de renforcer leurs fonds propres afin d'éviter une crise systémique, et doit être appliquée d'ici à 2019. Mais, alors que les banques européennes - pressées, il est vrai, par la crise de la zone euro - se sont engagées à respecter Bâle III dès le 1er janvier 2013, les établissements américains sont en revanche décidés à prendre tout leur temps.

Un décalage qui fait bien les affaires des banques américaines. Car la nécessité de mettre en œuvre Bâle III dès 2013 conduit depuis bientôt six mois les banques européennes à réduire la voilure dans des métiers très gourmands en capitaux. C'est le cas du financement maritime (construction de bateaux, etc.). Fin juin, Commerzbank, qui était pourtant numéro deux en Allemagne sur ce créneau, a annoncé mettre fin à cette activité. Quelques jours plus tôt, la Société générale avait cédé une grande partie de son portefeuille de crédits au transport maritime à... la banque américaine Citigroup.

Wells Fargo a bondi de six places sur le marché des prêts syndiqués

Dans les prêts syndiqués également, les banques américaines ont commencé à gagner des parts de marché, au détriment de leurs rivales européennes. Bâle III oblige, ces dernières réduisent leur activité de crédit aux entreprises. Résultat, sur le marché mondial des prêts syndiqués, c'est-à-dire consentis à une société par plusieurs banques, BNP Paribas a perdu six places dans le classement élaboré par Thomson Reuters, pour finir le premier semestre 2012 au 10ème rang.

La banque sino-britannique HSBC, autre habituée des premières places sur le marché des prêts syndiqués, a elle aussi dévissé de six échelons, tombant à la 14ème place. A l'inverse, Wells Fargo a grimpé de six places, pour se propulser en quatrième position, Morgan Stanley est passée du 15ème au 13ème rang, et la banque canadienne RBC Capital Markets s'est envolée de 18 places, ce qui lui permet de figurer dans le « top dix. » Même au sein de la zone euro, les banques européennes risquent de perdre leur prédominance historique sur le marché des prêts syndiqués, selon une enquête publiée en mai par l'agence de notation Fitch. N'est-ce pas ce qu'on appelle de la distorsion de concurrence ?
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2012 à 10:12 :
Les Entreprises américaines peuvent s'appuyer sur leur Gouvernement.

Les Entreprises françaises doivent se défendre contre leur Gouvernement et l'Europe, mais doivent lutter à armes inégales contre les Fonctionnaires français et européens.
a écrit le 14/07/2012 à 3:44 :
Il faudrait bientôt enlever le F de financement de BFI.
Comment se faire entuber..
Réponse de le 14/07/2012 à 8:45 :
je ne fait plus confiance a ces agences de notation , a mon avis ces agences la il faut un jour que quelqu un les notent ........peut etre ce serait trop tard
Réponse de le 21/08/2012 à 12:09 :
Arrivera un jour où la BCE sera entre les mains des banques américaines...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :