Le Livret A au service de l'économie solidaire ?

Benoît Hamon, ministre délégué à l'économie sociale et solidaire, soutient à "200%" le rapport Duquesne, qui préconise une réorientation d'une partie de l'épargne réglementée vers cette économie créatrice de "dizaines de milliers d'emplois."

3 mn

Benoît Hamon prône une réorientation d'une partie de l'épargne réglementée vers l'économie sociale et solidaire.Copyright Reuters
Benoît Hamon prône une réorientation d'une partie de l'épargne réglementée vers l'économie sociale et solidaire.Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Un soutien à "200%." Benoît Hamon, ministre délégué en charge de l'économie sociale et solidaire, a été plus que convaincu par le rapport de Pierre Duquesne sur la réforme de l'épargne réglementée (Livret A, Livret de développement durable (LDD)). Ce rapport, remis la semaine dernière au ministre, prône l'orientation d'une partie de l'épargne réglementée vers l'économie sociale et solidaire, laquelle intervient principalement dans les domaines de l'emploi, de l'insertion sociale et de l'environnement.

A l'heure actuelle, les fonds collectés sur le Livret A et sur le LDD et non centralisés auprès de la Caisse des dépôts sont en priorité affectés aux PME. "Je me félicite que l'on puisse inscrire dans les obligations d'emploi (de l'épargne réglementée) le financement de l'économie sociale et solidaire. Cela obligera les banques à participer davantage au financement de cette économie", a déclaré Benoît Hamon ce mercredi, en ouvrant un séminaire de travail sur la finance solidaire à l'ENA (Ecole nationale d'administration).

Un poids de 10% dans le PIB

"C'est l'objectif premier de l'épargne réglementée que de financer certains segments de l'économie présentant un intérêt particulier, comme les PME, mais aussi des entités de l'économie sociale et solidaire", a insisté le ministre. Il faut dire qu'en ces temps de crise, quand la France compte quelque trois millions de chômeurs, l'économie sociale et solidaire - qui se focalise sur l'être humain et non pas sur les bénéfices - semble parée de bien des vertus.

En particulier parce qu'elle "a créé 23% d'emplois supplémentaires au cours des dix dernières années, alors que ceux générés par l'économie classique ont augmenté de 7% seulement", argumente Benoît Hamon. De fait, l'économie sociale et solidaire pèse aujourd'hui près de 10% du PIB (produit intérieur brut) et des emplois, en France, selon le rapport Duquesne.

Un encours de 3,5 milliards d'euros

Mais, pour que cette économie sociale et solidaire - génératrice de "dizaines de milliers d'emplois" - passe à la vitesse supérieure, "il faut que les offres de financement soient adaptées" à ces associations et autres structures à but non lucratif, estime le ministre. Pour l'heure, l'économie sociale et solidaire est principalement financée par l'épargne solidaire (livrets, fonds communs de placements, etc.), laquelle, avec des encours de 3,5 milliards d'euros, représente à peine 0,1% de l'épargne totale des Français. En effet, les fonds de l'épargne réglementée ne sont aujourd'hui pas destinés à l'économie sociale et solidaire, regrette le rapport Duquesne.

Orienter l'épargne réglementée existante vers l'économie sociale

L'une des pistes consiste donc à tenter de capter une partie de cette fameuse épargne réglementée. Plutôt "que de créer un livret spécifique", Benoît Hamon juge "plus simple d'orienter l'épargne réglementée existante" vers l'économie sociale et solidaire. Surtout que le plafond du LDD sera doublé à partir du 1er octobre, à 12.000 euros, et que celui du Livret A pourrait lui aussi être multiplié par deux d'ici à 2016, à 30.600 euros, comme le recommande le rapport Duquesne.

 

 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 27/09/2012 à 12:16
Signaler
A l?origine, appel au peuple, le livret A devait aider à solder le coût des guerres napoléoniennes (il y a 200 ans). Petit à petit il est devenu un moyen très pratique de « garder au frais » les petites économies de tout un chacun avec : - ...

à écrit le 27/09/2012 à 9:33
Signaler
Bonjour, en lisant certains commentaire comme celui de Bertrand et autres...je me dis qu'avant de faire une commentaire, il faut savoir de quoi on parle. en l'occurence, ces personnes ne doivent pas maitriser le secteur de l'Economie Sociale et Sol...

le 02/11/2013 à 10:08
Signaler
on ne sait rien sur rien . on ne sait jamais rien. on sait rarement de quoi on parle . cela dit, le coup du tout solidaire est une recherche de voix pour les élections en faisant sortir les mouchoirs et pleurer dans les chaumières .rien d'autre. et ç...

à écrit le 27/09/2012 à 2:44
Signaler
ah Benoit Hamon, que tu as là une idée farfelue ! tu as dû faire l'ENA pour réfléchir comme cela : imagines-toi une association qui va faire un emprunt : avec quoi le remboursera-t-elle ????? l'économie sociale est déjà un handicap pour l'économie ca...

à écrit le 26/09/2012 à 22:21
Signaler
Il existe plusieurs définitions du verbe " capter ", dont une qui est inquiétante !

à écrit le 26/09/2012 à 20:29
Signaler
Ils ont sans doute pensé mais ne le disent pas encore à confisquer ou réquisitionner l'épargne !!!Ca fait partie de l'ideologie socialiste !!!

à écrit le 26/09/2012 à 16:27
Signaler
bien! il ft creer plein d'emplois de ' service a la personne'; plein de temps partiels intermittents annualises au smic horaire! brillantissime !!!!!!!!!! d'autres idees du meme calibre?

le 26/09/2012 à 17:07
Signaler
En même temps vu les chiffres du chômage il me parait assez malvenu de faire la fine bouche...

à écrit le 26/09/2012 à 16:24
Signaler
Des mots ,toujours des mots ... les Francais attendent des resultats (la fin des cumuls ext.. )

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.