L'agence bancaire de demain sera multiforme

 |   |  502  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Simples agences vitrines, mégastores, banques camionnettes... La multiplication des formats va prendre le pas sur l'agence bancaire uniforme proposant les mêmes prestations partout.

À quoi ressembleront les agences bancaires de demain? D'abord, elles seront moins nombreuses. Le chaland n'en trouvera plus à chaque coin de rue, projets de fermetures obligent. « Des régions sont très affectées par la crise économique, d'autres beaucoup moins. Il convient donc, non pas forcément de fermer, mais de relocaliser certaines agences », insiste une fine connaisseuse du secteur, qui préfère rester anonyme. Il faut dire que certains syndicats commencent à redouter une désertification bancaire dans les petites villes. 56% des banquiers français prévoient que la densité de leur réseau d'agences en milieu rural va diminuer dans les prochaines années, d'après une enquête publiée à la fin de 2012 par l'Efma, association chargée de promouvoir l'innovation dans le secteur bancaire. Et ce n'est pas un hasard si le Crédit agricole expérimente un modèle de banque en camionnette dans le centre de la France...

Plusieurs formats d'agence devraient ainsi voir le jour, en fonction du marché local. Ce sera la fin de l'agence uniforme, qui propose les mêmes prestations partout. « En fermant deux agences de trois personnes, nous pourrons faire une agence plus importante de quatre ou cinq personnes, ce qui permettra d'offrir un service différent », a ainsi indiqué Jean-François Sammarcelli, directeur général délégué de la Société générale. Simples agences vitrines qui proposent le strict minimum, agences « cosy » pour la distribution de crédits immobiliers et autres opérations sophistiquées, mégastores où le client trouve toute la palette des services bancaires... L'étude de l'Efma évoque une dizaine de formats, adaptés, les uns aux villages ruraux, les autres aux gares et aux aéroports, ou encore aux centres-villes et aux galeries marchandes.

Les agences physiques ont encore de l'avenir

Les horaires d'ouverture de ces agences ne seront pas les mêmes, pas plus que la nature des services proposés. Le cabinet de conseil en stratégie Boston Consulting Group (BCG) imagine ainsi des agences spécialisées dans le financement automobile, d'autres axées sur le crédit immobilier, par exemple. L'idée étant d'affecter le personnel, aujourd'hui submergé par les tâches administratives et opérationnelles, à des prestations à valeur ajoutée afin de gagner en productivité. Pour le tout-venant, à savoir les remises de chèques, les dépôts d'espèces et autres opérations bancaires courantes, il y a des automates.

Une certitude : l'agence bancaire a encore de l'avenir. « Environ 30% des particuliers considèrent la proximité d'une agence comme un facteur de choix d'une nouvelle enseigne, le contact physique demeurant indispensable pour établir une relation de confiance et fournir des services à valeur ajoutée », arme le BCG. D'ailleurs, certains pure players de la banque en ligne eux-mêmes développent un réseau - certes restreint - d'agences physiques. Une adaptation du retour vers le « brick and mortar » (entreprise traditionnelle faite de brique et de mortier) qui laisse encore quelques bons espoirs à la banque en dur...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :