Cryptomonnaies : près des trois-quarts des acheteurs de Bitcoin ont perdu de l'argent (BRI)

Entre 73% et 81% des acheteurs de Bitcoin ont perdu de l'argent sur les investissements en cryptomonnaies, selon une étude publiée lundi par la banque des règlements internationaux (BRI). Pour la vice-présidente de la banque centrale américaine (Fed), Lael Brainard, la chute du géant des cryptomonnaies FTX montre que le secteur doit être soumis à la même règlementation que le secteur financier traditionnel, car il comporte les mêmes risques.
(Crédits : DADO RUVIC)

De quoi accentuer la défiance à l'égard des cryptomonnaies déjà bien entamée par la faillite de FTX. Selon une étude publiée lundi par la Banque des règlements internationaux (BRI), entre 73% et 81% des acheteurs de Bitcoin ont perdu de l'argent sur les investissements en cryptomonnaies. Analysant des données provenant de 95 pays entre 2015 et 2022, les économistes de cette institution considérée comme la banque centrale des banques centrales ont mené une étude détaillée qui vise à comprendre les profils des acheteurs de cryptomonnaies. Objectif : analyser les implications des cryptomonnaies pour le système financier mais aussi comprendre comment mettre en place des règles de protection des consommateurs alors que les « trois-quarts » des acheteurs ont perdu de l'argent sur leurs investissements en Bitcoin, selon leurs calculs.

Lire aussiFaillite FTX : la crainte de la contagion du monde des cryptos

40% des achats sont faits par des hommes de moins de 35 ans

L'étude qui s'appuie sur des données concernant notamment les téléchargements d'applications d'achats de Bitcoin ou sur la fréquence journalières des transactions montre que près de 40% des utilisateurs sont des hommes de moins de 35 ans, plus prompts à prendre des risques, contre 25% d'hommes de 35 ans à 54 ans et 35% de femmes, la majorité d'entre elles ayant moins de 35 ans.

Sur la période étudiée, le cours du Bitcoin est passé de 250 dollars en août 2015 à 69.000 dollars à son pic en novembre 2021. Le nombre moyen d'utilisateurs quotidien d'applications est alors passé d'environ de 119.000 à plus de 32,5 millions, montant en flèche en particulier entre fin 2017 et début 2021, explique l'étude qui observe une corrélation entre la hausse des prix du Bitcoin et l'arrivée de nouveaux utilisateurs.

Selon une équation mise au point par les économistes de la BRI, une hausse de 1 point de pourcentage du Bitcoin se traduit par une augmentation de 1,1% dans la moyenne mensuelle du nombre d'utilisateurs journaliers. Or quelque 73% des utilisateurs ont téléchargé une application lorsque le cours du Bitcoin se situait au-dessus de 20.000 dollars, soit davantage que son prix en octobre 2020, ce qui signifie qu'ils ont perdu de l'argent, soulignent-ils. Si un utilisateur a d'abord investi 100 dollars le premier mois, puis la même somme les mois suivants, environ 81% des acheteurs ont perdu de l'argent, selon leurs calculs.

Les petits acheteurs ont perdu

L'analyse de la taille des portefeuilles investis met néanmoins en évidence que les petits acheteurs de Bitcoin, avec un portefeuille allant de 1 à 1.000 Bitcoins, ont eu tendance à acheter dans les phases de hausse alors que les gros investisseurs, appelés les baleines, avec des portefeuilles de plus de 100.000 Bitcoins, ont eu tendance à vendre.  Ils ont ainsi réalisé des bénéfices « aux dépens des plus petits utilisateurs », selon cette étude. L'idée selon laquelle les cryptomonnaies vont « démocratiser le système financier » mérite donc d'être analysée plus en détail, selon ses auteurs.

La Fed demande la même réglementation que le secteur traditionnel

La publication de cette étude intervient alors que la chute du géant des cryptomonnaies FTX montre que le secteur doit être soumis à la même réglementation que le secteur financier traditionnel, car il comporte les mêmes risques, a estimé lundi la vice-présidente de la banque centrale américaine (Fed), Lael Brainard.

Ces marchés « sont très concentrés, très interconnectés, et vous voyez un effet domino. Les échecs d'une plateforme ou d'une entreprise s'étendent ailleurs », a déclaré la numéro deux de la Fed lors d'une interview vidéo avec l'agence Bloomberg.

« Cela renforce, je pense, ce besoin de s'assurer que la finance crypto soit inclue dans le périmètre réglementaire, car elle n'est pas différente de la finance traditionnelle dans les risques auxquels elle expose les investisseurs », a-t-elle plaidé.

« Il doit y avoir de solides garde-fous réglementaires », a-t-elle insisté. Il est « vraiment inquiétant de voir que les investisseurs particuliers sont réellement touchés par ces pertes », s'est inquiétée Mme Brainard.

La vice-présidente de la Réserve fédérale avait déjà, en juillet, estimé que le secteur des cryptomonnaies présente les mêmes risques que celui de la finance traditionnelle, et doit donc être soumis aux mêmes règles.

Elle a, lundi, de nouveau mis en avant les « questions d'interdépendance, d'effet de levier, de liquidités qui sont les risques financiers traditionnels, et la protection des consommateurs, la protection de la vente au détail ».

Enquête aux Bahamas

Suite à la déclaration de faillite de FTX, la police des Bahamas, paradis fiscal qui abrite le siège de la plateforme, a indiqué dimanche enquêter pour déterminer si des faits de nature criminelle ont eu lieu, en lien avec le régulateur boursier et financier de l'archipel.

Il y a à peine 10 jours, FTX était encore considérée comme la deuxième plateforme de cryptomonnaies au monde, évaluée à 32 milliards de dollars en début d'année.

« Tout le monde est vraiment choqué par l'effondrement de FTX », a déclaré Kris Marszalek, PDG de Crypto.com, en tentant de rassurer. Cette faillite a « largement terni la réputation du secteur et détérioré la confiance des investisseurs, donc nous devons nous atteler, dans ces moments difficiles, à rétablir cette confiance », a-t-il ajouté.

Pour Hannah Yee-Fen Lim, experte juridique en cryptomonnaies à l'Université technologique de Nanyang à Singapour, le mal est déjà fait. « Les gens sont désormais plus avisés et se rendent vite compte des dangers d'investissements aussi volatils », a-t-elle indiqué à l'AFP ajoutant que « quelles que soient les explications, elles ne réussiront pas à convaincre ceux qui ont déjà perdu confiance dans les cryptomonnaies ».

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 15/11/2022 à 12:25
Signaler
en meme temps jouer au casino c toujours risqué :)) on va pas les blamer ni pleurer :)

à écrit le 15/11/2022 à 6:57
Signaler
Quand on voit la quantité d'énergie dépensée pour rien en minage de Bitcoin, on ne peut que se réjouir de ces faillites financières

le 15/11/2022 à 17:42
Signaler
Effectivement : Depuis le début du mois de janvier 2021, des dizaines de villes en Iran font face à des coupures d’électricité massives et régulières. Le ministre de l’Énergie, Reza Ardekanian, a concédé que ces coupures pouvaient être provoquées pa...

à écrit le 15/11/2022 à 6:34
Signaler
A peu pres le niveau de performance de la fdj

à écrit le 15/11/2022 à 0:22
Signaler
C'est un business à prendre sérieusement en compte car il rapporte beaucoup

à écrit le 14/11/2022 à 23:13
Signaler
On ne perd de l'argent que quand on vend... Les plateformes centralisés d'échanges comme ftx sont à l'opposé de la technologie et de la philosophie crypto et elle repliquent le modèle de la finance traditionnelle avec encore plus d'opacité et de con...

à écrit le 14/11/2022 à 22:58
Signaler
BITCOIN piège à CO(I)NS

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.