Les hedge funds vont finir l'année en se serrant la ceinture

 |   |  581  mots
Certes en baisse, les bonus attribués aux gestionnaires de portefeuilles devraient néanmoins rester conséquents.
Certes en baisse, les bonus attribués aux gestionnaires de portefeuilles devraient néanmoins rester conséquents. (Crédits : Flickr/Markus Spiske. CC License by.)
Les investisseurs sont de plus en plus nombreux à se retirer de ces fonds spéculatifs, préférant des placements moins coûteux et moins risqués. La rémunération des gestionnaires de hedge funds devrait nettement en pâtir.

Temps morose pour les hedge funds. À l'heure où les investisseurs préfèrent faire fructifier leur argent dans des produits à bas coût, les fonds spéculatifs peinent à garder leurs clients. Les gestionnaires de portefeuilles dans les hedge funds devraient ainsi voir leur rémunération sombrer de 34%, a récemment rapporté Bloomberg, citant une étude réalisée par le cabinet de conseils Odyssey Search Partner auprès de 500 professionnels du secteur interrogés en septembre.

Les bonus attribués aux gestionnaires de portefeuilles devraient néanmoins rester conséquents, variant de 288.000 à 394.000 dollars en fonction des performances et ce malgré les importants retraits de fonds.

Potentielle situation de crise

En septembre, l'ensemble des hedge funds disposait de 59,9 milliards de dollars de moins qu'un an auparavant, enchaînant un quatrième trimestre consécutif de recul, selon la dernière analyse du cabinet eVestment, parue le 26 octobre. Pour le seul troisième trimestre, le montant des remboursement (quand un investisseur retire ses billes et que le fonds doit le payer) a atteint 29,3 milliards de dollars, un plus haut depuis le premier trimestre de 2009. Des flux qui indiquent une "potentielle situation de crise pour l'industrie", selon le vice-président de la recherche et auteur du rapport, Peter Laurelli, cité dans le communiqué.

"Les retraits cumulés de 86,7 milliards de dollars lors des quatre [derniers] trimestres sont inférieurs de moitié au niveau de remboursement du seul premier trimestre 2009. La différence, cependant, est que les marchés financiers globaux n'opèrent clairement pas cette fois-ci en situation de crise", souligne-t-il.

Pour l'heure, ces retraits de fonds ne représentent qu'une goutte d'eau dans l'océan financier des hedge funds, qui gèrent environ 3.000 milliards de dollars selon des estimations, mais "les tendances de flux actuelles sont plus emblématiques d'une industrie en crise", prévient le rapport d'eVestment.

Licenciements

Pour les entreprises du secteur, le manque d'investisseurs se fait d'ailleurs ressentir. En juin, il a été rapporté par Bloomberg que le gestionnaire de fonds Pimco (Allianz), qui gérait début avril plus de 1.500 milliards de dollars d'actifs, allait se débarasser de 3% des ses employés (68 personnes). Il faut dire que depuis le départ de son fondateur Bill Gross en 2014 pour un modeste fonds concurrent, Pimco a perdu près de 25% de ses actifs, qui dépassaient alors les 2.000 milliards de dollars.

En septembre, cela a été au tour du gestionnaire de fonds Bridgewater, l'un des plus importants au monde avec 150 milliards de dollars d'actifs, d'annoncer prévoir la suppression d'une partie de ses 1.700 postes (l'entreprise en comptait 150 en 2003, à titre comparaison). Son fonds emblématique Pure Alpha a enregistré 9,4% de perte fin août, alors qu'il affiche un rendement moyen de 12% depuis son lancement il y a 25 ans, soulignait mi-septembre Fortune.

Le déclin des fonds spéculatifs profite toutefois à d'autres fonds , souligne le Wall Street Journal, citant une étude de Morningstar. Au cours des trois dernières années, les investisseurs ont rajouté 1.300 milliards de dollars aux fonds communs de placement (FCP) et les fonds indiciels côtés (ETF), drainant au passage près d'un cinquième de cette somme (19,2%, soit 250 milliards de dollars) des fonds actifs. Très récemment, le fonds de pension de Rhode Island (Etats-Unis) a ainsi retiré ses investissements (585 millions de dollars) de sept hedge funds dans le but de repenser sa stratégie d'investissement. Il ne sera ni le premier, ni le dernier.

>> Lire aussi Distribution de dividendes : toujours plus !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2016 à 9:32 :
La bourse, cette imposture dont on a fait un dogme économique, une vérité avérée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :