« Nous avons besoin d’hommes féministes ! » Karien Van Gennip (ING)

 |   |  759  mots
Karien Van Gennip est la patronne d'ING en France.
Karien Van Gennip est la patronne d'ING en France. (Crédits : Reuters)
Ex-ministre aux Pays-Bas, Karien van Gennip est depuis 2015 directrice générale de la banque ING en France. Cette banquière au parcours atypique a été élue en mai dernier coprésidente de l’association de promotion de la mixité Financi’Elles. Sa priorité est de s'assurer que la place des femmes reste tout en haut de l'agenda des dirigeants d'institutions financières.

Ingénieure en physique, diplômée d'un MBA de l'Insead, ministre du commerce extérieur, députée puis banquière. Et aussi mère de quatre filles. De son parcours singulier, qui l'a menée d'Amsterdam à San Francisco puis Paris, de McKinsey à l'Autorité néerlandaise des marchés financiers et à ING, depuis 2008, Karien van Gennip, 51 ans, a gardé un regard original.

CEO d'ING France depuis 2015, elle a été élue en mai dernier coprésidente de l'association Financi'Elles, fédération de réseaux de promotion de la mixité dans le secteur de la finance. Européenne convaincue et militante de l'égalité femmes-hommes, celle qui fut nommée « Young Global Leader » par le World Economic Forum en 2009 nous livre sa vision et son expérience de patronne de banque.

LA TRIBUNE - La finance française vous semble-t-elle faire une place suffisante aux femmes ?

KARIEN VAN GENNIP - Quand je suis arrivée en France il y a quatre ans, une des bonnes surprises a été la part plus importante des femmes à des postes à responsabilité qu'aux Pays-Bas, où l'on voit monter un débat sur la mise en place de mesures législatives. L'existence de quotas en France avec la loi Copé-Zimmermann a permis une vraie progression...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2019 à 10:38 :
Ce qui m'inquiète c'est que dès que "je mets des points sur les "i" avec ma femme, elle me demande une gifle! Est ce normal docteur!
Cela a l'air d'une plaisanterie mais la victimisation a de l'avenir!
a écrit le 31/10/2019 à 8:53 :
Et des femmes qui oseraient ne pas détester les hommes, mais qui vivraient parmi eux à égalité sans s'occuper de considérer si leurs collègues sont des hommes ou des femmes, ce ne serait pas à la mode ?
a écrit le 26/10/2019 à 5:44 :
Le féminisme, c’est du sectarisme. Ça n’a pas apporté grand chose de bon. Et maintenant, les femmes à la tête de ces groupuscules demandent à des hommes de partager leurs idées étriquées... Et bien vu comment les féministes voient les hommes, je leur souhaite bien du courage, car leurs discours fangeux ont un effet repoussoir.
a écrit le 25/10/2019 à 17:51 :
C'est du populisme, de la politique à 2 balles : le vrai positionnement est d'avoir des personnes "égalitaristes" qui ne jugent que sur les compétences réelles... Tout France dérive sur le populisme, alors qu'il suffirait de mettre en œuvre ce qui est inscrit dans la constitution : égalité
a écrit le 25/10/2019 à 15:16 :
Le titre est une rigolade?!! actuellement dans l'assurance et les banques, le recrutement est plutôt sur des profils qu'aime zemour.....

Alors dire qu'il faut des féministes homme, c'est beau, mais comme toute chose au pays des droits de l'homme, je dois dire ne pas les voir !! Fordi det kommer an paa dit ejet background !

Du coup, c'est un beau mythe au pays des droits de l'homme, non?!!
a écrit le 25/10/2019 à 12:24 :
Il y a la Tribune et son genial agitateur.
J'ai nomme le citoyen blase.
Longue vie.
a écrit le 25/10/2019 à 12:11 :
L'art de la manipulation est bien féminine, cela ne va pas s'arrêter en si bon chemin!
a écrit le 25/10/2019 à 10:42 :
Je ne connais aucune personne cupide féministe ni quoi que ce soit d'autre d'ailleurs. A ce niveau ils sont incapables de penser à autre chose qu'à eux-mêmes.

Bon courage !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :