Pour Lagarde, « la féminisation de la finance n’est pas une option, c’est une nécessité ! »

 |   |  1528  mots
Selon Christine Lagarde, avec plus de femmes à des postes de responsabilité dans la finance, on aurait évité des prises de risques excessives, qui ont abouti à la crise financière la plus terrible de l'après-guerre : autrement dit, avec « Lehman Sisters » on se serait sans doute mieux portés !
Selon Christine Lagarde, "avec plus de femmes à des postes de responsabilité dans la finance, on aurait évité des prises de risques excessives, qui ont abouti à la crise financière la plus terrible de l'après-guerre" : autrement dit, "avec « Lehman Sisters » on se serait sans doute mieux portés !" (Crédits : Stephen Jaffe/FMI)
Christine Lagarde prendra le 1er novembre la tête de la Banque centrale européenne (BCE). A 63 ans, l'ex-présidente du FMI est la briseuse de plafonds de verre par excellence. Cette militante de l’égalité femmes-hommes au franc parler qui détonne dans ce milieu compassé livre en exclusivité à La Tribune ses convictions sur les moyens de faire progresser la mixité dans la finance. Propos recueillis par Delphine Cuny.

Christine Lagarde est la briseuse de plafonds de verre par excellence. Mère de deux enfants, l'avocate est devenue la première femme ministre de l'Economie et des Finances d'un pays du G8 en 2007, à l'aube d'une violente crise financière : elle laissera aussi son nom à une loi qui a assaini les pratiques du crédit à la consommation. En 2011, elle devient la première présidente du Fonds monétaire international (FMI). A 63 ans, elle prendra le 1er novembre la tête de la Banque centrale européenne (BCE) à un moment où le conseil des gouverneurs ne compte que des hommes : les 19 gouverneurs de banques centrales de la zone euro, le vice-président et les trois autres membres du directoire. La seule femme du directoire, l'Allemande Sabine Lautenschläger, vient de démissionner avant la fin de son mandat prévue en 2022, sur fond de désaccord avec les dernières décisions de politique monétaire de Mario Draghi.

Militante de l'égalité femmes-hommes au franc parler qui détonne dans ce milieu compassé, Christine Lagarde, dont la nomination à la présidence de la BCE a été officialisée par le Conseil européen ce vendredi 18 octobre, livre en exclusivité à La Tribune ses convictions sur les moyens de faire progresser la mixité dans la finance.

LA TRIBUNE - Vous défendez de longue date la cause des femmes et de la diversité. Comment jugez-vous la place des femmes aujourd'hui dans le monde de la finance ?

CHRISTINE LAGARDE - Totalement insuffisante ! La finance reste un monde d'hommes, même si le FMI et demain la BCE sont dirigés par des femmes. Kristalina Georgieva et moi-même faisons exception. Et c'est très dommage. Le prix Nobel d'économie vient d'être attribué, pour la deuxième fois en dix ans, à une femme notamment, Esther Duflo, pour ses travaux remarquables sur les questions de pauvreté. Cela devrait permettre d'ouvrir les yeux et les esprits !  Il y a trop peu de femmes à des postes de  responsabilité dans le monde économique et financier.

Lire aussi : Inégalités femmes-hommes : le discours engagé de la nouvelle patronne du FMI

D'après une étude du FMI, seuls 2% de la totalité des banques dans le monde sont dirigées par des femmes. C'est une aberration, alors qu'elles ont du talent, et que ce sont elles, qui, le plus souvent, gèrent les finances de la famille, la cellule économique de base, car elles sont connues pour leur gestion prudente, rigoureuse, et leur vision à long terme. Dans les banques, la féminisation des instances dirigeantes s'accompagne, d'ailleurs, très souvent d'une diminution des risques financiers.

Etes-vous favorable à des quotas, sur le modèle de la loi Copé-Zimmermann, pour améliorer la diversité de genre dans les comités exécutifs ? Quel rôle les banques centrales et les institutions financières publiques peuvent-elles jouer ?

Je suis favorable aux quotas bien sûr ! Je l'ai déjà dit plusieurs fois. Et je vous le redis volontiers : sans des quotas imposés par le haut, nous n'y arriverons pas. La loi Copé- Zimmerman de 2011 en France visant 40% de femmes dans les conseils d'administration va dans le bon sens. La France est un pays pionnier en Europe dans ce domaine.

Mais, en France comme ailleurs dans le monde, l'accent doit être mis sur la promotion des jeunes femmes dans les filières scientifiques, où elles restent sous-représentées. Le chiffre stagne à 20% à l'échelle internationale. Dans ces filières, il faudrait imposer des quotas de femmes de 30%. Chacun sait que ce sont les études scientifiques qui conduisent à la finance, mais aussi aux métiers de la technologie, du digital à l'intelligence artificielle, de la recherche médicale au secteur spatial. Les femmes ne peuvent pas rester à l'écart de ces métiers du futur, à haute valeur ajoutée, déterminants pour notre avenir. Sur ce sujet, c'est aux pouvoirs publics d'agir.

Lire aussi : Plus d'un milliard d'euros pour l'égalité femmes-hommes en France en 2020

Ensuite, les entreprises publiques ou privées peuvent aussi s'imposer leurs propres quotas. La Banque centrale européenne, par exemple, s'est fixé, en 2013, comme objectif d'atteindre 35% de femmes aux postes de direction fin 2019. Si elle y parvient, ce sera très bien. Le monde des banques centrales reste un monde d'hommes. Il faut le féminiser y compris au plus haut niveau de la BCE, celui du directoire et du Conseil des gouverneurs. Le Parlement européen insiste sur la diversification du directoire et il a raison. Les gouvernements aussi devraient s'employer à nommer des femmes à la tête des banques centrales nationales.

Vous avez préconisé « un leadership plus féminin » comme l'un des ingrédients importants de la réforme du secteur financier, estimant que « si Lehman avait été Sisters au lieu de Brothers, le monde serait peut-être différent aujourd'hui ». En quoi des femmes dirigeantes auraient-elles peut-être pu empêcher la crise ? Considérez-vous que les femmes ont un rapport différent à l'argent et au risque ?

Il existe des études académiques très sérieuses, basée notamment sur la psychologie cognitive, publiées dans des revues comme le Quarterly Journal of Economics de Harvard. Les femmes, c'est prouvé, prennent moins de risques financiers. Elles apportent de la stabilité. Le FMI a également publié des études sur ce sujet.  Les femmes apportent aussi une diversité de points de vue, ce qui réduit le risque de pensée unique. Donc je suis convaincue qu'avec plus de femmes à des postes de responsabilité dans la finance, on aurait évité des prises de risques excessives, qui ont abouti à la crise financière la plus terrible de l'après-guerre, dont on peine à panser les plaies, 11 ans après la faillite de la banque américaine Lehman Brothers. Donc, oui, avec « Lehman Sisters » on se serait sans doute mieux portés !

Partageriez-vous une ou des anecdotes personnelles illustrant le sexisme ordinaire auquel vous avez été confrontée dans votre carrière ?

Au début de ma carrière, lorsque j'ai voulu entrer dans un grand cabinet d'avocats d'affaires à Paris, j'avais demandé si je pourrais, un jour, être « associée ». Et on m'a répondu : « C'est exclu. Vous êtes une femme... ». Autant dire que j'ai tourné les talons; je suis allée dans un cabinet américain, Baker & McKenzie, dont l'associée gérante à Paris était une femme... Autre anecdote : au cours d'une conférence, avec des associés masculins, j'ai été traitée de « péronnelle » et écartée d'un dossier sur l'énergie que je maîtrisais pourtant parfaitement sur le plan juridique. Il y en a eu d'autres évidemment. Il y a très peu de femmes associées dans les cabinets d'avocats, encore aujourd'hui.

Quel message souhaiteriez-vous adresser aux états-majors des grandes institutions financières en vue de faire progresser la mixité au plus haut niveau ?

La féminisation de la finance n'est pas une option, c'est une nécessité. Il en va de la stabilité du secteur financier et de nos économies en général. A l'échelle de l'OCDE, les femmes n'occupent que 20% des sièges des conseils d'administration des plus grandes entreprises cotées en bourse. C'est encore très insuffisant. Les institutions financières doivent donner l'exemple, et promouvoir la féminisation de l'économie en général, car c'est bon pour la croissance mondiale. L'OCDE avait estimé en 2012 que si la participation des femmes au marché du travail était semblable à celle des hommes, le gain de croissance pour le PIB serait de 12% d'ici à 2030.

L'Europe est bien placée pour la participation des femmes au travail ; les pays nordiques et les pays baltes, l'Allemagne et la France. Mais nous sommes loin de l'objectif fixé par la Commission européenne d'un taux d'emploi des femmes de 75% en 2020. L'effort à faire ne concerne pas uniquement le monde de la finance.

Lire aussi : Emploi : les inégalités femmes-hommes persistent en Europe

Comment remédier à la discrimination subie par les femmes en termes d'inclusion financière ?

Dans le monde, 1,7 milliard de personnes n'ont pas d'accès aux services bancaires, et un milliard sont des femmes.  C'est un frein considérable à leur insertion dans la vie professionnelle, un frein à la croissance. Il y a eu des progrès. En Amérique latine, en Afrique, en Inde, le micro-crédit et le paiement par téléphone portable ont permis à des millions de femmes d'accéder aux services financiers. Mais pour cela il faut garantir l'accès à internet dans les villages, et la maîtrise des outils. L'éducation est donc la question-clé. Il faut donc des politiques publiques efficaces, favorables à l'innovation, mais aussi une réglementation qui évite le développement de solutions relevant de la finance de l'ombre [non régulée, ndlr], où les risques pour les clients ne sont pas maîtrisés.

Propos recueillis par Delphine Cuny.

___

Retrouvez les autres articles de notre Dossier spécial Femmes dans la finance dans La Tribune Hebdo n°306 disponible depuis le vendredi 18 octobre 2019 en kiosques (version papier) et sur notre site (en version numérique).

Photo UNE H306

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/10/2019 à 14:15 :
C'est surtout la compétence qui est une nécessité, et en France, c'est une denrée rare.
a écrit le 21/10/2019 à 10:35 :
Plutôt que de nous expliquer la féminisation de la finance elle devrait nous parler de celle de l'atlantisme pur et dur dont elle est une représentante sans faille, triste proconsul des US en Europe….
a écrit le 21/10/2019 à 10:25 :
Sa place est en prison !
a écrit le 21/10/2019 à 9:30 :
Cette croisade féministe serait initiée au nom de la diversité (parité) « si Lehman avait été Sisters au lieu de Brothers, le monde serait peut-être différent aujourd'hui ». Sous entendu que les femmes apportent quelque chose de différent de ce que les hommes peuvent apporter. Il serait donc important d'avoir une plus grande parité dans les boards, les administrations, etc.
Là où cela devient étonnant, c'est que ce pour ces mêmes personnes, ce qui serait bon pour les entreprises ne le serait pas pour les enfants. A savoir, que les enfants soient privés de père ou de mère ne pose de problème à personne, avec l'argument que les hommes et les femmes sont interchangeables, qu'une femme peut être un homme et inversement.
Donc si c'est la complémentarité qui prime, il faut tout de suite arrêter l'ouverture de la pma aux femmes seules ou à deux, et si c'est l'interchangeabilité qui prévaut, ce mouvement féministe dans les administrations est simplement une guerre des sexes qui ne dit pas son nom.
a écrit le 20/10/2019 à 17:30 :
Vivement qu'elle fasse une sortie dans l'espace. Ca ferait une pause dans le harcèlement féministe.
a écrit le 19/10/2019 à 17:45 :
autant on peut déplorer le machisme ambiant de nos société, autant on peut déplorer cette ode au féminisme tendant à nous faire croire que les femmes seraient meilleures, intrinsèquement que les hommes....
Madame Lagarde est une sorte d objet non identifié qui dit par moment tout et son contraire en terme de modèle de développement et de stratégie financière...
elle nous avait dit que c 'était une excellente chose que de prêter à l époque à 5% à la grèce, alors que le problème était ailleurs....
elle nous a dit aussi que les banques nous avaient permis de sortir de la crise en 2008, crise qu elles avaient elles mêmes contribuer à créer.... et j en passe.....
a écrit le 19/10/2019 à 17:44 :
On oublierait presque que Christine Lagarde est avocate , donc pas économiste et pourtant préside le FMI grâce au piston de sa famille politique... Il n'y a que dans les postes sans envergure que l'on peut choisir ainsi le genre avant la compétence ...
Je propose donc de rétribuer cette grande dame à la hauteur de son apport réel , c a d au SMIC puisse que finalement , elle a une valeur d'utilité assez réduite dans les rouages capitalistiques du FMI. "RIGHT PEOPLE IN THE RIGHT PLACE" THAT IS THE QUESTION.
a écrit le 19/10/2019 à 14:36 :
La france est déjà pleinement féministe. On y parle de l'incompétence, de l'inutilité, des nuisances, de la fainéantise, de la corruption, des malversations, de la stupidité, de l'imbécilité, des collusions... Autant de termes 100 % féminins qui collent bien à l'image de la france et des français. Tout comme un autre : une présidence complètement ratée. Féministe, la france ? A fond !
a écrit le 19/10/2019 à 12:41 :
Lagarde est justement ce qu'on ne veut pas voir, féministes inclus(es).

L'incompétence et la négligence amenée à des postes de responsabilité par Sarkozy qui cherchait UNE ministre encore moins bonne que lui et qui a totalement "raté" le début de la crise des subprimes en 2008. On lui doit 7% de déficit public en 2009, les affaires Tapie et le cadeau fiscal de 2 milliards à la SG.

Tout ce qui restera d'elle c'est son teint bronzé toute l'année, ses tailleurs de grand couturier et son anglais de pacotille.

On a dit un jour que l'égalité des genres serait actée le jour où on nommerait une femme incompétente à un poste de responsabilité... et bien avec elle c'est fait !
a écrit le 19/10/2019 à 12:15 :
On se fiche de la féminisation. On veut des gens compétents et sans casserole
a écrit le 19/10/2019 à 9:54 :
Elle a déjà réussit la feminisation des repris de justice.
Maintenant à prouver qu'une femme incompétente peut occuper un poste comme un homme incompétent.
Vive la France. Mais franchement les courtisans et courtisanes étaient mieux habillés du temps de Louis XV
Comprennez-vous?
a écrit le 18/10/2019 à 21:41 :
Mettre des politiques à la tête de la BCE est une grave erreur, femme ou homme.. Une fois de plus, on parle du futile pour en oublier l'essentiel.. beaucoup de compassion pour ceux qui sont cibles de tels discours.
a écrit le 18/10/2019 à 20:09 :
En mettant sur le même plan les métiers de la finance et la gestion d'un budget familial, cette dame nous montre qu'elle est tout aussi incompétente que les hommes.
a écrit le 18/10/2019 à 17:55 :
Pourquoi a t elle réussie dans la finance? Pourquoi d'autres femmes ne peuvent pas en faire de même? Dispose t elle d'un pouvoir surnaturel dont les autres femmes n'ont pas la chance d'être dotées? Beaucoup de verbiage pour tout simple simplement constater que les femmes ne sont pas spécialement attirées par la finance et qu'elles réussissent mieux dans d'autres secteurs dans lesquels elles préfèrent s'investir.
a écrit le 18/10/2019 à 17:51 :
Je préférerais l'idée d'humaniser la finance et surtout de s'attaquer à cette dette monstrueuse et hors de contrôle qui gangrène de très nombreux pays quand aux taux négatif quel est son avis ?
a écrit le 18/10/2019 à 17:47 :
le monde va mal ! comment cacher la vérité
Réponse de le 19/10/2019 à 10:13 :
C'est le genre de phrase que prononce toutes les générations. On voit ça dans les articles de journaux depuis toujours. En vertu du principe de la relativité, je dirai plutôt que celui des deux qui va mal c'est celui qui s'approprie cette idée.
Réponse de le 19/10/2019 à 19:12 :
Pour Lagarde ça va :

Révélé par le Fonds monétaire international (FMI), le salaire annuel de Christine Lagarde s'élèverait à 380 939 euros. Son statut de fonctionnaire international permettait à la directrice de ne pas être soumise à l'impôt sur le revenu.
a écrit le 18/10/2019 à 17:37 :
Masculin ou Féminin, cela n'a rien a voir avec la Finance, on ne peut qu'espérer la "Neutralisation du Genre" dans ce genre d'activité comme dans beaucoup d'autres!
a écrit le 18/10/2019 à 15:59 :
Pour une première déclaration de la patronne de la banque centrale européenne, on peut dire que comme stupidité inutile et hors sujet, s'en est une superbe. Pas d'erreur, le ton est donné, on va faire dans la mièvrerie banale, le potiron vide, le sentimentalisme genré, mais pour l'économie, la finance et la monnaie, voir ailleurs. Dont acte.
a écrit le 18/10/2019 à 15:36 :
Condamnée par la justice pour un délit!
Réponse de le 18/10/2019 à 16:36 :
Oui, un (nouveau) délit à l'actif de la "femme aux casseroles" : le délit de discrimination vis-à-vis des hommes !
a écrit le 18/10/2019 à 15:18 :
D'après le dictionnaire Larousse, le mot finance est du genre féminin et ce me parait une satisfaction suffisante pour ce sexe… que les hommes qualifient volontiers d'imprévisible; mais j'avoue que je verrai avec curiosité (et respect) l'élection d'une femme comme Président (masculin) de la République (féminin). Monsieur Macron semble partagé, lui qui "nomme" Madame Christine Lagarde à la BCE mais refuse à Madame Isabelle Kocher la présidence d'ENGIE (ex SUEZ GAZ DE FRANCE). Rien pour le troisième sexe?
a écrit le 18/10/2019 à 15:05 :
Mais c'est fait. On dit : la finance, la monnaie. Et, lorsque cela devient argotique, ou vulgaire, on dit : le pognon, le fric, le pèze, le blé, etc.
Réponse de le 18/10/2019 à 16:38 :
On dit aussi la bêtise, la corruption, l'incompétence (mot féminin), l'inutilité (mot féminin), l'imbécilité (mot féminin)... et c'est pas fini.
a écrit le 18/10/2019 à 14:58 :
... la "féminisation" qui est une arnaque aussi énorme que la "parité" est tout simplement du sexisme. C'est de la discrimination, ce qui me semble punissable légalement, non ? Mais c'est vrai que lagarde n'en est plus à une "affaire", ni à une casserole près.
a écrit le 18/10/2019 à 14:47 :
Mais c'est ringard ça Cricri, c'est le genre dans la tête qui compte. Marre de ce sexisme outrancier. Pourquoi obliger les gens a être tel ou telle?
Et toc.
a écrit le 18/10/2019 à 14:40 :
Féministe ? Briseuse de verre ? Ah bon ? Vous parlez de cette personne dont une lettre adressée à Sarkozy et qui a été divulguée au public dans laquelle elle exposait sa volonté puissante de soumission totale aux volontés de celui-ci ? "Fais de moi ce que tu veux" ou un truc du genre ?

Oui ce commentaire ne passera pas alors que tout est vrai mais à un moment faut arrêter hein ça va bien trop loin, on est à l’époque d'internet les gars là, ce papier ne peut que faire du mal à la cause féminine en omettant cette vérité.

CE n'est pas les hommes qu'il faut changer mais tout ces politicards de tous bords dont on a bien trop souffert et qui continuent, qui continuent, machinalement, bêtement à nous anéantir.
Réponse de le 18/10/2019 à 15:28 :
Merci de préciser cette épisode, et comme j'ai eu a faire peu de mots pour une fois , je voulais juste savoir si l'étique, faisait partie aussi de sa logique?

Auquel cas elle ne serait pas la, alors effectivement comme vous le faite bien et goulard et un autre exemple que l'étique est une tare pour la nomination semble t'il !!!
Réponse de le 18/10/2019 à 18:04 :
Pour gonzague :
En français appris à l'école de la République :
On écrit " éthique " avec un h .
Episode étant masculin , on écrit " cet" et non " cette " .
Vous le " faite" prend un s .
Abstenez vous ou relisez vous .et corrigez si vous savez .
Réponse de le 18/10/2019 à 21:46 :
Désolé, depuis que j'ai été apatride, je n'ai plus de si belle déclaration, émouvante. mais qui je dois le dire ne m'oppose aucune problématique de ce genre.

Det kan jeg skifte hvis du onsker, autrement dit l'important est l'idée, je ne suis pas dans ce que tu appel la république, cela fait bien longtemps que la belle chanson j'ai pu l'entendre a côté de la petite sirène.

Du coup comme toutes choses, le refrain est dépendant de ton imaginaire, et pour moi participer aux idées, la pensée est ainsi faite !
Réponse de le 21/10/2019 à 8:41 :
Ils nous exposent des femmes aussi compromises que les hommes comme modèle, ils ne savent toujours pas que l'on a internet car il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir...
a écrit le 18/10/2019 à 14:09 :
... de la finance ou de n'importe quel autre secteur est une imbécilité sans nom. On se fout totalement de savoir si X porte une jupe ou Y un pantalon. Le plus important est de miser sur le savoir, le savoir-faire et les compétences. peu importe qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme. Nous casser les oreilles avec de la féminisation outrancière et de la parité abusive est avant tout un nivellement par le bas car on évite soigneusement de parler des compétences de chacun. Il est vrai qu'alors lagarde et bien d'autres femmes seraient au chômage. Alors c'est vrai : comme elles n'ont pas assez de compétences, elles doivent se rabattre sur la féminisation et la pseudo-parité complètement stupide. Nivellement par le bas, disais-je.
a écrit le 18/10/2019 à 13:55 :
Ça n'a aucun sens cette histoire de sexe, ce qui compte, c'est la compétence pour le poste. Paradoxalement, cette hystérie de la parité va obliger d'équilibrer les sexes dans l'administration ou les femmes sont majoritaires; Hôpitaux ou éducation nationale par exemple. Cette démonstration par l'absurde prouve bien que cette obstination démagogique est superfétatoire.
a écrit le 18/10/2019 à 12:53 :
... que de parler de "féminisation" ou d'imposer une "parité" contre-nature et idiote dans tous les secteurs, ne serait-il pas plus productif et intelligent de privilégier avant tout les compétences ? D'accord, dans ce cas, lagarde serait toujours au fond de sa cuisine (avec les casseroles qu'elle se trimbale !...). D'accord aussi, le mot "compétence" est comme le mot "courage" : pas dans le vocabulaire des français. C'est probablement pour cela qu'ils continuent à parler de "parité et de "féminisation". Tout plutôt que d'évoquer des compétences qui, dans tous les secteurs possibles et imaginables, leur ont totalement échappé depuis des siècles.
a écrit le 18/10/2019 à 12:20 :
Voilà qui est parlé pour ne rien dire...de nouveau... en faisant croire qu'on apporte son obole à la cause!
a écrit le 18/10/2019 à 12:19 :
La sur-représentation masculine est bien évidemment le principal problème et l'aspect le plus important pour améliorer la prédation, pardon, le fonctionnement de la finance...
a écrit le 18/10/2019 à 12:10 :
Et l'étique?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :