Société Générale décolle en Bourse après la publication de résultats financiers meilleurs que prévu

Société Générale a publié vendredi un chiffre d'affaires en hausse sur un an au troisième trimestre, un résultat meilleur qu'attendu, malgré un bénéfice lesté par des provisions constituées en cas d'impayés et la rémunération des livrets réglementés. Des résultats salués par les investisseurs.
« Les comptes sont notamment affectés par le coût du risque, ces sommes provisionnées pour faire face aux éventuels impayés sur les crédits » a commenté Frédéric Oudéa, directeur général, sur le départ pour rejoindre Sanofi.
« Les comptes sont notamment affectés par le coût du risque, ces sommes provisionnées pour faire face aux éventuels impayés sur les crédits » a commenté Frédéric Oudéa, directeur général, sur le départ pour rejoindre Sanofi. (Crédits : SG)

Troisième trimestre contrasté pour la banque Société Générale. La troisième banque française a publié ce vendredi un chiffre d'affaires en hausse de 2,3% sur un an, à 6,83 milliards d'euros (un résultat meilleur qu'attendu et salué en Bourse) malgré un bénéfice net en baisse de 6,4%, à 1,5 milliard d'euros, en raison des provisions constituées en cas d'impayés et la rémunération des livrets réglementés.

Des résultats meilleurs que les prévisions des analystes qui ont fait bondir le cours de l'action. Celui-ci prenait ce vendredi 4,77% à 24,62 euros vers 09H35, après avoir temporairement passé la barre des 5% à la Bourse de Paris. « Ce trimestre est marqué par une progression des revenus, la poursuite de la maîtrise des frais généraux et un coût du risque contenu », a commenté dans un communiqué le directeur général Frédéric Oudéa. Les comptes sont notamment affectés par le coût du risque, ces sommes provisionnées pour faire face aux éventuels impayés sur les crédits consentis (près de 200 millions d'euros pour les réseaux). »

Evoquant dans un communiqué un « environnement géopolitique et économique de plus en plus complexe », la SocGen a renforcé sur le trimestre écoulé ses provisions pour mauvaises créances avec un coût du risque multiplié par 2,3.

Lire aussiSociété Générale : le conseil désigne un homme des marchés, Slawomir Krupa, comme successeur de Frédéric Oudéa

La banque de détail, rassemblant notamment les réseaux d'agences Société Générale et Crédit du Nord amenés à fusionner à partir de l'an prochain, freine la croissance. Elle voit sa rentabilité chuter par rapport à la même période l'an dernier : si le chiffre d'affaires de l'activité est stable, son bénéfice net est amputé de 27%, à 343 millions d'euros.

La hausse des taux des livrets d'épargne pèse sur la profitabilité

La hausse du taux du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire, passé de 1% à 2% au 1er août, ainsi que celles des produits d'épargne associés pèse également sur la profitabilité de la banque de détail. Le résultat net des réseaux de banque de détail à l'international, groupés avec l'assurance et des services spécialisés, progresse quant à lui de 6,8% au troisième trimestre, de même que celui de la banque de financement et d'investissement, de 15,6%. La société a aussi précisé vendredi que son ratio de solvabilité, indicateur-clé de sa solidité en cas de crise, s'établissait au 30 septembre à 13,1%, au-dessus de l'exigence réglementaire.

Une meilleure maîtrise des coûts

Le groupe, dont l'actuel patron de la banque de financement et d'investissement, Slawomir Krupa, deviendra l'an prochain le nouveau directeur général avec le départ prévu de Frédéric Oudéa, indique viser pour 2022 un coefficient d'exploitation en deçà de 64%, à la faveur d'une meilleure maîtrise des coûts, alors qu'il prévoyait précédemment un coefficient entre 64% et 66%. Par ailleurs, Société Générale a annoncé jeudi la nomination de Stéphane Landon au poste de directeur des risques du groupe à partir du 1er décembre 2022.

BNP Paribas a fait part de résultats solides

BNP Paribas, première banque française qui a publié ses résultats trimestriels, affiche aussi de solides résultats. Le bénéfice net pour le seul troisième trimestre, atteint 2,76 milliards d'euros, en hausse de 10,3% sur un an. Le produit net bancaire (PNB), est quant à lui en progression de 4,9% à périmètre et taux de change constants entre juillet et septembre, à 12,31 milliards d'euros. Ces résultats ont surpassé les attentes des analystes regroupées par le fournisseur d'informations financières Factset, qui tablaient sur un bénéfice de 2,36 milliards d'euros et un PNB à 11,99 milliards pour le troisième trimestre. La banque est en route vers un bénéfice record en 2022. Le groupe a aussi trouvé début octobre un accord avec ses salariés pour une augmentation des salaires bruts de 3%, avec un plancher de +1.200 euros et un plafond de +2.000 euros. Elle est assortie d'une prime de 1.100 euros nets pour les salaires inférieurs à trois SMIC annuels bruts, soit les deux tiers environ de l'effectif, selon des chiffres du syndicat CFDT. BPCE et Crédit Agricole doivent annoncer leur résultat trimestriel la semaine prochaine.

 (Avec Agences)

Lire aussiL'Europe impose aux banques le paiement instantané à petit prix

 .

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.