Boeing vend 30 737 MAX à une compagnie iranienne

 |   |  354  mots
La livraison des 30 premiers avions est prévue entre 2022 et 2024.
La livraison des 30 premiers avions est prévue entre 2022 et 2024. (Crédits : JASON REDMOND)
Aseman a annoncé samedi avoir finalisé un accord pour l'achat de 30 Boeing 737 MAX, pour une valeur de 3 milliards de dollars, avec l'option d'en acheter 30 supplémentaires.

Le géant américain peut se frotter les mains. La compagnie aérienne iranienne Aseman a annoncé samedi avoir finalisé un accord pour l'achat de 30 Boeing 737 MAX, pour une valeur de 3 milliards de dollars, avec l'option d'en acheter 30 supplémentaires. Le contrat, annoncé en avril, a été signé lors d'une cérémonie à Téhéran et la livraison des 30 premiers avions est prévue entre 2022 et 2024.

"Je me réjouis que nous puissions (...) mettre à niveau la flotte" afin de lui permettre de "s'imposer sur le marché régional", s'est félicité le ministre iranien du Travail, Ali Rabii, cité par l'agence ISNA.

Cet accord pourrait cependant être remis en question si le président américain Donald Trump mettait à exécution ses menaces de réimposer des sanctions à l'Iran. Il avait été rendu possible par la conclusion en 2015 de l'accord  nucléaire entre l'Iran et les grandes puissances, dont les Etats-Unis, qui a permis la levée d'une partie des sanctions internationales imposées à l'Iran, autorisant notamment la vente d'avions.

Critiques des parlementaires américains

Même si Donald Trump est lié pour l'heure à l'accord sur le nucléaire, la vente doit être validée par l'Office américain pour le contrôle des avoirs étrangers, qui dépend du Trésor américain (OFAC). "Nous avons finalisé l'accord, maintenant nous attendons la permission de l'OFAC le mois prochain", a indiqué à l'AFP le porte-parole d'Aseman, Amir Reza Mostafavi.

Boeing fait l'objet de critiques de la part des parlementaires américains qui assurent que les compagnies iraniennes sont utilisées pour le transport d'armes et de troupes vers des zones de conflit, dont la Syrie. Iran Air, la compagnie nationale, et l'avionneur américain avaient signé en décembre leur plus gros contrat depuis près de 40 ans, portant sur l'achat de 80 appareils d'une valeur de 16,6 milliards de dollars.

Aseman est équipée essentiellement de petits avions et 18 de ses 36 appareils sont des Fokker 100 (105 sièges). Ses trois Boeing 727-200 ont effectué leurs premiers vols en 1980, selon le site internet de l'aviation civile. Ses deux autres Boeing, des 737-400, datent de 1992.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2017 à 19:06 :
Dire que la BNP avait été condamnée à une amende de 9 milliards de dollars pour avoir "contourné des embargos imposés par les Etats-Unis".
Cela veut dire qu'il n'y a plus d'embargo, ou qu'il y a 2 poids 2 mesures ?
Réponse de le 11/06/2017 à 19:54 :
Non il n'y a qu'un poids et une seule mesure au bon vouloir des USA qui imposent leurs règles à leur convenance ...et si Boeing a soutenu la campagne de Trump il pourra vendre ses avions sans difficulté sans compter que cela représente des emplois .
a écrit le 10/06/2017 à 15:57 :
Pas rancuniers les Perses.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :