Bruit au travail : comment survivre à l’open space ?

Le niveau sonore des environnements de travail organisés en open space commence à poser de sérieux problèmes en matière de productivité des actifs. Suffisamment pour envisager la fin de cette conception du lieu de travail ?
Hugo Baudino

2 mn

L'organisation des bureaux en open space pénalise la productivité des actifs.
L'organisation des bureaux en open space pénalise la productivité des actifs. (Crédits : La Tribune)

"L'Open space m'a tuer." C'est le titre, volontairement provocateur, du livre publié par Alexandre des Isnards et Thomas Zuber en 2008 pour dénoncer cette tendance aux décloisonnement des espaces de travail. 8 ans plus tard, il semblerait que l'open space continue de faire des victimes, en tout cas en matière de baisse de la productivité.

Selon une enquête Ifop/JNA, publiée fin octobre à l'occasion de la semaine de la santé auditive au travail, 1 actif sur 5 considère que le bruit de son environnement professionnel lui fait perdre au moins 30 minutes de travail par jour. 42% des actifs interrogés dans le cadre de l'étude déclarent perdre du temps à cause du bruit tous les jours. Ce taux monte à 50% chez les moins des 35 ans et "à 55% chez le cadres et professions intellectuelles", précise le communiqué de l'association JNA (Journée nationale de l'audition). Le coupable semble donc tout trouvé, tant l'open space est devenue la norme dans les professions de ce type. Encore plus surprenant, le bruit semble davantage déranger les cadres que les ouvriers, catégorie de salariés qui "a probablement davantage intégré cette contrainte comme faisant partie de son environnement de travail", selon JNA.

Quelles solutions ?

Problématique pour les actifs, l'impact de l'environnement sonore sur la productivité devient également préoccupante pour l'ensemble de la société si on prend le problème à grande échelle. En effet, les nuisances sonores feraient ainsi perdre 23 milliards d'euros par an aux entreprises, selon les estimations de JNA. Dans le détail de chaque open space, les salariés trouvent donc des parades pour supporter le brouhaha.

C'est ainsi que les écouteurs et casques audio se multiplient dans les open spaces, certains salariés cherchant désespérément un moyen de se couper des distractions extérieures pour se concentrer. Seulement, comme l'avance MEL Magazine, le fait de passer sa journée un casque vissé sur les oreilles pourrait être néfaste pour l'entreprise, en annihilant les possibilités de communication entre employés, et pour la carrière du salarié concerné, qui aurait moins de chance de se voir proposer une promotion. On se retrouve donc dans des situations où l'espace de travail est complètement ouvert, ayant pour conséquence directe de pousser les différentes personnes qui y travaille à se couper des autres pour se concentrer. Soit l'inverse de ce que devait, prétendument, apporter l'open space au monde du travail...

Hugo Baudino

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 14/03/2018 à 15:03
Signaler
travailler dans un bureau avec un casque anti bruit sur la tête ça parait improbable, mais c'est mon quotidien.

à écrit le 14/03/2018 à 15:00
Signaler
9 ans d'openspace: plus le goût à rien, acouphènes et hyperacousie, le médecin du travail s'en fiche, ça devrait être interdit de faire travailler les gens ainsi.

à écrit le 04/11/2016 à 16:24
Signaler
Tout à fait d'accord avec les autres intervenants, l'open space n'a qu'un seul objectif: Réduire les m² occupé par salarié tout le reste n'est que du folklore de DRH.

à écrit le 04/11/2016 à 15:27
Signaler
L'open space répond uniquement au soucis de couper dans les couts, car l'immobilier est cher, et il faut densifier. Il a aussi une vertu de visibilité à la fois pour le contrôle, et les échanges, encore que limités quand on peut communiquer par intra...

à écrit le 04/11/2016 à 12:31
Signaler
L'open space n'était pas censé apporter quoi que ce soit aux salariés, il devait juste faire faire des économies aux employeurs. Ne faites pas semblant de l'ignorer... Un jour nous devrons emmener notre propre PQ au travail, vous verrez.

à écrit le 04/11/2016 à 9:49
Signaler
L'open space dans une toute petite structure peut avoir du bon comme effectivement une meilleure communication entre salariés (utile seulement s'ils travaillent sur un même sujet, ceci dit). Mais dans les grandes structures > 4 personnes c'est une hé...

le 25/10/2017 à 16:13
Signaler
Je travaille en open space depuis 5ans, dans une ambiance de travail agréable, avec une hiérarchie que j'apprécie, et les seuls congés "sécu" qui sont pris le sont pas mes collègues féminines enceintes. Nous sommes 30, répartis en 2open space (eux mê...

le 06/12/2017 à 18:02
Signaler
21 ans d'open space pour moi ... Au début nous n'étions que 4, donc c'était vivable ! Mais maintenant, c'est l'enfer !! Il y a ceux qui ont besoin de concentration pour assumer leurs tâches (c'est mon cas) et il y a ceux qui ont besoin de bouger,...

à écrit le 04/11/2016 à 9:37
Signaler
Le télé travail , c'est à dire le travail au domicile va se développer et modifiera nos habitudes , nos méthodes et notre regard sur la vie professionnelle et privée

à écrit le 04/11/2016 à 8:45
Signaler
l open space n est pas fait d abord pour faciliter la communication entre le personnel mais pour faire des economies: on peut mettre plus de monde dans le meme nombre de m2

le 04/11/2016 à 13:55
Signaler
Exact ! C'est aussi pour faciliter la surveillance des employés. Mais faire travailler plus de personnes n'implique pas une progression proportionnelle de la productivité. On s'en rend très vite compte pendant les vacances...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.