Les microbiomes : ces anticorps qui intéressent tant les groupes agroalimentaires

Ces micro-organismes présents dans le corps humain seraient un remède à plusieurs maladies intestines. Laboratoires pharmaceutiques et groupes agroalimentaires exploitent le filon.

2 mn

Ces micro-organismes du corps humain soutiennent le système immunitaire pour développer la thérapie nutritionnelle.
Ces micro-organismes du corps humain soutiennent le système immunitaire pour développer la thérapie nutritionnelle. (Crédits : pixabay)

Le nouveau sujet de recherche des grands groupes agroalimentaires et de santé s'appelle le microbiome. Ainsi Pfizer, Second Genome, mais aussi Nestlé, Danone et Lesaffre, misent sur ces micro-organismes du corps humain qui soutiennent le système immunitaire pour développer la thérapie nutritionnelle. Tour d'horizon des initiatives prises par les grands groupes pour comprendre les microbiomes.

  • Nestlé cherche une alternative aux médicaments traditionnels

La branche nutrition et santé du géant de l'agroalimentaire suisse a investit 54,6 millions d'euros dans la startup Seres Health pour renforcer ses activités liées à la thérapie nutritionnelle. L'objectif : remplacer, à terme, les médicaments traditionnels par des micro-organismes naturels, les microbiomes, capables de traiter certaines infections et inflammations.

  • Danone étudie les conditions menant à l'obésité

Le concurrent français de Nestlé s'intéresse également aux microbiomes. Mais son but est surtout de faire avancer la recherche sur l'obésité. Certains de ces micro-organismes pourraient en effet constituer un remède à cette maladie qui tue chaque année 2,8 millions de personnes dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé. L'Institut national de recherche agronomique (INRA) collabore déjà sur ce sujet avec les laboratoires de Danone. L'entreprise française contribue même avec l'American gastroenterological association (AGA) à financer une bourse pour accélérer la recherche.

  • Second Genome se spécialise dans l'étude de ces bactéries

Le laboratoire californien a choisi de se concentrer exclusivement sur l'analyse des microbiomes. C'est donc avec Second Genome que le géant pharmaceutique Pfizer s'est associé en mai dernier pour mener une large étude sur la flore intestinale de neuf cent individus. Un an plus tôt, le laboratoire de biotechnologies s'était déjà associé la filiale belge de Johnson & Johnson. Un traitement contre la colite ulcéreuse devrait voir le jour au terme de cette collaboration avec Janssen Biotech.

  • Seventure Partners y dédie un fonds d'investissement

Health for Life Capital a été créé spécialement pour financer la recherche sur le micro-biome et ses domaines d'applications. Ouvert en 2013 par le fonds européen Seventure Partners, Health for Life Capital doit investir dans des start-ups à la frontière de l'alimentaire et de la santé. Parmi ses investisseurs se trouvent donc le laboratoire Tornier, mais surtout les trois groupes agroalimentaires Danone, Tereos et enfin Lesaffre. L'entreprise productrice de levure y a investit dix millions d'euros en juillet 2014.

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 08/01/2015 à 8:44
Signaler
"maladies intestines" traduit de l'anglais 'intestine' ? Si c'est lié à l'intestin, c'est 'intestinales'. (au XIVe siècle, cet adjectif voulait déjà dire "qui se passe à l'intérieur de quelque chose")

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.