Bombardier : hausse des bénéfices mais baisse des commandes

 |   |  312  mots
Le groupe canadien a vu ses bénéfices plus que doublé au troisième trimestre. Mais ses commandes de trains et d'avions sont en baisse.

Le groupe canadien Bombardier a annoncé jeudi que ses bénéfices trimestriels avaient plus que doublé grâce à une hausse de 8% du chiffre d'affaires mais il a fait état d'une baisse des commandes nouvelles de trains et d'avions. (Retrouvez le communiqué de Bombardier).

D'août à octobre, correspondant à son troisième trimestre, le bénéfice net s'est élevé à 245 millions de dollars (194 millions d'euros), ou 14 cents par action, contre 91 millions de dollars (72 millions d'euros), ou 5 cents par action, il y a un an. Ces résultats sont supérieurs de deux cents par action au consensus des analystes, selon Reuters Estimates. Le chiffre d'affaires est ressorti à 4,6 milliards de dollars au troisième trimestre.

Le carnet de commandes global a reculé à 51,9 milliards de dollars, soit une moyenne de 2,7 années de chiffre d'affaires, contre 53,6 milliards de dollars à la fin du mois de janvier, la vigueur du dollar ayant pesé sur le segment transport de la compagnie. Bombardier a indiqué que les livraisons d'appareils commerciaux de sa division aérospatiale avaient reculé d'un tiers à 22 unités, des clients ayant demandé le report des livraisons au quatrième trimestre. Les livraisons d'appareils commerciaux sont restées stables à 57 unités mais les commandes sont tombées à 48, contre 112 il y a un an, en raison de l'impact de la crise économique sur la demande.

"Bien qu'il soit encore trop tôt pour évaluer l'ampleur et la durée du ralentissement économique et son incidence potentielle sur nos deux secteurs d'activité (aéronautique et transport, ndlr), nous sommes confiants en notre avenir, ayant pris au cours des dernières années des mesures importantes pour renforcer nos activités et notre situation financière", a déclaré Pierre Beaudoin, le patron du groupe, cité dans le communiqué. Il souligne l'importance du carnet de commandes, l'absence de dette importante "arrivant à échéance avant l'exercice 2013" et une solide trésorerie.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :