EADS simplifie la gestion du programme du A400 M

 |   |  248  mots
Le groupe intègre la division Military Transport Aircraft à Airbus. Les divisions Espace et Défense Sécurité vont faire l'objet d'une coordination.

EADS a annoncé ce mardi une réorganisation de son fonctionnement. Moins ambitieuse qu'espérée initialement par le président du groupe Louis Gallois, elle va essentiellement consister à tenter de mettre fin aux dysfonctionnements qui pèsent sur la gestion du programme de l'avion de transport militaire A 400 M, qui tourne au cauchemar, avec un retard de plus d'un an et demi.

La direction a intention d'intégrer la division Avions de transport militaire (Military Transport Aircraft Division, ou MTAD), en charge du développement de l'A 400 M à Airbus, qui en plus des avions civils construit aussi des avions militaires (les ravitailleurs). MTAD deviendra le pôle militaire d'Airbus sous le nom d'Airbus Military. Il sera dirigé par Carlos Suarez, responsable actuellement de MTAD, qui rapportera directement au PDG d'Airbus, Tom Enders.

EADS a provisionné 341 millions d'euros dans ses comptes du troisième trimestre, après  1,4 milliard d'euros en 2007, et négocie avec les pays clients la diminution ou la suppression de pénalités de retard.

Cette fusion apportera également plus d'efficacité pour la fabrication d'avions de transport militaires, dérivés d'appareils civils, comme l'A 320 par exemple.

Ne présentant pas la même urgence, ni les mêmes synergies, les divisions Défense-sécurité et Espace (Astrium) ne vont pas fusionner mais faire l'objet d'une "coordination" sous la houlette de François Auque, PDG d'Astrium. Son homologue à la tête de la division Defense-Sécurité, Stefan Zoeller, restera membre du comité exécutif d'EADS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour,

Il est incompréhensible que des programmes aéronautiques prennent autant de retard A400 M, NH 90,B787 précedemment A380.

Cela crée des pertes importantes pour les équipementiers et des pertes d'emploi, pour mainteir les résultats demandés par l'actionnaire.
Il est plus que nécessaire à l'avenir de respecter les plannings, car c'est en final, le personnel qui paie ces dysfonctionnnements, alors que le marché est porteur.
Incompréhensible et inacceptable.

Cordialement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :