Northrop, l'allié d'EADS, renoncerait au contrat des ravitailleurs pour le Pentagone

 |   |  174  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Northrop pourrait renoncer à soumettre une offre pour le contrat d'avions ravitailleurs. Son partenaire EADS Airbus devra alors décider s'il en propose une tout seul.

EADS-Airbus risque de se retrouver tout seul dans la course à l'appel d'offre du Pentagone qui veut renouveler sa flotte de ravitailleurs. En effet, son partenaire américain Northrop Grumman devrait annoncer qu'il ne soumettra pas de proposition.

En février 2008, Northrop et EADS avaient remporté le contrat, évalué à 35 milliards de dollars, avec un modèle dérivé de l'Airbus A330. Mais cette décision avait été annulée suite à une plainte de Boeing.

En décembre, Northrop avait annoncé qu'il évaluait le dernier cahier des charges de l'US Air Force et qu'il n'avait pas encore décidé s'il soumettrait une offre ou pas. Il avait jugé que ce nouveau cahier des charges semblait favoriser Boeing.

EADS, qui souhaite développer ses activités dans la défense (pour ne pas dépendre que des ventes d'Airbus) et sa présence aux Etats-Unis, avait encouragé Northrop à tenter sa chance, selon l'agence Reuters.

Leur rival Boeing a récemment annoncé qu'il répondrait à cet appel d'offres et proposerait une version dérivée de son B767.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :