Boeing 787 : l'optimisme en trompe-l'oeil de Boeing

 |   |  333  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Malgré la suspension des vols du B787 et des livraisons, l'avionneur ne prévoit pas d'impact financier en 2013. Un analyste confirme qu'il n'y aura pas d'impact sur le compte de résultat. En revanche, il y en aura un important sur le cash.

Comme si la suspension des vols de tous les B787 en activité décidée par l'autorité de l'aviation civile américaine (FAA) le 16 janvier ni même celle des livraisons décidée par la direction la semaine dernière ne comptaient pas pour le géant aéronautique américain. Pour 2013, Boeing ne prévoit "pas d'impact financier significatif" lié à la directive de la FAA, a indiqué ce mercredi Boeing dans son communiqué présentant les résultats financiers du quatrième trimestre 2012 et de l'ensemble de l'exercice fiscal. Le groupe table sur un chiffre d'affaires annuel compris entre 82 et 85 milliards de dollars (contre 81,7 milliards en 2012), dont entre 51 et 53 milliards pour l'activité commerciale (49 milliards en 2012) grâce à 635 à 645 livraisons d'avions qui "incluent plus de 60 livraisons de B787". Le tout pour une marge opérationnelle aux alentours de 9,5 %.

Impact sur le cash

Surprenant ? Pas pour un analyste interrogé par "La Tribune" qui préfère garder l'anonymat : "il y aura effectivement peu ou pas d'impact sur le compte de résultat car Boeing n'avait pas prévu de marges sur les premiers appareils. En revanche, il y aura un impact sur le cash". Il table sur un impact de 500 millions d'euros par mois pour financer les pénalités aux compagnies, qui ont déjà reçu l'avion. Cette estimation n'inclut pas le coût des pénalités pour les compagnies qui n'ont pas encore reçu l'avion et verraient ainsi les livraisons décalées. Ni les coûts de stockage, Boeing ayant pour l'heure maintenu la production. (lire ici le scénario catastrophe qui ferait perdre des milliards de dollars à Boeing)

Résoudre le problème des batteries en 2013

Chez Boeing,  le problèmes des batteries du B787 est la priorité.  "En premier lieu en 2013, nous devons résoudre le problème des batteries du 787 et permettre à nos clients de remettre en service ces appareils en toute sécurité", a déclaré ledirecteur général du groupe, Jim McNerney.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2013 à 8:12 :
Raisonnement puissant ! Et si on met le court circuit hors circuit, qu'est ce qui se passe ?
a écrit le 30/01/2013 à 19:10 :
Tout va très bien Madame la Marquise...
On connaît la suite...Pourtant il faut que je vous dise...
Réponse de le 30/01/2013 à 23:36 :
A mon avis, il se peut que le circuit entre en court-circuit à un certain moment, donc problème de conception du circuit, problème de Thalès.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :