Boeing 787 : ANA avait déjà changé 10 batteries avant les incidents de janvier

 |   |  461  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Via Bloomberg)
All Nippon Airways a annoncé mercredi qu'elle avait remplacé dix batteries lithium-ion trop faibles sur ses Boeing 787 Dreamliner dans les mois ayant précédé l'atterrissage forcé d'un de ses appareils lié à un problème de batterie.

Les incidents électriques, qui ont provoqué des dégâts sur la batterie lithium-ion de deux B787 en janvier  -le premier sur un appareil de JAL à Boston le 7 janvier, l'autre le 16 janvier sur un avion d?All Nippon Airways (ANA)-, n?étaient pas les premiers. ANA a indiqué ce mercredi qu'elle avait remplacé dix batteries lithium-ion trop faibles sur ses Boeing 787 dans les mois ayant précédé l'atterrissage forcé d'un de ses appareils le 16 janvier.

Incidents sur 5 batteries
La compagnie explique qu'elle n'a pas informé les autorités américaines à l'époque, parce que ces incidents, qui concernent cinq batteries qui affichaient des charges inhabituellement basses, ne mettaient pas en danger la sécurité de l'avion. ANA, qui exploite aujourd?hui 17 des 50 exemplaires déjà livrés par Boeing, a toutefois informé Boeing de ces anomalies, apparues en mai, et a renvoyé les batteries à leur constructeur, la société GS Yuasa Corp. Un porte-parole de cette société n'a pas voulu faire de commentaire. Un porte-parole de Boeing a indiqué ne pas pouvoir s'exprimer sur le sujet parce que le Bureau national de sécurité des transports (NTSB) américain a fait savoir que ce point fait partie de l'enquête.

Pour autant les enquêteurs n'ont rien trouvé sur les batteries. Selon les autorités japonaises et américaines, ce n'est pas une surcharge qui a carbonisé la batterie du vol d'ANA.

SpaceX propose son aide
Par ailleurs, le constructeur de voitures électriques américain Tesla Motors et la société astronautique américaine SpaceX ont proposé par l'entremise de leur président Elon Musk d'aider Boeing à surmonter les problèmes des batteries de ses avions 787, a-t-on appris mardi.
"Elon a proposé d'aider Boeing", ont indiqué à l'AFP dans deux messages électroniques séparés Emily Shanklin, directrice du marketing et de la communication de SpaceX, et Shanna Hendriks, porte-parole de Tesla Motors.

Boeing discute avec des experts
Interrogé par l'AFP, un porte-parole de Boeing, Marc Birtel, a indiqué que sa société "était en lien avec un certain nombre d'experts, tant à l'intérieur de l'entreprise qu'à l'extérieur, pour résoudre le problème et permettre au 787 de retrouver son autorisation de vol".
"Néanmoins", a-t-il ajouté, "nous ne dévoilerons pas publiquement leurs noms". SpaceX, qui développe des lanceurs et le cargo spatial SpaceX Dragon, est la première société à capitaux privés à être parvenue à ramener sur Terre une capsule lancée dans l'espace et à envoyer avec succès un module de ravitaillement vers la Station spatiale internationale. Tesla s'est fait connaître avec une voiture de sport électrique, la Roadster, vendue plus de 100.000 dollars. Le groupe commercialise depuis six mois une berline haut de gamme, la "Model S", dont les prix débutent à 49.900 dollars.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2013 à 11:24 :
L'autre solution est de placer ces batteries dans un boitier étanche et suffisamment solide pour resister à un incendie. C'est ce que fait Cessna.
a écrit le 30/01/2013 à 18:14 :
http://www.flightglobal.com/news/articles/elon-musk-boeing-787-battery-fundamentally-unsafe-381627/

Il se peut que les investigations en cours sur le problème des batteries du Boeing 787, n?aboutissent à aucun résultat concret mettant en évidence une défaillance d?un des systèmes électrique concernés.
Les premières investigations menées sur les batteries et leur processus de fabrication chez leur constructeur GS n?ont permis aucune avancée sur la compréhension du problème.
Les investigations se tournent maintenant vers les équipements et logiciels de control de ces batteries et les systèmes électriques que ces batteries asservissent.
Il est a craindre qu?une inspection détaillé de tous ces systèmes et équipements n?aboutisse à aucune conclusion et c?est bien la le pire scénario.
Aucun organisme de certification ne donnera son accord pour remettre en vol le Boeing 787 sans qu?aucune action corrective crédible n?ai été entreprise.
La question est donc de savoir quelle peuvent être ces actions.
Des pistes s?ouvrent si l?on s?intéresse aux témoignages apportés par des industriels ayant une expérience significative de la conception de ces batteries et de leur mise en ?uvre dans un système complexe qui dépasse la taille d?un téléphone ou d?un ordinateur portable, équipements sur lesquels les batteries Lithium Ion ont causées de nombreux problèmes. Je vous invite à suivre le lien ci dessus et à lire cet article publié dans le magazine Flight Global. Les ingénieurs de Tesla ont une expérience significative de l?utilisation de ce type batteries pour les voitures qu?ils développent et qu?il produisent, batteries qu?ils qualifient d?instables, cette instabilité quand elle se manifeste engendre un emballement thermique.
L?instabilité de ces batteries peut être maitrisée ou minorées si la batteries est divisée en un nombre significatif de cellules (sous ensemble), plus la masse d?une cellule est importante plus le risque l?instabilité augmente. Mais ce n?est pas tout, ces cellules doivent être suffisamment isolées les unes des autres, afin que l?emballement d?une cellule ne se propage pas à ses voisines.
Vous avez compris que l?instabilité de ces batteries se gère en ayant un nombre de cellule approprié et une quantité adapté de matériaux isolants entre ces cellules; est ce le cas sur les batteries du Boeing 787 ?
Si tel n?est pas le cas la correction de ce problème imposerai de repenser l?architecture de ces batteries et aurai pour conséquence d?en augmenter le poids et le volume, ce qui minorerai les gains attendus par la technologie des batteries lithium Ion pour l?aéronautique civile, voir en remettrai en cause la pertinence par rapport aux anciennes technologies dont la sécurité est éprouvée, en résumé, le jeu en vaut il encore la chandelle ?
Concevoir de nouvelles batteries sur la technologie Lithium Ion n?est pas une mince affaire et ne se traitera pas en l?espace de quelques semaines.
Il est aussi probable que de nouvelles batteries requièrent un aménagement différent, logerons t?elles dans le compartiment des batteries actuelles, y aura-t-il un impact sur les circuits qu?elles asservissent.
Face à ces déconvenues, il semble que les constructeurs comme les autorités de régulations n?ont pas mesurés avec acquitté la signification du choix de ce type de batterie en terme de conception et de certification. Ne les blâmons pas toute avancée est accompagnée de son lot d?incertitudes et de difficultés.
Il reste une question à résoudre, les autorités de régulation peuvent elles accepter qu?un appareil civil intègre des équipements utilisant des matériaux instables, sans avoir la totale certitude de contenir cette instabilité en toute circonstance, sachant qu?une défaillance implique un risque d?incendie. Ce risque est peut être acceptable pour téléphone portable ou une automobile, mais l?est il pour un avion civil?
Je n?ai pas la prétention d?apporter une réponse a ce problème complexe, mais de tous les articles que j?ai lu sur les batteries lithium ion depuis l?arrêt des vols du 787, celui-ci est le seul qui apporte une explication crédible.
a écrit le 30/01/2013 à 16:32 :
Et le parebrise fissuré, ça devient quoi ?
a écrit le 30/01/2013 à 15:41 :
A savoir si A.N.A a le droit de modifier un avion sans le consentement du constructeur ou de son aval...pas très claire cette permutation de batteries en catimini . Ya t'il d' autres soucis qu' on ne nous aurait pas dit ?
Réponse de le 30/01/2013 à 21:39 :
La permutation de pieces est un fait quotidien dans le domaine" operations". Tant que la piéce originale est utilisée et que les normes sont respectées, no problem. All Nippon a signalé le coté répétitif a Boeing et c est ce qu il fallait faire.
a écrit le 30/01/2013 à 14:07 :
Renault avec le retour d'expérience de la Zoé, pourrait lui aussi, aider Boeing !
Réponse de le 30/01/2013 à 14:49 :
C'est pas idiot, Ghosn. Et ... ça vole, une Zoé..??
Réponse de le 30/01/2013 à 15:06 :
Autant qu'une Tesla...
Réponse de le 30/01/2013 à 15:12 :
Et oui yvan, ça vole une zoé...,ça vole le client ! ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :