L'avion ravitailleur d'Airbus va atterrir à Singapour

 |  | 680 mots
Lecture 3 min.
airbus
airbus
Airbus Group espère annoncer lors du salon aéronautique de Singapour (11-16 février) une commande de six avions ravitailleurs MRTT (Multi Role Tanker Transport) pour l'armée de l'air singapourienne, estimée à un milliard d'euros.

Airbus Group espère annoncer lors du salon aéronautique de Singapour (11-16 février) une commande de six avions ravitailleurs MRTT (Multi Role Tanker Transport) pour l'armée de l'air singapourienne, estimée à un milliard d'euros, a-t-on appris vendredi de source industrielle. Selon nos informations, cette commande aurait été annoncée aux autorités françaises par le Premier ministre singapourien, Lee Hsien Loong, lors de son passage à Paris fin octobre.

Lee Hsien loong avait alors rencontré le 28 octobre François Hollande, qui avait alors évoqué l'appel d'offres en cours portant sur la vente de deux sous-marins Scorpène fabriqués par DCNS. Une campagne perdue depuis par le groupe naval au profit de son concurrent allemand ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS).

Six MRTT pour Singapour

"Nous espérons bientôt confirmer une jolie commande de MRTT (multirole tanker transport) dans la région Asie Pacifique", a déclaré le directeur de l'activité avions militaires au sein de la division Airbus Defence and Space, Domingo Urena-Raso, appelé prochainement à remplacer le patron d'Airbus Defence & Space, Bernhard Gerwert. En revanche, iIl s'est refusé à dévoiler le nom du client. Mais de source industrielle, on précise qu'il s'agit d'une commande de six MRTT à Singapour.

Le contrat est estimé à un milliard d'euros. Le long-courrier A330-200, qui a servi de base au MRTT, un avion de ravitaillement et de transport transformé , est affiché à 220 millions de dollars (163 millions d'euros) au catalogue d'Airbus. Sur ce milliard, environ un tiers seulement sera comptabilisé dans les exportations françaises. D'après l'hebdomadaire "Air et Cosmos", Singapour a déjà passé la commande.

Seulement deux échecs à l'exportation

L'A330 MRTT, qui peut ravitailler en vol deux avions simultanément, est capable d'emporter à la fois plus de cent tonnes de carburant, 37 tonnes de matériel et jusqu'à 270 passagers. Il a jusqu'à présent été commandé à 28 exemplaires par quatre clients : l'Australie (5 en 2004), la Grande-Bretagne (14 en 2004), l'Arabie saoudite (6 en 2007 puis 2009) et les Emirats Arabes Unis (3 en 2008). En outre, l'Inde avait sélectionné en janvier 2013 Airbus pour lui fournir six avions ravitailleurs A330 MRTT.

Enfin, la France doit passer de façon imminente une première commande de deux appareils à Airbus Military, selon "Le Journal de l'Aviation". La France a prévu de commander au total 12 MRTT, selon le Livre Blanc de la défense et de la sécurité nationale en vue de renouveler sa flotte d'avions ravitailleurs, dont certains exemplaires (Boeing) approchent les 50 ans d'âge. Enfin,

L'A330 MRTT a rendu les armes seulement deux fois dans les compétitions auquel il a participé. Aux Etats-Unis en 2011 après un combat de titan face à Boeing pour le contrat du siècle qui représentait 179 avions ravitailleurs pour une valeur totale de 35 milliards de dollars. Plus récemment au Brésil, Airbus a dû affronter un concurrent israélien, qui proposait la modernisation de KC-767 de Boeing à des prix extrêmement bas. 

Un contrat export A400M en 2014 ?

Le constructeur européen vise une nouvelle commande à l'exportation cette année pour l'avion de transport européen A400M, entré en service en 2013, même s'il reconnaît que l'objectif est ambitieux. Pour l'A400M, "l'objectif est de décrocher un contrat cette année, même si ça va être très difficile", a précisé Domingo Urena-Raso, lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (Ajpae) à Séville.

Depuis que l'armée de l'air française a pris livraison de cet appareil l'été dernier, neuf pays ont déposé des demandes d'informations sur l'avion et ses capacités, a indiqué le patron du programme A400M, Cédric Gautier. Deux demandes "de clients potentiels importants" ont été déposées en janvier, après que la France a fait voler l'appareil vers la Centrafrique et le Mali, sans attendre le délai habituel d'un an pour qualifier un nouvel avion, selon Domingo Urena-Raso.

Airbus Defense and Space doit livrer cette année douze A400M, à la Turquie, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, après avoir livré les deux premiers à la France en 2013.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2014 à 20:34 :
Je ne suis vraiment pas certain que les capacités d'emport de la bestiole soit justes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :