Airbus touché par les difficultés de Rolls Royce sur l'A330neo

 |   |  599  mots
Airbus est également confronté par les demandes de certaines compagnies de ne pas prendre livraison de leur A330neo aussi rapidement que prévu.
Airbus est également confronté par les demandes de certaines compagnies de ne pas prendre livraison de leur A330neo aussi rapidement que prévu. (Crédits : DR)
En raison des difficultés du motoriste Rolls Royce, le programme A330neo prend du retard. Prévue initialement fin 2017, puis mi-2018, la première livraison se fait toujours attendre.

Airbus n'en a pas fini avec les motoristes. Alors qu'il commence enfin à voir la sortie du tunnel avec les motoristes de l'A320neo qui ont repris un rythme de livraisons soutenu, l'avionneur est également touché par des problèmes rencontrés par Rolls Royce pour livrer dans les temps les moteurs Trent 7000 de l'A330neo, la version remotorisée de l'A330, composée de l'A330-800 de 250 sièges environ, et l'A350-900 de 300 sièges. Les livraisons de moteurs ont pris du retard, décalant de facto le calendrier de livraisons. L'appareil, qui a reçu la certification de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) le 26 septembre, n'a pas encore reçu celle de son homologue américaine, la FFA (Federal Aviation Administration), alors qu'elle était censée suivre rapidement.

Pour le motoriste, ces ennuis s'ajoutent à ceux rencontrés sur le Trent 1000 qui équipent les B787.

TAP Portugal compte assurer des vols commerciaux en A330neo

Prévue fin 2017 lors du lancement du programme en juillet 2014, la livraison du premier exemplaire à la compagnie TAP Portugal était encore prévue en juin-juillet en début d'année. Aujourd'hui, Airbus la prévoit « dans quelques semaines », laissant le soin au client de communiquer. Pas plus tard que vendredi 12 octobre, cité sous couvert d'anonymat par Aviation International News, un dirigeant de la compagnie portugaise espérait faire voler l'avion en décembre.

"Nous continuons de livrer des moteurs et nous travaillons en étroite collaboration avec Airbus et nos clients sur les détails du calendrier de livraison. Nous attendons avec impatience la mise en service prochaine de l'A330neo avec TAP Portugal", a déclaré Rolls Royce.

Des clients moins pressés d'avoir leurs avions

Par ailleurs, Airbus est également confronté par les demandes de certaines compagnies de ne pas prendre livraison de leur A330neo aussi rapidement que prévu, ce qui oblige l'avionneur à modifier sa programmation client. Au final, Airbus ne devrait pas atteindre son objectif de livraisons d'A330neo. Si ce dernier n'avait pas été communiqué, les experts tablaient sur une fourchette de 10 à 15 appareils. Aujourd'hui, chez Airbus, on se contente de parler de « plusieurs » exemplaires.

Problème de customisation sur des A321 assemblés à Hambourg

Ces problèmes s'ajoutent donc à ceux observés récemment sur les A321 ACF et LR assemblés sur le site de Hambourg. Comme La Tribune le dévoilait vendredi dernier, l'avionneur européen rencontre un problème de « gestion de configuration » sur les A321 ACF (Airbus Cabin Flex, la version haute densité de cet avion, qui peut transporter jusqu'à 240 passagers), et sur l'A321 LR (une version long-courrier), assemblés à Hambourg (Allemagne).

La réalisation des objectifs menacée

Ce problème retarde les livraisons et renforce les doutes sur la capacité d'Airbus de réaliser l'objectif de 800 livraisons d'avions en 2018 (en interne, le chiffre retenu est même 808). A fin septembre, Airbus n'avait en effet livré que 495 appareils (hors les 8 C-Series de Bombardier, rebaptisés A220 avec la mainmise d'Airbus sur le programme en juillet). Il reste donc à livrer au dernier trimestre plus de 305 appareils pour atteindre l'objectif, soit une centaine en moyenne par mois au cours des trois prochains mois. Dit autrement, Airbus devra sortir 3,4 avions par jour pendant trois mois.

L'avionneur met les bouchées doubles. Si Airbus est parvenu à réaliser des exploits au cours des deux dernières années, la marche est plus compliquée cette année. Certains analystes s'attendent à une révision à la baisse de l'objectif de livraison fin octobre à l'occasion de la publication des résultats du troisième trimestre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2018 à 19:43 :
Je suppose que Airbus a fait signer à Rolls-Royce des clauses d'indemnités en cas de retard de livraison des moteurs, ... non ?
a écrit le 17/10/2018 à 17:28 :
" les yeux plus gros que le ventre " n'est pas destiné qu'aux jeunes enfants !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :