B737 MAX-10 et "MOM", Boeing peut-il faire les deux ?

Pour contrer le succès de l'A321neo, Boeing réfléchit à non seulement lancer le B737 MAX-10, une version allongée du B737, et un "MOM", un avion censé succéder au B757. Les deux avions ne vont-ils pas se marcher sur les pieds? Analyse.
Fabrice Gliszczynski
(Crédits : © Robert Sorbo / Reuters)

Boeing peut-il lancer les deux ? L'avionneur américain peut-il à la fois lancer une version allongée de la famille d'avions moyen-courriers B737, le B737-MAX10, pour concurrencer l'A321neo (et LR), puis lancer quelques années après un avion nouveau, le fameux "Middle of the Market" (MOM), un appareil censé succéder au B757 dont la production est arrêtée pour concurrencer lui aussi..., l'A321neo ?

"Un besoin urgent de riposter à l'A321neo"

Ces deux projets ne vont-ils pas se marcher sur les pieds sur le marché du 200-250 sièges, le cœur de marché du MOM (qui va  jusqu'à 300 sièges), celui sur lequel était positionné le B757-200 (et sur lequel règne en maître aujourd'hui l'A321neo ?

« Il y a effectivement un risque », explique un expert du secteur, même si la réponse est difficile, dans la mesure où les caractéristiques du MOM du constructeur américain ne sont pas encore arrêtées.

Les deux équations à résoudre à Boeing

« Boeing a un besoin urgent de contrer l'A321 qui détient aujourd'hui 70% du marché du 200-250 sièges. Si Boeing lance le B737 MAX-10, il comblera une partie de cet écart. Mais, le marché du MOM sera de fait plus petit. Sera-t-il suffisant pour justifier le lancement d'un nouveau programme ? », s'interroge, sceptique, un industriel. Pour lui, l'équation est d'autant plus compliquée pour Boeing que "ce nouvel avion devra être commercialisé à un prix permettant de gagner de l'argent alors qu'il ne devra pas être plus élevé que celui de l'A321 déjà amorti ».

C'est pour cette raison notamment que, selon certaines sources, le constructeur américain ne lancera pas le MOM sans avoir défini un process de production beaucoup moins onéreux.

Calendrier des annonces

Le calendrier des annonces sera à surveiller de près. Boeing pourrait en effet annoncer le lancement du B737 MAX-10 d'ici à la fin de l'année pour une mise en service vers 2020-2021. Soit 3 ou 4 avant la mise en service du MOM, prévu vers 2024 selon le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg.

« Auquel cas, il est peu probable que Boeing annonce le lancement du MOM en 2017, mais plutôt en 2018. En revanche, si le B737 MAX-10 n'est pas lancé cette année, le MOM pourrait l'être l'an prochain », estime la même source.

Pour un analyste, lancer un B737 MAX-10 n'a aucun sens.

« La messe est dite. L'A321 a gagné. À quoi bon lancer une nouvelle version du 737 qui n'arriverait sur le marché que dans 3 ou 4 ans et qui pourrait soit tuer dans l'œuf le lancement du MOM, soit lui retirer une partie du marché potentiel ? » s'interroge-t-il. "D'autant que l'A321neo, en plus des nouvelles commandes qu'il enregistrera encore, risque aussi de bénéficier des conversions de commandes d'A319 ou A320", précise-t-il.

Les deux avions peuvent cohabiter

En attendant, l'hypothèse fort probable du lancement des deux appareils ne résout pas les interrogations sur une cannibalisation partielle. Néanmoins, pour certains, celle-ci peut être évitée.

« Les deux appareils se feront concurrence si le MOM apporte uniquement une réponse à l'A321 en termes capacitaire. Si, en revanche, le MOM apporte également un rayon d'action plus important pouvant couvrir les besoins compris entre 3.500 miles nautiques (6.482 km) et 6.000 miles nautiques (11.100 km), il pourra cohabiter avec le B737 MAX-10, dont le rayon d'action devrait se situer autour de 3.500 miles nautiques », assure un très bon expert du secteur.

Avec 6.000 miles nautiques de rayon d'action, un tel avion concurrencerait non seulement l'A321neo et l'A321 LR (la version long-courrier du 321, capable de voler 4.000 nautiques (7408 km) et de rejoindre la côte Est américaine depuis l'Europe), mais pourrait également capter aussi une partie du marché occupé par le B767, un avion d'ancienne génération, ou le B787-8, dont certains s'interrogent sur son avenir.

Même si le débat ne semble pas encore tranché, le PDG de Boeing a néanmoins donné un indice. Lors d'une interview aux Échos en juillet, il a évoqué un rayon d'action supérieur à celui du 757 (4.000 miles nautiques, soit 7.408 km).

Lire ici : L'A321neo, l'avion qui agace Boeing

Fabrice Gliszczynski

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 13/10/2016 à 18:50
Signaler
Il y a 9 ans déjà j'avais remarqué ce trou sur le marché des avions de 200-300 sièges, occupé par un 767 vieillissant. J'avais alors imaginé un avion entièrement nouveau des la taille d'un 767 mais avec l'avancée technologique des famille 787/A350, u...

à écrit le 13/10/2016 à 13:11
Signaler
La question est, pour quel marché ? Le 757 est arrêté il y a des raisons... Si un appareil du type A321 fait le boulot alors il est logique d'adapter le 737... le positionnement du MOM dans la gamme boeing ? La solution serait que Boeing rem...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.