Budget défense 2017 : les industriels soumis à une diète sévère

 |   |  910  mots
Emmanuel Macron met les industriels de l'armement à la diète
Emmanuel Macron met les industriels de l'armement à la diète (Crédits : GONZALO FUENTES)
Le décret d'annulation de 850 millions d'euros de crédits budgétaires sur le programme 146 (Equipement) a été publié au Journal officiel.

Le gouvernement a publié vendredi matin deux décrets, l'un portant sur des annulations de crédits budgétaires, l'autre sur des ouvertures de crédits. Comme l'avait révélé La Tribune la semaine dernière, les industriels seront mis à la diète en 2017. Ainsi, le ministère des Comptes publics a abondé le programme 178 de la mission défense (Préparation et emploi des forces) à hauteur de 643,2 millions d'euros au total. Dans le même temps, un autre décret a annulé 850 millions d'euros de crédits de paiement sur le programme 146 (Équipement des forces). Ils étaient déjà gelés.

"L'exécution prévisionnelle des dépenses des opérations extérieures et intérieures de défense excéderont la provision de 450 millions d'euros inscrite en loi de finances initiale, comme l'a relevé la Cour des comptes dans un audit de la situation des finances publiques réalisé à la demande du Premier ministre. Ce surcroît de dépense s'explique par l'activité des forces armées au-delà de leurs contrats opérationnels. Compte tenu des modalités d'exécution de ces dépenses, la mise à disposition des crédits ne peut attendre la loi de finances rectificative de fin de gestion. L'interruption des paiements d'ici là porterait atteint à la continuité des opérations sur les théâtres d'opération à l'étranger et sur le territoire national, ce qui justifie leur ouverture urgente".

Ce qui est "faux", a affirmé ce vendredi le député Républicain François Cornut-Gentille.  , "Le montant de 450 millions d'euros n'a pas été fixé en fonction du contrat opérationnel mais lors de l'adoption de loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019", a-t-il expliqué.

Et de rappeler ses propos lors de l'examen en commission des finances de la LPM, le 12 novembre 2013 : "le ministre a présenté une budgétisation prudente des OPEX comme une bonne nouvelle pour le ministère de la Défense, du fait du refinancement de ces opérations à partir des crédits gelés dans les autres ministères, mais cette  procédure, présentée comme un usage, n'est pas définitivement acquise pour Bercy et un risque pèse donc chaque année sur les OPEX, en fonction de la situation des finances publiques. L'argument selon lequel la solidarité paie les OPEX fragilise, en réalité, la loi de programmation militaire".

Par ailleurs, il a estimé que ces annulations de crédits budgétaires sont "en contradiction avec l'article 4 de la LPM toujours en vigueur : la dotation annuelle au titre des opérations extérieures est fixée à 450 millions d'euros. En gestion, les surcoûts nets, hors titre 5 et nets des remboursements des organisations internationales, non couverts par cette dotation qui viendraient à être constatés sur le périmètre des opérations extérieures font l'objet d'un financement interministériel".

Plus de 40 millions supplémentaires annulés

En outre, plus de 40 millions d'euros de crédits de paiement supplémentaires ont été annulés au sein du ministère des Armées. Soit au total près de 900 millions d'euros perdus par Florence Parly. Mais entre 643 millions d'euros de crédits de paiement ouverts et 891,8 millions d'euros d'annulations, il y a une différence de 248,6 millions. Où va ce delta? Toutes ces coupes ont fait littéralement exploser de colère le chef d'état-major des armées et ont conduit à sa démission.

"Je considère ne plus être en mesure d'assurer la pérennité du modèle d'armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd'hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays", a-t-il écrit dans un communiqué transmis à Reuters. "Par conséquent, j'ai pris mes responsabilités en présentant, ce jour, ma démission au Président de la République, qui l'a acceptée", a-t-il fait valoir.

Parmi les 40 millions d'euros de crédits de paiement du ministère des Armées annulés, 25 millions portent sur le programme 169 (Reconnaissance et réparation en faveur du monde combattant), 15,6 millions sur le programme 191 (Recherche duale) qui devaient abonder les budgets du CNES et du CEA, et, enfin, 1,2 million sur le programme 167 (Liens entre la Nation et son armée), pourtant cher à Emmanuel Macron... La publication de ce décret est l'épilogue d'une crise majeure entre le président et les militaires, qui laissera des traces très longtemps. D'autant que les propos inélégants du porte-parole du gouvernement Christophe Castaner à propos du général de Villiers seront appréciés à leur juste mesure par les militaires.

"Le chef d'état-major a été déloyal dans sa communication, il a mis en scène sa démission", a affirmé Christophe Castaner dans les colonnes du Figaro. "Son départ n'a rien à voir avec son audition par la commission de la Défense, le 12 juillet, même si Pierre de Villiers aurait pu s'imaginer que ses propos allaient fuiter, à moins de manquer d'expérience", a-t-il poursuivi à propos de cette audition organisée à huis clos. "C'est son comportement qui a été inacceptable. On n'a jamais vu un Cema (chef d'état-major des armées, ndlr) s'exprimer via un blog, ou faire du off avec des journalistes ou interpeller les candidats pendant la présidentielle, comme cela a été le cas. Il s'est comporté en poète revendicatif. On aurait aimé entendre sa vision stratégique et capacitaire plus que ses commentaires budgétaires".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2017 à 14:26 :
Deux ans d'austérité, et il met le feu au pays... But recherché..??
a écrit le 23/07/2017 à 18:42 :
Les français ont quelques 2200 milliards d'euros de dettes et certains se plaignent quand on demande des efforts aussi à des industriels de l'armement qui sont souvent très aidés comme Dassault etc. C'est vraiment critiquer sans réfléchir à l'équité des mesures de ce nouveau gouvernement.
a écrit le 23/07/2017 à 13:45 :
On finira par acheter le matériel à nos amis Allemands, s'ils développent leur industrie. Les fusils, munitions, c'est pas le cas ? L'avion franco-allemand, il sera fabriqué par l'Allemagne, répartition des tâches (on fournira le savoir faire technique, la matière grise).
a écrit le 23/07/2017 à 8:07 :
j'aimerai savoir comment va se répartir dans le détail les 850 M€ :
Poste concerné, répartition entre les fournisseurs concerné français et étrangers
A partir de ces données je demande aux journalistes d'étudier l'impact sur l'emploi en france et à l'étranger (pour les fournisseurs étrangers) et d'en tirer éventuellement des incohérences entre les annonces de MACRON et de son gouvernement au regard de leur volonté de développer l'industrie française et donc l'emploi en france
a écrit le 22/07/2017 à 19:49 :
Difficile de tout vouloir et son contraire , la réduction du déficit budgétaire est un objectif et tous les ministères et institutions ( diminution du nombre de sénateurs) seront concernés .
A l'opposée les groupes de pression devront adapter leur logiciel qui consiste jusqu'à aujourd'hui à toujours réclamer plus sans jamais rien donner en contrepartie alors qu'avec de l'imagination il sera toujours possible de faire mieux .....mais pour cela il faut le vouloir plutôt que de se complaire dans la facilité !!!
a écrit le 22/07/2017 à 16:27 :
Je cite Mr Castener "On aurait aimé entendre sa vision stratégique et capacitaire plus que ses commentaires budgétaires" on voudrait aussi entendre "la vision stratégique et capacitaire", surtout à moyen et long terme du sieur Macron. On aurait voulu aussi entendre ce que pense la Ministre des "Armées" (la défense n'existant plus). Mr Castener n'est de toute façon que le cireur de pompe de Macron. Issu des mêmes couvées de prétentieux socialistes. Il est dans la même lignée que le feu Léon Blum, comme d'autres socialos et communistes (comme Thorez), qui disait "Du moment qu’on démolit l’armée, j’en suis." Rien ne change chez ces freluquets. On a vu le résultat.
Réponse de le 22/07/2017 à 19:30 :
" Parler de vision stratégique et capacitaire " tonne Jupiter : Le Président En Meme Tempisme,, quand on se fait baiser de 1981 à 2025, en budget, on ne parle plus de celà VAINEMENT, mais on parle de faillite, et de mise en danger des armées liquidées. Le Général De Villiers ne dit que ce qui est et sera, jusque 2025 et au delà. Armées devenues VULNERABLES ET EN DANGER de mort.
Réponse de le 23/07/2017 à 18:20 :
@JCML: tu voulais sans doute dire "la ministre désarmée". Et pour rester dans le ton de la poésie de Castaner, Macron aurait peut être dû choisir un descendant de Mallarmé pour ce poste :-)
a écrit le 22/07/2017 à 15:41 :
Il faudrait un jour prévoir les coûts des OPEX vu le contexte de l'époque et le budgéter. Si en fin d'année tout n'a pas été dépensé (...), ça sert à désendetter le pays (vu que les dépenses se font année par année, le 31 décembre, les commandes sont closes, on passe au budget (réduit :-) ) de l'année suivante). L'argent, nerf de la guerre, devient rare. A force de compresser les dépenses (par les crédits rabotés), le matériel devient vétuste, ça fait un peu comme la SNCF, le travail devient immense pour rattraper des dizaines d'années de "rien" (peu coûteuses).
La dissuasion nucléaire, l'ensemble, nous coûte combien par an, quel % du budget total des armées ? Aucune piste de ce côté là ? Pas touche, c'est optimisé (taupe sicrète) au maximum ?
a écrit le 22/07/2017 à 15:37 :
plus d'argent pour les industriels de la défense et pour nos militaires mais environ 15 milliards pour les jeux olympiques à la gloire de nos élus et le portefeuille de quelques affairistes ; questions de priorité politique , le citoyen de base est trop c.... pour comprendre il paiera c'est tout !
a écrit le 22/07/2017 à 12:09 :
Oubliez ce tohu bohu médiatique et regardez la réalité en face : on a un gouvernement qui ne se laisse pas embêter par les groupes de pression divers, externes et internes.
Bref : on a un gouvernement bien décidé à se faire obéir. Et à gouverner.
On a pas été habitué à ça, c'est vrai.
a écrit le 22/07/2017 à 11:32 :
LA FRANCE N A PAS A DEVENIR LE GENDARME DU MONDE ? CERTAIN CONFLIES A L ETRANGER NE NOUS REGARDE PAS SI ON VEUT ETRE DANS LES CLOUS DES TROIS POURCENT? LE CHOIX DE MACRON ET DE REDEVENIR VERTUEUX C EST SONT CHOIX IL A ETE ELU POUR REDRESSEZ LES COMPTES DE LA FRANCE DONT LA DETTE CONTINUE DE MONTE VERS LES 100% DU P I B SOIT 2300EUROS DE DETTE PARS PERSONNE???
Réponse de le 22/07/2017 à 13:22 :
L'orthographe, VERITE, l'orthographe ......
a écrit le 22/07/2017 à 8:42 :
Un peu de pédagogie la dette de la France est à la limite du soutenable? Si les taux d intérêts montent elle sera insoutenable. Le Président n a pas le choix, il doit rassurer ces partenaires européens et les créanciers. Pour l armée c est dommage mais les budgets vont progresser en 2018.
En 1978 on faisait les décharges pour faire des chiffons pour nettoyer les canons des fusils avec l arrivée du famas on a recu des chiffons calibrés, en 79 on roulait avec des dodges 6X6 ou 4X4 datant de 45. On a recu en 80 les VLRA (véhicule léger de reconnaissance et d appui) dans lequel le président ce ballade sur les champs elysé.
En 89 le budget vie courante du régiment était à découvert à la banque pour payer le chauffage et le budget activité des forces faisait tourné les moteur des char pour conservé sa dotation en diesel.
a écrit le 21/07/2017 à 21:44 :
Evidemment, le grand écart macronien des promesses no tenues ne peut pas plaire à tout le monde même pour contenter Frau Merkel, ça ne passera pas comme une lettre à la poste.
Ceux qui réfléchissent évoquent depuis un petit moment le hold up de Macron sur l' élection via l' appareil médiatique complaisamment aux ordres mais là notre héros vient de pousser le bouchon un poil plus loin ..

La presse dérange on l' écarte, le général dérange dans ses prises de positions, on l' écarte ; l' avènement Macron est décidément une affaire qui ne sent pas très bon.
Réponse de le 22/07/2017 à 13:17 :
Mais vous aviez ete averti avant. En effet votre Pt avait redige un opuscule (a compte d"auteur, je crois ?) le titre : Macron par Macron. Edifiant. Il dessinait ses projets sur les modeles du passe tels que le napo. de Gaulle, le roi louis le seizieme, etc...Vous avez affaire a un dangereux autocrate, mefi comme on dit a Nice.
a écrit le 21/07/2017 à 21:41 :
Tous les candidats sauf Asselineau promettaient de « renégocier les traités européens », ce qui est impossible compte tenu du fait que l’Union européenne est un attelage baroque entre 28 États-membres dont les intérêts, constamment divergents, sont impossibles à satisfaire en même temps.

Il en résulte que l' heureux ..élu n’ a pas d’autre choix que d’appliquer les potions amères dictées par la Commission européenne et la Banque centrale européenne, ce qui se répercutera inévitablement, tôt ou tard, sur le budget, déjà anémié, de la défense
et du ..reste, du reste..
Réponse de le 22/07/2017 à 10:26 :
Non, moi qui suis un vieux souverainiste (j'ai voté non au referendum sur le traité de Maastricht), je considère que notre niveau de dette nous oblige (dans notre intérêt) à réduire drastiquement notre déficit. Après il ne faut pas sans arrêt demander plus de moyens ici ou là et dire en même temps qu'on paye trop d'impôts. A un moment il faut savoir être cohérent. Le mieux est de faire payer les services publics ligne à ligne et de discuter par ailleurs d'une redistribution globale entre personnes physiques.
Réponse de le 22/07/2017 à 16:45 :
Bonjour,
Puisque vous parlez de la dette, il serait bon déjà de savoir comment se constitue la dette. De savoir si elle est légitime", "illégale", etc. Je vous renvoie à : "https://www.youtube.com/watch?v=ADrazPRLz-Y" titre : "et si on arrêtait de payer". Édifiant. Quand à la commission européenne non élus démocratiquement il faudrait simplement la dissoudre ça ferait déjà des économies.
a écrit le 21/07/2017 à 19:57 :
Consternant , ces mensonges, trahisons, abandon des armées en déliquescence, par le Président En Meme Temps.
a écrit le 21/07/2017 à 18:58 :
Après l'armée tous les autres ministères , les grandes institutions et tous les organismes qui gravitent autour vont voir leurs dotations baisser ....et avec un peu d'imagination nous finirons par nous apercevoir qu'il est possible de faire aussi bien sinon mieux ......avec moins .Tout est question de volonté politique .
Un seul exemple prouve que cela est possible : jusqu'au début des années 80 il y avaient 14.000 morts sur les routes /an ...aujourd'hui ce chiffre est ramené entre 3 et 4.000 alors que le parc automobile roulant a augmenté sur la même période .
Conclusion : il est toujours possible de faire mieux .....face au défit de la réduction de notre déficit .
Réponse de le 23/07/2017 à 10:38 :
"Un seul exemple prouve que cela est possible : jusqu'au début des années 80 il y avaient 14.000 morts sur les routes /an ...aujourd'hui ce chiffre est ramené entre 3 et 4.000 alors que le parc automobile roulant a augmenté sur la même période ."
Peut être est ce légèrement corrélé au nombre de tirelires placées sur le bord des routes et dont le budget est lui en augmentation...Peut être est ce lié aux progrès de la médecine et au dévouement des services médicaux, peut être est ce aussi lié à la façon de comptabiliser les décès routiers....
Avez vous par ailleurs noté que la calotte glaciaire tend à se réduire également en parallèle, cela est sans doute aussi lié à l'amélioration de l'efficacité humaine (française) et à l'élection du petit autocrate?
a écrit le 21/07/2017 à 18:38 :
J'ai lu dans un journal dont je n'ai pas entièrement confiance qu'il y avait 3,000 généraux mis à disposition au cas où (et payés 100%) pour 500 généraux en activité
Est ce vrai ?

En tout cas la réforme macron sur la retraite fera clairement des économies dans le budget de le défense !!!

Oui pour mieux payer nos soldats qui risquent leur vie, non pour payer nos soldats retraites plus que les salariés normaux

Il est quand même affligeant de voir la gestion RH de l'état : salaire relativement faible (au vu des diplômes) mais grosse retraite

=> la réforme macron des retraites devraient toucher les retraites actuels pas juste les futurs retraites

Tu es retraite de la fonction publique, tu as cotisé moins pour toucher plus et bien je ne pleurerai pas quand ta pension baissera de 30% !!
Réponse de le 22/07/2017 à 10:32 :
Pour les cadres A de niveau supérieur, la réalité c'est : salaire modeste (pour le niveau de responsabilité), primes assez conséquentes, retraites calculées sur la base des derniers salaires (qui sont toujours aussi modestes). Moi j'ai quitté la fonction publique à cause de cela.
a écrit le 21/07/2017 à 18:35 :
ll faut toujours tenter de comprendre ce qui se dessine en creux et là, il est intéressant d' observer la proposition « de Kiesewetter »

Roderich Kiesewetter est un député allemand (CDU), membre de la commission parlementaire des Affaires étrangères du Bundestag, et un ex-officier d’état major général de la Bundeswehr.

Cette activité consiste à mettre des idées sur la table, comme si elles étaient les leurs, sans engager des personnalités ou des institutions plus officielles, qu’elles soient allemandes ou européennes (tels Juncker ou la Commission européenne). Le but étant de voir si ces idées ne provoquent aucune réaction notable chez les autres responsables politiques, la presse et l’opinion publique, ou bien si elles suscitent au contraire une levée de boucliers.

Afin de tester discrètement les opinions publiques, nationale et internationale, Roderich Kiesewetter, député allemand de la CDU, est régulièrement chargé de lancer des « ballons d’essai » pour le compte des élites d’Outre-Rhin.

Or, Roderich Kiesewetter a lancé, en novembre 2016, une idée qu’il présente comme étant la sienne, tout à fait en rapport avec sa double casquette militaire Affaires étrangères.
https://www.upr.fr/actualite/france/se-cache-derriere-projet-euro-nukes-dossier-etabli-vincent-brousseau
a écrit le 21/07/2017 à 13:57 :
Je n'ai pas l'expertise du journaliste sur le sujet, mais de ce que j'ai lu sur d'autres sites internet il me semble qu'il était aussi prévu de restreindre l'équipement en chars. Des chars pour quelle utilité ?
- une ligne Maginot contre le pacte de Varsovie - c'est du rôle de l'Otan ou de l'UE
- pour des opérations militaires offensives ???
- pour les vendre à l'export - mieux et moins cher que les concurrents ?
- pour les utiliser sur des terrains de combats extérieurs - c'est du rôle de l'Otan et de l'UE
Quelle que soit la force armée, la question est toujours celle de "faut il envoyer des troupes au sol et de les exposer inévitablement ?"

Côté défense, ce n'est pas la peine de tourner en rond il n'y a que 2 solutions, "on la joue solo ou groupé".
- Soit on sort de L'UE et de l'Otan, on perd la guerre économique et l'armée risque de perdre tous ses budgets.
- Soit on mutualise, on coalise et on répartit les charges et les risques avec nos partenaires et alliés.

Si l'on veut à la fois la ceinture et les bretelles, c'est peut être qu'il y a un problème de méthode ou de manque de clarification des objectifs?
C’est ce que semble vouloir corriger le Président de la République, de ce que j’en ai compris.
Contrairement à d’autres va t’en guerre, je n’ai pas l’impression qu’il veuille envoyer les soldats au casse pipe.
a écrit le 21/07/2017 à 12:32 :
Il faut en l'urgence , rapatrier nos militaires d'Irak et de Syrie ...voilà de vraies économies....
Réponse de le 21/07/2017 à 15:21 :
facile il y a personne en syrie ni en irak, juste des avions qui survolent le pays.
Si on veut faire des economies, c est au mali. Mais apres il va pas falloir se plaindre d avoir un pays islamique de plus ...
Si on veut faire des economies, il faut plutot supprimer les divers comités theodule qui ne servent pas a grand chose voire meme son nefaste, genre Hadopi (plusieurs centaine de millions claqués pour defendre les moines copistes du DVD). Chez les cultureux, il y a surement d autres economies a faire, par ex ne plus payer de voiture de fonctions a l INA (cf A Saal), supprimer le regime des intermittants du spectacles, les subventions aux courses hippiques ...
Réponse de le 22/07/2017 à 16:53 :
@cd
-suppression des grâces subventions à toutes les association, ONG, et autres qui ne sont pas "d'utilité publique";
-suppression de l'AME tout au moins revois ses modalités de distribution;
-suppression des subventions à la presse;
Quand au Mali, c'est au africains de faire le boulot. Qu'on les soutiennent, oui, mais pas plus.
a écrit le 21/07/2017 à 10:20 :
Incompréhensible baisse du budget, notre pays serait en paix cela ne me poserait aucun problème, au contraire même je pense que l'on peut très bien se passer de conflits seulement voilà c'est plusieurs guerres dans lesquelles sont impliquées les forces françaises sur la planète, comment peut-on dans ce contexte envisager de baisser leur budget tandis que nos soldats sont sur le terrain risquant leurs vies ?

Cynisme morbide du néolibéralisme qui fait qu'au nom de la volonté des créanciers même nos soldats, même des gens qui risquent directement leurs vies sont méprisées. C'est là aussi que l'on voit bien que notre président n'est pas prêt de s'opposer aux milliardaires qui détruisent ce monde puisque il y a de fortes chances que ces créanciers pour qui nos soldats doivent se saigner aient fait de juteux bénéfices en vendant des armes à l'autre camp.

Je suis tombé sur une excellente émission avant hier soir sur france info télé sur le sujet que je recommande chaleureusement.
Réponse de le 22/07/2017 à 10:36 :
Rien ne vous empèche de lancer une pétition pour qu'on augmente par exemple la TVA de sorte à maintenir les moyens de l'armée. Si cette pétition a du succès je pense que l'exécutif en tiendra compte.
Réponse de le 22/07/2017 à 16:57 :
@Théophile
Pas la peine de faire une pétition. La TVA augmentera de même que la CSG. C'est prévu et pas pour le budget des armées qui lui ne changera pas.
Réponse de le 23/07/2017 à 17:48 :
"Rien ne vous empèche de lancer une pétition pour qu'on augmente par exemple la TVA de sorte à maintenir les moyens de l'armée."

Oui voilà, "à vot bon coeur msieurs dames !"

Mais bon j'ai bien vu hier à la télé un appel aux dons pour les sauveteurs en mer, la situation étatique est vraiment catastrophique on pourrait accuser les financiers de mise en danger de la vie d'autrui sans problème.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :