Ca plane très, très haut pour Safran

 |   |  740  mots
Au 30 juin 2015, le carnet de commandes pour ces deux moteurs dépasse les 13.500 unités et compte notamment près de 9.600 moteurs LEAP.
Au 30 juin 2015, le carnet de commandes pour ces deux moteurs dépasse les 13.500 unités et compte notamment près de 9.600 moteurs LEAP. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le groupe aéronautique et de défense publie de très beaux résultats semestriels. Son directeur général a relevé les perspectives de rentabilité de Safran.

La fusée Safran est sur une orbite très haute. Il est vrai que l'équipementier aéronautique "affiche une rentabilité record au premier semestre 2015, avec un résultat opérationnel courant en hausse de près de 23%, soit 13,9% du chiffre d'affaires", s'est réjoui le directeur général de Safran, Philippe Petitcolin, cité dans le communiqué du groupe publié jeudi. Au premier semestre 2015, le chiffre d'affaires s'est élevé à 8,4 milliards d'euros comparé à 7,2 milliards au premier semestre 2014, en hausse de 16,6% sur un an alors que le résultat opérationnel courant a atteint 1,1 milliard d'euros, en hausse de 22,5% (contre 956 millions au premier semestre 2014). Enfin, le résultat net s'affiche à 1,16 milliard d'euros (contre 616 millions). Une hausse qui intègre entre autre une plus-value après impôts de 419 millions de la cession de titres Ingenico.

"Un résultat qui s'explique notamment par une très forte croissance des activités de services pour l'ensemble de nos moteurs civils. L'augmentation soutenue de la demande dans le transport aérien et l'amélioration de la conjoncture économique pour bon nombre de nos clients compagnies aériennes renforce notre confiance quant à l'évolution des services pour moteurs civils", a expliqué le directeur général de Safran.

Pour Safran, la fête est loin d'être terminée. "La demande de moteurs de nouvelle génération, comme de moteurs actuels, demeure extrêmement solide, comme en témoigne notre excellente activité commerciale au salon du Bourget, illustration du grand succès remporté par nos technologies", a rappelé Philippe Petitcolin. Pour mémoire, CFM International a notamment signé au Bourget pour 14 milliards de dollars de commandes ou de lettres d'intention auprès de compagnies aériennes et de loueurs. Sur le 1er semestre 2015, les nouvelles commandes fermes et intentions d'achat des moteurs CFM56 et LEAP totalisent plus de 1.540 exemplaires. Au 30 juin 2015, le carnet de commandes pour ces deux moteurs dépasse les 13.500 unités et compte notamment près de 9.600 moteurs LEAP.

D'ailleurs l'arrivée du LEAP est l'enjeu principal de Safran. Ce nouveau moteur va succéder au mythique CFM56, lequel a permis à Snecma (en coopération avec General Electric dans CFM International, la coentreprise qu'ils ont créée il y a plus de 40 ans) de dominer le marché des moteurs civils des avions court et moyen-courriers de type A320 et B737, qui pèse près de 70% du marché aéronautique mondial.

Safran relève ses perspectives de rentabilité

Fort de cet environnement positif, Safran a "donc relevé" ses perspectives de rentabilité pour 2015, a annoncé Philippe Petitcolin. L'équipementier prévoit que la dynamique positive du premier semestre dans les activités de services pour moteurs civils se poursuivra au second semestre. "Compte-tenu de la révision de son hypothèse de croissance annuelle des services pour moteurs civils, Safran a ajusté ses perspectives de résultat", a précisé le groupe dans son communiqué

Plus précisément, Safran prévoit sur l'ensemble de l'exercice une hausse de son chiffre d'affaires "comprise entre 7 % et 9 %, au taux de change spot moyen estimé de 1,20 dollar pour 1 euro. Si le taux de change spot moyen se maintenait à 1,12 dollar pour 1 euro sur le reste de l'année 2015, la hausse du chiffre d'affaires annuelle serait alors supérieure à 10%", a expliqué le groupe. Il anticipe également une augmentation du résultat opérationnel courant ajusté d'environ 15 % (auparavant légèrement supérieure à 10 %) au cours couvert de 1,25 dollar pour 1 euro€.

Pourquoi de telles prévisions optimistes?

Les nouvelles perspectives 2015 sont basées sur plusieurs hypothèses. Notamment d'une augmentation soutenue des livraisons de première monte dans l'aéronautique. Du coup, la croissance des activités de services pour les moteurs civils est aujourd'hui comprise entre 16% et 19% (auparavant environ 10%). Parallèlement, Safran prévoit une baisse du niveau de Recherche et Développement (R&D) autofinancée de l'ordre de 100 millions d'euros (auparavant 100 à 150 M€) par rapport à 2014. Une diminution notamment liée à la baisse des dépenses sur le moteur LEAP, l'A350 et les turbines d'hélicoptères avec les progrès de développement et l'entrée en service des programmes.

En outre, Safran mise sur une croissance rentable des activités de sécurité. Au premier semestre 2015, le résultat opérationnel courant a progressé de 3,1%, à 66 millions d'euros (7,5% du chiffre d'affaires). Enfin, le groupe poursuit la démarche Safran+, un plan d'amélioration des coûts et de réduction des frais généraux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2015 à 14:20 :
Pas de phot plus recente que celle-ci montrant un CFM57-5B sur fond d'ancien logo de Safran
Réponse de le 30/07/2015 à 15:36 :
Pourquoi Safran ne fournirait-il pas de belles photos, clairement référencées et libres de droit pour La Tribune? Assurance d'avoir des photos publiées récentes liées au sujet.
Réponse de le 30/07/2015 à 21:41 :
CFM56-7B (appli Boeing-737) car le fan case est jaune/vert anodisé
pour leCFM56-5B (appli Airbus-A320), le carter est couleur alu.
a écrit le 30/07/2015 à 13:39 :
j'adore le titre Safran +, pour indiqur une réducton des coûts

comment dire qqc sans le dire
Réponse de le 02/08/2015 à 18:51 :
En fait Safran+ regroupe tous les projets d'améliorations, utiliser le signe + pour amélioration ne me semble pas inapproprié.
Mais bon il fallait bien que quelqu'un la ramène avec son négativisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :