Le poste de Délégué général pour l'armement suscite de très nombreuses candidatures

Trois noms semblent se détacher dans la course pour devenir Délégué général pour l'armement : Benjamin Gallezot (ancien directeur adjoint de cabinet à Matignon), Monique Legrand-Larroche (Maintenance aéronautique) et Guillaume Poupard (ANSSI). Mais une surprise n'est pas exclue.
Michel Cabirol
Avec la nomination d'un nouveau DGA, Emmanuel Macron montrera ce qu'il attend vraiment de la DGA
Avec la nomination d'un nouveau DGA, Emmanuel Macron montrera ce qu'il attend vraiment de la DGA (Crédits : Reuters/Charles Platiau)

Article réactualisé à 14h18

On prend les mêmes et on recommence ? Pas tout à fait. Certains des candidats au poste de Délégué général pour l'armement (DGA) ont disparu de la course par rapport à fin 2021, début 2022 quand le poste a failli être vacant début mars, Joël Barre ayant fêté ses 67 ans le 8 mars (limite d'âge). Mais cela n'a pas été le cas, le Délégué ayant été finalement reconduit jusqu'au 31 juillet. Thierry Carlier, directeur du développement international à la DGA, qui a été entretemps choisi pour succéder à Camille Grand en tant que secrétaire général adjoint pour l'investissement de défense à l'OTAN, et Hervé Grandjean, l'ancien conseiller industrie de Florence Parly, qui doit prochainement atterrir chez EDF, selon des sources concordantes, ne sont plus, semble-t-il, dans la course. Les noms des industriels, Antoine Bouvier (Airbus) et Pierre Eric Pommellet (Naval Group), ne circulent plus.

Mais de nouveaux noms avec des profils beaucoup plus numériques sont apparus pour remplacer le DGA, dont le mandat devrait s'achever fin juillet, et propulser définitivement la direction générale de l'armement et les programmes d'armement dans le monde du numérique, qui envahit aujourd'hui tous les systèmes d'armes. Ainsi, Guillaume Poupard se montre très intéressé par le poste. L'actuel patron de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information n'a d'ailleurs pas souhaité demander son renouvellement à la tête de l'ANSSI. C'est également le cas de l'ancien directeur technique de la DGSE, Patrick Pailloux, nommé en juin au conseil d'État. Cela pourrait être enfin le cas de l'IGA Dominique Luzeaux, le directeur de la nouvelle Agence du numérique de défense (AND) créée en 2021. L'AND a pour mission de répondre aux enjeux de modernisation et de cohérence globale du numérique au sein du ministère.

Trois candidats favoris

Au-delà de tous ces profils numériques, qui pourraient faire pencher la balance, trois autres candidats, outre Guillaume Poupard, sont en haut de la pile des observateurs. Directrice de la maintenance aéronautique au ministère des Armées, Monique Legrand-Larroche, qui avait déjà été candidate à la succession de Laurent Collet-Billon en 2017, apparait légitime pour être la première femme à la tête de la DGA. Elle saurait sans difficulté bousculer les industriels de la défense français pour qu'ils collent à la demande express du président de la République : produire plus vite et différemment. Le patron de la DGE à Bercy, Thomas Courbe, lui aussi candidat en 2017, était dans la course. Il faisait partie des favoris mais il va finalement rester à la tête de la direction générale des entreprises.

Enfin, le retour de Benjamin Gallezot, ancien directeur adjoint du cabinet de Florence Parly puis ancien directeur adjoint du cabinet du Premier ministre, à la DGA comme chargé de mission auprès du Délégué général de l'armement a interpellé dans le milieu de la défense. Selon certains, ce poste intérimaire serait le marche-pied pour devenir Délégué général pour l'armement alors que d'autres estiment le contraire. C'est encore "la bouteille à l'encre", assure-t-on à La Tribune. D'autant que le processus ne semble pas encore avoir été formellement lancé, précise-t-on.

Une surprise ?

C'est en tout cas l'un des dossiers prioritaires du mois de juillet du nouveau ministre des Armées, Sébastien Lecornu, qui devra faire des propositions à Emmanuel Macron. Ils devront trouver le profil pour restructurer la DGA et l'adapter aux nouveaux défis qui l'attendent. Avec la nomination d'un nouveau DGA, le président montrera également ce qu'il attend vraiment de la DGA : une simple agence d'acquisition ou un outil prospectif au service de la France grâce à des ingénieurs de haut niveau. Le nouveau DGA devra s'attaquer à la problématique de recrutement des ingénieurs de haut niveau, qui sont aujourd'hui de plus en plus attirés vers les salaires du privé. Le président devra également dire quelle sera la place de la DGA, qui est enviée à l'internationale, en Europe.

Enfin, il n'est pas exclu qu'Emmanuel Macron sorte de son chapeau une personnalité inattendue, qui n'est pas candidate à ce jour. Cela pourrait être le cas de Stéphane Reb chez MBDA, mais il reste très important dans le dispositif du missilier, une entreprise très stratégique pour la France. Tout comme Christophe Salomon, directeur général adjoint chez Thales en charge des systèmes terrestres et aériens. Il n'est pas non plus candidat. Enfin, le nom de Cécile Sellier directrice technique de la DGA circule pour le poste. Tic-tac, tic-tac, tic-tac... Qui sera le prochain Délégué général pour l'armement ?

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 30/06/2022 à 19:19
Signaler
Bonjour, Dans les systèmes d'armes, nous souhaitons avant tout des systèmes rustique, fiable, a une maintenance minimum.... Car ne pas oublier que nos nation n'ons pas les moyens financiers illimité....3% du PIB s'est peux surtout pour équiper et e...

à écrit le 29/06/2022 à 12:07
Signaler
Le poste reviendra à un "X" et comme il y en a deux ; un homme et une femme et que cette dernière a déjà géré des programmes de l'armement et au regard de son parcours ses chances sont grandes d'obtenir le poste .

à écrit le 29/06/2022 à 9:46
Signaler
Que l'on mette au minimum un vrai ingénieur avec de vraies compétences dans ce domaine. Souvenons nous d'AREVA dirigé brillamment par la sherpa de Mitterrand..

le 29/06/2022 à 12:08
Signaler
jetez un œil sur le parcours de l'unique candidate et vous aurez un début de réponse .

le 29/06/2022 à 19:17
Signaler
Idx: En général les IA sont biens mais dans le contexte actuel.. Lorsque je regarde le port de Brest, c’est vide, les munitions dans une option de haute intensité (que je ne souhaite pas) manquent parait-il quant à la fiabilité des hélicoptères NH90 ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.