LREM : bousculades pour la présidence de la commission défense de l'Assemblée nationale

 |   |  389  mots
Jean-Jacques Bridey avec des collègues de la commission de la défense nationale sur le pont d'envol du porte-avions Charles de Gaulle en décembre 2018
Jean-Jacques Bridey avec des collègues de la commission de la défense nationale sur le pont d'envol du porte-avions Charles de Gaulle en décembre 2018 (Crédits : DR)
La primaire pour être le candidat LREM à la présidence de la commission de la défense nationale a aiguisé l'appétit de neuf candidats, dont le président sortant, Jean-Jacques Bridey.

Ça se bouscule beaucoup pour être désigné candidat de La République en Marche (LREM) pour l'élection du président de la commission de la défense nationale de l'Assemblée nationale prévue en septembre exigée par le président de la République à mi-mandat de son quinquennat. Cette primaire a déjà aiguisé l'appétit de neuf candidats, six hommes et trois femmes. D'autres députés de la commission peuvent encore débouler ce vendredi, jour de clôture du dépôt des candidatures.

La liste des impétrants s'est d'ailleurs encore allongée en début de semaine de deux nouveaux candidats. Outre le président sortant, Jean-Jacques Bridey, Natalia Pouzyreff (Yvelines), Aude Bono-Vandorme (Aisne), Françoise Dumas (Gard), Jean-Michel Jacques (Morbihan), Philippe Chalumeau (Indre-et-Loire), Thomas Gassilloud (Rhône), Christophe Blanchet (Calvados) et, enfin, Jacques Marilossian (Hauts-de-Seine) se sont déclarés prêts à en découdre pour remplacer le président sortant. L'ambiance risque d'être tendue lors des premières réunions du groupe à la rentrée.

Quelques outsiders

Sauf surprise, la formule de cette primaire semble donner la prime à ce dernier, selon les observateurs. Car ce sont les 304 députés de la LREM qui vont voter électroniquement  pour élire leur candidat en vue de briguer la présidence de la commission de la défense. Pas sûr que tous les députés LREM ont en tête le bilan du président sortant et de ses challengers. En outre, le grand nombre de candidats ne favorise pas vraiment une opposition forte et structurée face à Jean-Jacques Bridey. Enfin, le candidat, qui aura la chance d'accéder au second tour face au président sortant, aura très, très peu de temps pour mobiliser ses réseaux et constituer des alliances (moins de 24 heures).

Pour autant, quelques outsiders se dégagent comme Jean-Michel Jacques et Thomas Gassilloud, qui mettent en avant leur expérience dans l'armée et en opération extérieure. C'est également le cas de Natalia Pouzyreff, qui connait bien l'industrie de l'armement après avoir travaillé chez Thales, puis chez Airbus. Elle est également coauteur d'un rapport remarqué sur la prochaine génération de missiles anti-navires en coopération avec la Grande-Bretagne. Verdict les 23 (premier tour) et 24 juillet (second tour).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2019 à 17:13 :
Pour se faire payer ses campagnes électorales (et autre) par les industriels du secteur.

Ceux ci sont gavés d'argent public, donc ne peuvent rien refuser au pouvoir politique qui valide les commandes, les autorisations d'exportation, les contrats.
Et évidemment, ils ont une morale très élastique (sinon ils ne fabriqueraient pas des armes qui, on le sait, tuent 25 civils désarmés pour un seul homme en arme).

Autant dire que c'est un poste en or massif. Benalla aurait été impeccable pour le job.
a écrit le 19/07/2019 à 16:16 :
Quelqu'un,une de compétent ferait bien l'affaire mais chez LaREM (La Récession En Marche) ce n'est peut être pas courant, attendons.
Réponse de le 19/07/2019 à 17:15 :
Benalla va bien finir par rentrer en grâce.
a écrit le 19/07/2019 à 15:38 :
....c'est combien la prime ?
a écrit le 19/07/2019 à 12:31 :
Quelle est la fiche de poste et le profil type ?
a écrit le 19/07/2019 à 12:20 :
la bousculade date du 1er jour de ce gouvernement, rien de nouveau sous l'ombre du pouvoir
a écrit le 19/07/2019 à 9:44 :
Bon ok d'accord j'y suis allé un peu fort dans le commentaire mais avouez que franchement hein... :-)
Réponse de le 19/07/2019 à 15:39 :
...et il est OU le commentaire ?
Réponse de le 20/07/2019 à 11:08 :
Il n'a pas été validé mais c'est logique il était difficile à assumer car bien trop vrai et comem les LREM sont partout à espionner la toile, qu'ils ne comprennent toujours pas d'ailleurs...
a écrit le 19/07/2019 à 9:18 :
Encore un truc au frais du peuple. Siderant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :