Radicalisation : une vingtaine de cas en cours de traitement dans la gendarmerie

 |   |  357  mots
Attaque au couteau au sein même de la préfecture de police de Paris par un fonctionnaire employé comme adjoint administratif à la Direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) depuis 15 ans.
Attaque au couteau au sein même de la préfecture de police de Paris par un fonctionnaire employé comme adjoint administratif à la Direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) depuis 15 ans. (Crédits : Philippe Wojazer)
Depuis 2000, la gendarmerie nationale a écarté une vingtaine de personnels, qui n'avaient pas leur place "chez nous", selon l'ancien directeur général de la gendarmerie nationale, le général Richard Lizurey.

Après l'attaque au couteau survenue le 3 octobre dans l'enceinte de la préfecture de police de Paris, le général Richard Lizurey, alors encore en fonction en tant que directeur général de la gendarmerie nationale, avait fait état lors d'une audition au Sénat début octobre d'une "vingtaine de cas en cours de traitement". Et de préciser que ces cas "ne sont pas tous en rapport avec l'islamisme. Certains sont liés à l'extrême droite". Il avait également averti que "pour ce qui est du dispositif anti-radicalisation de la gendarmerie, tout peut arriver, dans n'importe quelle institution".

"Depuis 2000, nous avons traité et accompagné vers d'autres horizons professionnels une vingtaine de personnels dont on estimait qu'ils n'avaient pas leur place chez nous", avait indiqué le général Richard Lizurey. Et de conclure que "personne n'est à l'abri, et il nous faut avoir des garanties dans ce domaine".

Détection des signaux faibles

" Aucun système n'a de garantie absolue. Nous avons mis en place depuis 2013 un système d'identification des signaux faibles, qui s'est amélioré et qui a évolué en 2015, à la suite d'un incident important", a expliqué le général Lizurey. L'Essor, le journal des gendarmes, a rappelé quelques affaires au sein de la gendarmerie qui ont "suscité récemment l'émoi". En 2013, une gendarme adjoint volontaire avait préparé son départ pour la Syrie. Plus près de nous, l'amourette d'une gradée du Service Technique de Recherches Judiciaires et de Documentation (STRJD), qui a quitté la gendarmerie, avait également suscité une grosse inquiétude, selon le journal. Elle s'était rapprochée de l'un des proches d'Amedy Coulibaly, l'auteur de l'attentat contre l'Hyper Casher. Enfin, une ancienne gendarme adjointe volontaire du Var avait été impliquée dans une filière djihadiste.

Selon l'ancien directeur général de la gendarmerie nationale, "il existe toute une chaîne qui remonte par les compagnies et les groupements vers le Bureau de la lutte anti-terroriste". Un travail est mené toutes les semaines sous la responsabilité de son chef de cabinet. Il permet de lister les sujets et les cas individuels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2019 à 7:05 :
pourquoi ne pas racheter les vélos électriques 1ère génération à la poste et les repeindre en bleu pour nos pauvres gendarmes?

- Louer les réservistes? En voilà une idée .. pour BENALLA c’est déjà fait。。。
a écrit le 24/10/2019 à 2:21 :
C est grave dés radicalisé dans la gendarmerie et les renseignements un tribunal militaire des condamnations dans une île avec des crocodiles 🐊
a écrit le 23/10/2019 à 20:01 :
Dans l’article est cité que les «  cas » des femmes- gendarmes
Pourquoi ?
Il n’y a pas de «  cas » de gendarme - homme ?
a écrit le 23/10/2019 à 15:41 :
"l'amourette d'une gradée du Service Technique de Recherches Judiciaires et de Documentation (STRJD),avec l'un des proches d'Amedy Coulibaly, l'auteur de l'attentat contre l'Hyper Casher".

Il y a toujours eu une attirance des femmes pour les petits malfrats et ca commence dès le lycée.Celui qui bosse à l'école est rarement le chouchou des filles de sa classe à moins d'être un apollon .
a écrit le 23/10/2019 à 11:20 :
Virez toutes formes d'extrémismes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :