Renault manque de visibilté pour la fin de l'année 2008

Renault attendra le 23 octobre pour faire un nouveau point sur ses perspectives 2008, compte tenu du manque de visibilité à un moment où la crise financière appelle à "la plus grande prudence", selon Carlos Ghosn, P-DG du constructeur.
Carlos Ghosn se montre très prudent sur la fin de l'année 2008.

Ce n'est pas un vrai avertissement mais cela y ressemble beaucoup: Renault  a décidé d''attendre le 23 octobre pour faire un nouveau point sur ses perspectives 2008, compte tenu du manque de visibilité à un moment où la crise financière appelle à "la plus grande prudence", a déclaré jeudi Carlos Ghosn, P-DG du constructeur. "Nous vivons une crise financière qui a été largement sous-estimée, a souligné le dirigeant devant des journalistes à l'occasion du Mondial de l'automobile, nous ne savons pas si nous sommes au début de la fin ou à la fin du début (de la crise, ndlr) et je ne me hasarderai pas à faire des commentaires toutes les semaines sur les perspectives de l'entreprise."
 

En juillet, Renault avait déjà réduit son anticipation de croissance de ses ventes en volumes en 2008 autour de 5% alors qu'il attendait 10% en janvier. Carlos Ghosn a refusé de faire un nouveau point sur ces prévisions jeudi :"Nous ne pouvons pas faire de pronostic car les événements se déroulent à une telle vitesse... ce que je peux dire c'est que la société donnera une 'guidance' le 23 octobre lors de la publication du chiffre d'affaires trimestriel. Nous ferons un point sur 'Renault Contrat 2009' en février, lors de la présentation des résultats 2008", a-t-il ajouté.


"Renault Contrat 2009" fixe notamment une marge opérationnelle à 6% (à comparer à 3,3% en 2007) et la vente de quelque trois millions de véhicules. Lors de l'annonce de ce plan stratégique, début 2006, Carlos Ghosn espérait dépasser le seuil des 3,3 millions de véhicules écoulés dans le monde. Conséquence du redoublement d'intensité de la crise financière, bon nombre de constructeurs doivent aujourd'hui faire face à une dégradation brutale du marché. Les difficultés américaines se sont propagées à l'Europe, où les ventes sont en repli de 3,9% sur les huit premiers mois de l'année, et les pays émergents comme la Russie ou le Brésil, jusqu'ici considérés comme un formidable tremplin de développement, commencent à manifester des signes de surchauffe. Le grand concurrent français de Renault, PSA Peugeot Citroën, a de son côté maintenu les objectifs de son plan "CAP 2010" mais son président du directoire, Christian Streiff, a insisté sur le durcissement des conditions du marché automobile.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.