Vaste plan de chômage technique chez GM, la Maison Blanche au secours des constructeurs automobiles

General Motors va fortement réduire sa production au premier trimestre 2009, ce qui va l'amener à mettre en chômage technique de nombreuses usines en Amerique du Nord. Par ailleurs, la Maison blanche pourrait utiliser des fonds du plan de sauvetage des banques pour empêcher la faillite des constructeurs automobiles.

2 mn

General Motors va tailler dans sa production au premier trimestre 2009, ce qui va l'amener à mettre en chômage technique de nombreuses usines représentant 30% de ses capacités de production en Amérique du nord, a-t-il annoncé vendredi. Cette mesure a été prise en raison "du sérieux déclin du marché automobile à l'heure actuelle", alors que les ventes du premier constructeur américain ont plongé de 41% en novembre.

Le constructeur en difficultés entend par ces mesures réduire de 250.000 unités sa production du premier trimestre. Les vingt usines concernées, totalement ou partiellement, par les mesures de chômage technique sont basées aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique.

Par ailleurs, l'administration du président George Bush a indiqué qu'elle envisageait d'utiliser une partie des fonds du plan de sauvetage des banques (Tarp) pour empêcher la faillite des constructeurs automobiles américains. Elle s'était jusque-là opposée à ce que ces fonds (700 milliards de dollars) soient utilisés pour aider l'industrie automobile.

"Compte tenu de l'état de faiblesse actuel de l'économie américaine, nous allons réfléchir à d'autres options, y compris à l'utilisation du plan Tarp, pour empêcher l'effondrement de constructeurs en difficulté", a déclaré ce vendredi à des journalistes la porte-parole de la Maison blanche, Dana Perino, à bord de l'avion présidentiel Air Force One.

Jeudi soir, le Sénat s'est opposé à un plan d'aide de 14 milliards de dollars destiné spécifiquement à l'automobile, qui était le fruit d'un compromis entre l'administration Bush et les démocrates majoritaires au Congrès.

De son côté, le département du Trésor s'est déclaré "prêt" à agir "pour empêcher une faillite" des trois grands constructeurs automobiles nationaux, a déclaré vendredi une de ses porte-parole, Brookly Mclaughlin. "Parce que le Congrès n'est pas parvenu à agir, nous nous tenons prêts à empêcher une faillite imminente jusqu'à ce que que le Congrès se réunisse de nouveau et agisse de manière à s'attaquer à la question de la viabilité à long terme de cette industrie", a-t-elle dit.

A la Bourse de New York, ces déclarations ont rassuré les investisseurs. Après avoir ouvert en très forte baisse, les actions des deux constructeurs ont repris des couleurs. General Motors finit en baisse de 4,37% à 3,94 dollars et Ford progresse de 4,83% à 3,04 dollars.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
C'est la dernière chance , sinon delphi sera fermé ce qui fera encore un paquet de chomeurs en France

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Comment les constructeurs ont pu garder une technologie vieille de plus de 100 ans!!! Le moteur à explosion!!! C'est la grande question que je me pose aujourd'hui. Il y a eu partenariat entre les constructeurs et les magnats du pétrole ça c'est sur. ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La roumanie va récupérer le travail , ils ont un cout de main d'oeuvre moins cher. mais jusqu'à quand ? La France s'appauvrit donc achète moins et les pays low cost ne gagnent pas assez pour acheter leurs fabrication et si ça continu qui va acheter? ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
De toutes façons, les constructeurs automobiles sont entièrement dans leurs torts, et ils ont aujourd'hui le culot de demander des aides étatiques. C'est aux actionnaires d'ouvrir le porte monnaie pour rétablir la situation, pas le contribuable ! Et ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.