Goodyear se relance doucement

Le fabricant de pneumatiques GoodYear renoue avec les bénéfices au deuxième trimestre après une perte l'année dernière à la même période. Il dépasse les prévisions des analystes.
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)

Le premier fabricant américain de pneus a fait état d'un bénéfice net au deuxième trimestre de 28 millions de dollars (21 millions d'euros), ou 11 cents par action, contre une perte nette de 221 millions de dollars il y a un an (92 cents par titre).

Hors exceptionnels, le bénéfice par action ressort à 12 cents, alors que les analystes avaient anticipé cinq cents.

Le chiffre d'affaires a progressé de 15% pour atteindre 4,5 milliards de dollars (3,43 milliards d'euros).

Le groupe a estimé que l'économie restait incertaine et que les coûts relatifs aux matières premières constituaient un défi, même s'ils ont été largement compensés au deuxième trimestre par la hausse des prix et une augmentation de la part de ses pneus les plus chers.

Pour les mêmes raisons Goodyear a renoué avec les bénéfices en Amérique du nord, un redressement également imputable à ses gains de part de marché dans la région.

En Amérique latine, le groupe a toutefois vu son bénéfice d'exploitation reculer en raison de la dévaluation du bolivar vénézuélien.

Sur l'ensemble de l'exercice, cette dévaluation associée à une demande plus faible et à d'autres facteurs pourraient affecter le résultat opérationnel de l'activité dans la région à hauteur de 75 millions de dollars.

Goodyear, dont environ deux tiers du chiffre d'affaires résultent des remplacements de pneus et un dernier tiers des ventes aux constructeurs automobiles, a vendu 10% de pneus en plus que l'an dernier pour la même période.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.