Dépôt de bilan de Heuliez : réponse du tribunal jeudi

 |   |  486  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le tribunal de commerce de Niort donnera son verdict jeudi matin sur Heuliez, en situation de dépôt de bilan. Le carrossier fétiche de Ségolène Royal doit trouver de l'argent frais.

Prochain épisode du feuilleton Heuliez: jeudi à 11 heures 30. La direction et les syndicats de l'équipementier automobile, en situation de dépôt de bilan, ont été entendus ce mercredi matin par le tribunal de commerce de Niort, qui donnera une réponse le 11 avril, affirme l'AFP.  Etaient présents à cette audience, qui n'était pas ouverte à la presse, Eric Dumay, le Directeur général d'Heuliez, Claude Point représentant des salariés (CFDT), et François de Gaillard, l'actionnaire principal de Baelen Gaillard Industrie (BGI) auquel Heuliez appartient depuis juin 2010. Tous ont demandé au tribunal de prononcer une période d'observation de trois mois. Plusieurs dizaines de salariés s'étaient massés devant le tribunal.

Société scindée

La direction avait annoncé lundi dernier, au cours d'un comité d'entreprise extraordinaire, son intention de déposer le bilan de l'entreprise, pour la troisième fois depuis 2006. Cette décision serait intervenue faute d'accord entre l'Etat et BGI, alors qu'il faudrait notamment trouver entre 1 et 1,5 million d'euros. Heuliez emploie 283 personnes en contrats à durée indéterminée et 12 en CDD à Cerizay (Deux-Sèvres). En grandes difficultés depuis 2006, l'équipementier avait été sauvé en 2010. Le groupe BGI avait alors repris ses "activités historiques" (emboutissage, ferrage, assemblage, carrosserie) et un consortium allemand a racheté la production de véhicules électriques Mia.

Entreprise fétiche de Ségolène Royal

Heuliez, entreprise fétiche de Ségolène Royal, est devenu un enjeu politique majeur. Car l'entreprise est située dans la région Poitou-Charentes dont l'ancienne compagne du  chef de l'Etat est la présidente. Heuliez SAS et Mia Electric sont les deux entreprises issues de la déconfiture du groupe Heuliez. Alors que Mia produit au compte-gouttes des mini-véhicules électriques, Heuliez SAS a repris les activités historiques du carrossier. La présidente de Poitou-Charentes avait encore demandé à la mi-février de lui permettre de transformer un peu plus de 2,4 millions d'euros de créances d'Heuliez  SAS vis-à-vis de la région en prise de capital social de la société. La région doit obtenir le feu vert du gouvernement pour cette prise de participation qui requiert un décret en Conseil d'Etat.

L'aventure de la voiture électrique

Poitou-Charentes est également actionnaire de... Mia Electric à hauteur de 5 millions d'euros. Le capital de Mia Electric, qui emploie plus de 300 personnes en période de pointe, est détenu en majorité par l'entrepreneur allemand Edwin Kohl et à hauteur11% par la région Poitou-Charentes. Cette société vient  pour sa part de recevoir encore une aide indirecte... des pouvoirs publics. La centrale d'achats de la fonction publique, l'Ugap, a annoncé mardi dernier la commande de 500 Mia sur trois ans. Pas de quoi permettre toutefois une viabilité financière. La "start-up" dédiée à 100% aux voitures électriques a vendu 400 véhicules en 2011 et planiifié 12.000 pour 2012. Mais seules 800 Mia ont finalement été écoulées l'an passé!

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :